Actualités

1977

Grogne contre le blocage des prix

Cette année-là...

* Le secrétaire d'Etat au Tourisme est Jacques Médecin.
* Le bureau de la FNIH compte Marcel Bourseau, président de la FNIH et de la branche hôtelière, Alphonse Roustan, président des restaurateurs et Louis Auberty, président des cafetiers.
* La présidence de la Confédération est assurée par René Gaillot.
* Le président du Syndicat National des Chaînes, M. Tuja, cède sa place à Paul Dubrule.
* Le taux horaire du SMIC est de 9,58 francs à partir du 1er juillet.
* La TVA est à 7% pour le taux réduit.
* La taxe téléphonique est portée à 70 centimes.
* Le café vaut 1,15 franc au comptoir.
* Michel Guérard (Eugénie-les-Bains) est sacré 3 étoiles au Michelin.

 
1 : Louis Auberty, président de l'Union Nationale des Cafetiers-Limonadiers.
2 : Marcel Bourseau, président de la Fédération Nationale de l'Hôtellerie Française.
3 : Alphonse Roustan, président de l'Union Nationale des Restaurateurs.

Grève du café et de la bière

Le plan Barre soulève, une nouvelle fois, une levée de boucliers dans la profession. Le blocage des prix, intervenu le 15 septembre 1976, déchaîne les passions et les syndicats tentent des négociations auprès de Claude Villain, alors directeur général de la concurrence et des prix. Parallèlement, la grogne des cafetiers monte. Ils vont même jusqu'à la grève du café et de la bière. Un mouvement largement suivi.

Paul Dubrule prend la présidence du SNC

Après deux années de mandat à la tête du Syndicat National des Chaînes, le président Tuja cède son fauteuil à Paul Dubrule, déjà bien connu des hôteliers français. Après avoir établi des contacts avec les autres syndicats professionnels, Paul Dubrule déclare : «Il est indéniable qu'un rapprochement est nécessaire pour une meilleure compréhension de tous et un meilleur dialogue... De plus, nous aurons également à défendre la survie de nos entreprises... Et à faire comprendre aux pouvoirs publics la gravité de la situation .»

 
Paul Dubrule prend la présidence du Syndicat National des Chaînes.

Réajustement du taux de TVA pour l'hôtellerie non homologuée

Fin d'une injustice qui dure depuis l'instauration de la TVA, entre l'hôtellerie homologuée et l'hôtellerie de préfecture. Désormais, cette dernière qui était jusqu'alors assujettie à une TVA de 17,60%, bénéficiera à son tour du taux réduit à 7%.

 

===========================================

Naissance de la chaîne «France Accueil»

Les deux partenaires, France Ouest Hôtels et France Accueil Hôtel, confirment leur volonté de fusion pour ne créer qu'une seule et même chaîne baptisée «France Accueil», forte de 150 établissements implantés sur l'ensemble du territoire national.

Côté équipement

Le firme française Thirode-Pelletier annonce un chiffre record pour son exercice 1976 : 85 millions de francs TTC, en augmentation de plus de 20% sur 1975.
La société Robot-Coupe remporte l'oscar de l'exportation et la médaille d'argent du Challenge des exportateurs bourguignons. Cette réussite est l'oeuvre de Pierre Verdun qui fonda cette entreprise en 1964.
Bonnet commercialise ses premières armoires de refroidissement rapide.
A Lausanne, vient de se tenir le premier séminaire d'informatique hôtelière.

Les «commissions régionales d'équipements hôteliers»

Afin d'enrayer ce qu'on appelait déjà la surcapacité hôtelière, on discute âprement de la mise en place de «commissions régionales d'équipements hôteliers». Le secrétaire d'Etat au Tourisme laisse finalement aux préfets régionaux le soin de les composer. Ces commissions devront étudier tous les projets de création ou d'extension d'hôtels de tourisme portant sur 30 chambres au moins et auront à se prononcer sur l'opportunité de leur réalisation.
Les conflits ne tardent pas à apparaître, notamment sur les limites de leurs compétences et leurs domaines d'intervention : «Les commissions régionales d'équipement ont-elles un avis à donner sur les permis de construire ?» «Aucun», assure Alain Ri-chard, sous-directeur des professions touristiques au secrétariat d'Etat au Tourisme. «Oui, lisez les textes», maintient Marcel Bourseau, président de la FNIH.

 

Le guide Kléber distingue les «Espoirs de la cuisine française»

Le challenge de l'Académie Kléber-Colombes distingue chaque année les «Espoirs de la cuisine française». En 1977, il va récompenser de jeunes et talentueux chefs dont certains deviendront par la suite des stars du piano : J.-M. Bedier, B. Loiseau, M. Chavent, A. Dutournier, P. Orsi, P. Vedel, F. Clerc, G. Aubriet, J. Cagna, F. Garcia, G. Vié et A. Westermann.

Les enseignes poursuivent leur développement

* Deux nouveaux Sofitel Jacques Borel ouvrent leurs portes. L'un de 115 chambres, «toutes avec salle de bains complète» en plein coeur du quartier Saint-Jacques à Metz ; l'autre qui est également la 35ème unité du groupe, à Orléans, compte 110 chambres.
* Le guide des hôtels Ibis compte désormais 18 établissements, dont 4 unités qui ouvriront d'ici au printemps 78.
* Novotel confirme son expansion en Europe de l'Est et donne son enseigne à six hôtels en Pologne.
* Comptant déjà trente hôtels, Mercure ouvre une unité de 200 chambres à Paris, Porte d'Orléans.
* Campanile s'implante en région Rhône-Alpes et ouvre quatre nouvelles unités : Villefranche-sur-Saône, Lyon-Dardilly, Villars-les-Dombes et Bourg-de-Péage.
* Méridien implante un hôtel de 520 chambres à Varsovie et ouvre une unité de 400 chambres à Damas (Syrie). La chaîne compte alors 5.700 chambres.
* Frantel acquiert le Windsor-Paris (130 chambres), annonce l'ouverture de trois nouveaux hôtels à Metz, Marseille et Lyon et poursuit son développement sur tous les continents : 1 hôtel à Montréal (Canada), 4 en Iran, 1 à Marrakech (Maroc) et 1 à Damas (Syrie). Se tournant vers l'hôtellerie de loisirs et de vacances, Frantel exploite à ce titre trois nouveaux établissements : l'un à La Grande-Motte, les deux autres en Martinique et en Guadeloupe.
* La chaîne volontaire «Les Relais du Silence» approche les cent établissements et se donne pour objectif de parvenir prochainement à 140, voire 150 adhérents. Par ailleurs, un protocole d'accord est signé entre les «Relais du Silence» allemands et français fixant des modalités de coopération et la mise au point d'un menu-dégustation où alternaient les plus savoureuses spécialités des deux pays.
* Née en 1974, la chaîne de restauration rapide «Quatre Pentes» ouvre cinq nouvelles unités (Avignon, Mantes, Rouen, Grenoble et Bordeaux) portant ainsi à vingt-trois son nombre total d'établissements.
* Enfin, le onzième hôtel Penta ouvre en août à Genève.

 

En bref...

* Cette année-là... le thème du prix culinaire Prosper-Montagné était : une langue de boeuf braisée !
* Le «Grand hôtel» de Dinard racheté
par la ville pour 7.500.000 francs.
* La «Canadian National» rénove et exploite l'hôtel Scribe à Paris.
* Sous l'impulsion de Nicole Spitz, création de l'Amicale des Gouvernantes Générales des Alpes-Maritimes et de la Principauté de Monaco.
* L'homologation des offices du tourisme et des syndicats d'initiative voit le jour.
* La Chambre syndicale des cafetiers, restaurateurs et hôteliers de Paris fête
son centenaire au Moulin Rouge.
* A Biarritz, la chaîne P.L.M. ouvre le 1er juillet, l'hôtel Victoria Surf.
* Nouvelle mesure pour l'embauche des jeunes arrivant sur le marché du travail : l'exonération des cotisations de Sécurité sociale.
* La station Valmorel fête son premier anniversaire.
* Sous le patronnage de L'Hôtellerie, avec le concours de Renault et d'Air France, un maître d'hôtel vendéen, Roland Lefort, et sa coéquipière, Evelyne Gallien, partent pour un voyage d'études culinaires de deux ans à travers le monde. Ce périple les conduira dans les pays de l'Est, du Proche et Moyen-Orient et s'achèvera en Inde. Bon voyage.


L'HÔTELLERIE n° 2500 Hebdo 6 Mars 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration