×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

ACTUALITÉ

Porte-monnaie électronique Moneo

Les buralistes font de la résistance

Alors que le porte-monnaie électronique Moneo est accessible aux franciliens depuis le 6 novembre, la Confédération des débitants de tabac s'insurge des conditions économiques et pratiques de sa mise en service. Explications.

S'il se dit "favorable à l'idée d'un porte-monnaie électronique", le président de la Confédération des débitants de tabac de France s'insurge contre "les coûts d'installation et de fonctionnement" du système Moneo, tel qu'il est proposé aujourd'hui. "Commissions et forfaits trop élevés, coûts de communication, décalages des dates de valeur..." Les éléments opposés par Michel Arnaud sont nombreux, d'autant plus que celui-ci n'a pas réussi à obtenir un dialogue à l'échelon national avec les banques concernées. Même si plusieurs rencontres ont eu lieu avec la société BMS, chargée du déploiement de Moneo. Ces discussions n'ont rien donné. Les banques semblent, en effet, refuser "toute négociation nationale". Il a en outre été "confirmé, de manière définitive, que Moneo ne pourra pas être mis en place à un coût zéro ou voisin de zéro". "De plus, ajoute-t-on à la confédération, et malgré les questions précises posées par les représentants des buralistes, l'intérêt économique de Moneo pour les buralistes n'est toujours pas décisif." L'adoption du système par un débitant diminuerait, selon les estimations faites par la confédération, ses marges de près de 20 %, hors matériel. Situation "paradoxale" puisque, comme le rappelle la confédération, "Moneo doit en principe se substituer à la petite monnaie dont l'utilisation n'implique pas de coût supplémentaire pour le commerçant". Michel Arnaud appelle officiellement ses adhérents à ne pas adopter le porte-monnaie électronique Moneo.
S. Soubes zzz67m

A la charge du commerçant...
* Coûts d'investissement :
80 e pour l'installation, 200 e pour l'achat d'un TPE dédié à Moneo
* Coûts de fonctionnement :
0,6 % par transaction en moyenne ou forfait mensuel de 3 à 5 e.
Les coûts de communication sont à la charge du commerçant et les jours de valeur portés à J + 2 en moyenne.

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2794 Hebdo 7 Novembre 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration