×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

VINS

Château Pape-Clément

Aznavour parrain du millésime 2002

A récolte exceptionnelle, parrain exceptionnel. A Pessac, Charles Aznavour, parrain du millésime 2002 de Château Pape-Clément, faisait partie des 'étoiles' choisies par Bernard Magrez pour briller sur un cru d'exception.


Piloté par Bernard Magrez, le maître des lieux (à gauche), Charles Aznavour apprécie ce bain de jouvence au milieu des vignes du Château Pape-Clément.

Les étoiles de la gastronomie bordelaise et française faisaient partie de la fête, tout comme Gérard Depardieu, parrain du millésime 2001. Pour la seconde année, la totalité de la vendange de ce grand cru classé de Graves est entièrement égrenée à la main. Le cas s'avère unique dans le Bordelais.
Bernard Magrez est un perfectionniste et un chantre de 'l'excellence'. Dans tous les domaines. L'an dernier, sur les conseils de l'œnologue Michel Rolland, le propriétaire de Pape-Clément se lançait dans un travail d'orfèvre : 40 hectares de cabernets francs et de merlots égrenés à la main par 150 personnes. Une première dans le Bordelais. La réussite fut telle - Parker a gratifié le millésime 2001 d'une note supérieure à Haut-Brion, du jamais vu - que l'opération ne pouvait être que reconduite.
Le résultat 'visuel' n'a pas manqué d'impressionner Pierre Troisgros et Freddy Girardet. De son côté, Charles Aznavour n'a pas caché que depuis toujours son goût le portait vers les bordeaux : "J'en possède toujours dans ma loge. Autrefois, j'en dégustais systématiquement un verre à l'entracte et après le spectacle. Désormais, je dois attendre le final, car à mon âge, le vin tombe un peu sur les jambes !" Les grands chefs de la région, Thierry Marx, Philippe Etchebest, Francis Garcia - jeune retraité du Chapon Fin qui révéla avoir finalement vendu le château qu'il comptait transformer en chambres d'hôte -, Claude Darroze, Didier Gélineau... avaient pu se libérer. En cuisine, Yves Gravelier a comme toujours ravi les palais. Dans les verres, Château Pape-clément blanc 2000 laisse déjà dans le palais de biens agréables sensations, les Château La Tour-Carnet 1996 ou Pape-Clément 1988 tiennent leur promesse...
B. Ducasse zzz46f

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie Restauration n° 2799 Hebdo 12 Décembre 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration