×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

CONCOURS LES REPERES POURSUITES

> Sofitel Lyon-Bellecour


Marie-Cécile et Raphaëlle : à la découverte du passeport.

Fin de matinée calme ce lundi 6 mai. Les clients ont déserté le hall. En réception, Marie-Cécile et Raphaëlle, passeport en main. Echanges et dialogue dans la bonne humeur : on découvre ce 'petit livre' qui, à l'évidence, n'est pas devenu un instrument de torture propre à donner des insomnies.
Marie-Cécile Desvignes confirme. Ex-élève de l'Institut Vatel à Lyon, elle a débuté à l'hôtel Holiday Inn, devenu Grand Hôtel Mercure Lafayette en 1997 lors de sa reprise par Accor. Depuis 3 ans, elle est au Sofitel Lyon-Bellecour en réservations/réception.
Avec tous les employés de son service, elle a découvert les 'Repères' à travers la présentation qu'en ont faite Eric Obeuf, directeur général de l'établissement, et Gérald Hougardy, responsable de l'hébergement. Tous deux se sont chargés de disséquer l'opération et d'expliquer l'intérêt de chacun des documents. A l'heure des découvertes, nulle question n'était taboue et les langues se sont déliées.

"Une image parfaite de nous-même"
Dans l'ensemble, et de l'avis général, l'initiative est plutôt bien perçue. Tous sont intimement persuadés que le travail n'est pas le même chez Sofitel et chez Ibis, par exemple. La notion de luxe, pas toujours bien disséquée lors de l'enseignement, est un élément primordial.
"Le passeport va nous permettre de donner une image parfaite de nous-même et de notre hôtel. C'est important car, comme l'a souligné Eric Obeuf, c'est un rappel des valeurs professionnelles du métier sur le 'savoir-être' et le savoir-faire dans l'hôtellerie de luxe", explique Marie-Cécile.
Leçon bien apprise ? Sans doute, mais on sent la volonté de s'impliquer et d'impliquer les collègues comme en témoignait la discussion préalable. "Les clients arrivant dans le luxe ont besoin d'être rassurés", martèle Eric Obeuf. "Je crois qu'il est toujours utile d'avoir des repères, sourit Marie-Cécile. J'ai lu ce qui concernait l'hébergement et la réservation. Etant le premier contact avec le client, je lui donne la première image de l'hôtel. Il est donc primordial qu'elle soit favorable."
Le passeport a fait parler, et nul n'a pris l'initiative à la légère. "Le personnel est sensibilisé. C'est une façon plutôt cool de faire prendre conscience de ce que le client est en droit d'attendre de nous." Et ce quiz, n'est-ce pas une sorte d'examen ? "Je trouve ça plutôt sympathique et intéressant. C'est aussi une mise à jour pour les nouveaux arrivants. Chacun répond de son côté, et s'emploie à trouver les bonnes réponses. Certains en ont peut-être plus besoin que d'autres. Dans mon domaine, je suis déjà testée tous les mois. Pour moi, les repères ont toujours existé et le fond reste identique, même si c'est davantage formalisé. C'est en quelque sorte une mise à jour qui ne me gêne pas : je reste persuadée qu'il faut posséder un maximum d'éléments pour être performant", conclut Marie-Cécile.
J.-F. Mesplède zzz36i zzz36v

> Sofitel Demeure Hotels Le Parc Paris


Joseph Aperto, Virginie Creyx, Dominick Adrian et Denise Hendriks fin prêts pour remporter le challenge Sofitel.

C'est un vaste jardin privé, proche de la place Victor Hugo et du Trocadéro, où les oiseaux chantent aujourd'hui à tue-tête. A l'ombre d'un flamboyant rhododendron se cache une petite salle de réunion. Même en ce bel après-midi du mercredi 8 mai, on semble travailler 'dur dur' dans l'enceinte du Sofitel Demeure Hotels Le Parc Paris. Assis autour d'une table, Dominick Adrian, directeur général de l'établissement, Joseph Aperto, chef concierge, Denise Hendriks, responsable du service hébergement, et Virginie Creyx, directrice adjointe, discutent en effet avec sérieux.
Actuellement, il est vrai que ces protagonistes ont du pain sur la place. L'hôtel s'apprête d'une part à inaugurer, le 21 mai prochain, un nouveau concept de restauration avec terrasse design visitée par Patrice Jouin, en lieu et place de l'ancien Relais du Parc. D'autre part, le classement annuel Virtuoso (réseau d'agences de voyages américaines top luxe) a nommé Joseph Aperto parmi les meilleurs concierges.
Pourtant, les intéressés échangent des idées à propos d'un tout autre sujet. Voilà en fait bientôt une demi-heure qu'ils commentent le lancement du concours Sofitel Repères Poursuite. "C'est une opération très judicieuse ! Une sorte de piqûre de rappel qui permet à chaque unité de se remettre au carré par rapport aux repères de service de la chaîne", avoue Dominick Adrian. Et Denise Hendriks d'ajouter : "Ce concours sensibilise nos collaborateurs sur ce que nous faisons déjà dans chacun de nos départements. Mais, il leur donne également l'occasion d'améliorer certains points précis."  

Plus d'échanges entre services
D'autant mieux que les quiz, distribués dans les unités du réseau français à raison d'un tous les quinze jours, appellent à la réflexion. D'ailleurs, il y a parfois quelques questions piège. A titre d'exemple : "Quand le téléphone sonne, on répond... après 3 sonneries minimum, après 3 sonneries précisément, après 3 sonneries maximum ?"
Selon le chef concierge, Sofitel Repères Poursuite constitue aussi un excellent moyen ludique de s'imprégner des nouvelles procédures mises en application dans la chaîne auprès des dernières recrues. "Les derniers arrivants apprennent ainsi que chez Sofitel, le client est pris en charge avant même d'avoir pénétré dans l'hôtel", commente ainsi Joseph Aperto.
A peine le premier quiz reçu, les 138 employés du Sofitel Demeure Hotels Le Parc Paris se sont lancés dans la partie. "Les réceptionnistes se concertent avec les étages. Les cuisiniers interrogent les serveurs... Tout le monde cherche un peu à savoir ce que doivent faire les autres", souligne Virginie Creyx. Une attitude collective de bon augure pour les futurs gagnants qui seront de toute manière récompensés comme il se doit par leur directeur général. Ce dernier ne se fait d'ailleurs guère de souci pour la mise en place des 39 repères Sofitel. "Nous serons fin prêts d'ici le 30 juin prochain. Et si un de nos services sort du lot, nous saurons remercier nos collaborateurs à la hauteur de leur engagement", précise Dominick Adrian.
C. Cosson zzz36v zzz36i

Article précédent


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2769 Hebdo 16 Mai 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration