×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

VIE PROFESSIONNELLE

FDIH 87

Les mots pour le dire

François Roulière, président de la Fédération de la Haute-Vienne, tient à rectifier des propos mal interprétés tenus lors de l'AG du 25 mars dernier, et relatés dans une de nos précédentes éditions. Ces termes, qui concernaient les TPE et leurs charges, ainsi que le dispositif Quotient Emploi avaient provoqué une vive réaction de plusieurs hôteliers-restaurateurs locaux, réaction dont nous nous étions fait l'écho, sans pouvoir joindre François Roulière, parti en vacances.

"Si j'ai effectivement souligné que nous ne pouvions rester en marge du reste de l'activité économique, et que si nous voulions garder nos collaborateurs - et en attirer d'autres - il nous faudra tôt ou tard appliquer le droit commun du travail, je précise qu'il n'est pas question dans mes pensées de faire payer les petits pour les grands, comme certains ont cru le comprendre. Vu nos difficultés, notamment amplifiées dans notre département, il faut que l'Etat prenne des décisions nous permettant de faire face à ces dernières. Car il n'est pas normal que nos entreprises, à forte utilisation de main-d'œuvre, et principalement les TPE, ne puissent assurer leur développement, et même simplement survivre à cause des charges insupportables venues des Assedic, Urssaf ou autres. Sans compter que nos professions participent largement à l'effort national de baisse du chômage, parce qu'elles sont justement à forte main-d'œuvre."

Dispositif Quotient Emploi
François Roulière se félicite du dispositif Quotient Emploi, sur lequel planche depuis quelques années un groupe de professionnels de l'Umih, et qui tend pour des entreprises comparables à privilégier celles qui embauchent en diminuant leurs charges patronales. Soulignant que la tendance actuelle est à la diminution d'effectifs dans les entreprises, afin de la rendre économiquement plus compétitive, le président de la Haute-Vienne rappelle les spécificités en la matière pour sa profession : "Alors que la quasi-totalité des agglomérations de France est en surcapacité, la tendance lourde que l'on constate est celle des multiplications d'implantation d'hôtellerie automatisée et de résidences de tourisme entraînant la disparition de l'hôtellerie de service. Pour une même activité, à dimensions égales, ce sont les entreprises employant le plus de personnes qui payent le plus de charges, et il faudrait mettre en place un dispositif inverse obligeant les entreprises employant le moins de personnes possibles à payer plus de charges salariales." Cette analyse, mal comprise par les professionnels de la Haute-Vienne, avait justement soulevé la polémique évoquée au début de cet article. François Roulière visant ainsi les établissements économiques de chaîne tels que Formule 1, fonctionnant avec un personnel restreint tout en ayant la capacité d'un hôtel normal, et non pas les petits hôteliers qui avaient cru se reconnaître dans ces propos. Dont acte.
J.-P. Gourvest zzz76v

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2769 Hebdo 16 Mai 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration