×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

EDITO

LOIN DES 35 HEURES

Bénéficiant d'un début de 'reprise' et surtout d'un engouement fort compréhensible pour des loisirs de plus en plus longs, la profession semble connaître une embellie dont elle ne peut toutefois profiter pleinement. C'est le véritable paradoxe de la réduction imposée du temps de travail, conçue d'une manière rigide et bureaucratique par la 'dame des 35 heures' et ses conseillers qui n'ont qu'une idée très lointaine de la réalité de l'entreprise.
Résultat contraire à l'objectif proclamé : impossible d'organiser rationnellement la durée du travail pour la plupart des petites entreprises du secteur sans sombrer dans de véritables délires réglementaires et comptables, et donc impossible de développer son activité en toute liberté, donc d'embaucher tant que de besoin. Et c'est tout le paradoxe de ces trop fameuses 35 heures que l'on a voulu imposer uniformément à tout un pays. D'ailleurs, il suffit d'observer combien l'Etat éprouve des difficultés à mettre la mesure en application dans la plupart de ses administrations afin de mesurer les dangers d'une réglementation péremptoire.
Or, la profession a surtout besoin de souplesse pour répondre à une demande en croissance, tout en assurant à ses salariés des conditions de travail attractives, ce qui n'est pas encore aujourd'hui la règle générale : meilleurs salaires, horaires et temps de repos adaptés, considération et valorisation des métiers.
Même si rien n'est parfait au pays du 'grand capital' où prospèrent également des millions de petites entreprises, on aborde les questions avec davantage de pragmatisme que d'idéologie. En ce début de relance économique, la restauration américaine connaît une période euphorique après avoir beaucoup souffert des attentats du 11 septembre dernier. Raison de plus, pensent les employeurs et les salariés du secteur, pour ne pas compter les heures alors que les clients font la queue à l'entrée des établissements. Le temps du repos viendra plus tard. Mais nous sommes loin des 35 heures...
L. H. zzz80

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2773 Hebdo13 Juin 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration