×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Ecoles

Maître crêpier, un métier d'avenir

2.500 crêpiers exercent en Bretagne et malheureusement "certains pensent qu'il suffit d'avoir vu sa grand-mère préparer des crêpes pour s'improviser crêpier et monter son affaire", déplore Stéphane Queinec, directeur de l'Eshor (Espace formation hôtellerie restauration) et, depuis 1994, de l'Ecole maître crêpier Treblec.

Basée à Maure de Bretagne, cette institution se fixe pour objectif de donner une valeur ajoutée à ce métier si spécifique. L'école forme quelque 250 personnes chaque année, à raison de 25 sessions de 10 personnes. "Cette école a été créée en 1989 par un minotier, Monsieur Celber, qui a souhaité, en 1995, confier le dispositif pédagogique à l'Eshor, rappelle S. Queinec. La plupart de nos stagiaires sont des demandeurs d'emplois ou simplement des personnes finançant elles-mêmes leur stage (5.600 F les quinze jours) et qui souhaitent réorienter leur vie vers cette activité. Tous ont en tout cas un réel projet d'emploi", selon le directeur. Parallèlement à cette formation initiale, l'Ecole maître crêpier dispense une formation dite de perfectionnement s'adressant à des professionnels. "Dans ce cas de figure, la formation (3.500 F) peut-être prise en charge par le Fafih." Il va de soi que dans les deux cas, les cours diffèrent, s'orientant davantage vers une cuisine haut de gamme (garnitures nobles -poissons, fruits de mer..., enrichissement de la carte des desserts, etc.) dans le stage perfectionnement.

Délivrée par un professionnel, la formation initiale aborde, en deux semaines, les différents types de pâtes (sarrazin, froment), les techniques de réalisation (préparation des pâtes, pétrissage à la main, cuisson, organisation du travail, techniques de pliage...), les garnitures de base (salées et sucrées)... Un volet théorique sensibilise les stagiaires à la gestion et à la commercialisation. Lors de la dernière semaine, les stagiaires concoctent leurs recettes dans la crêperie d'application d'environ 20 couverts.
"A la fin de la formation, un commercial informe les stagiaires des différents produits, matériels présents sur le marché, en donnant quelques idées stratégiques." L'école conseille notamment de s'implanter en dehors d'une Bretagne surpeuplée. "La crêpe reste un remarquable produit à l'export et les exemples de crêpiers installés à l'étranger avec succès ne manquent pas, se félicite S. Queinec. L'originalité est également à chercher du côté de la commercialisation comme notamment la vente à emporter."
Bref, une fois sortis de l'école, les jeunes crêpiers semblent avoir l'embarras du choix (l'école les accompagne dans leur création d'entreprise). Qui aurait pensé que crêpes et galettes, loin de leur poussiéreuse image de marque, créeraient des métiers d'avenir ?

O. Marie

 


L'HÔTELLERIE Spécial Formation 2558

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration