×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

VIE PROFESSIONNELLE

Umih 15

TVA ET RTT AU MENU, BIEN ENTENDU

TVA, RTT : derrière ces deux sigles se trouve le cauchemar des hôteliers-restaurateurs. Mais ils ne veulent pas baisser les bras. Le combat continue et se densifie.


Dans le Cantal, sur 800 hôtels-restaurants, 500 sont affiliés à l'Umih du département.

La TVA reste à l'ordre du jour, le bras de fer engagé par l'Umih se poursuit pour obtenir un taux uniforme pour la TVA dans la restauration, qu'elle soit assise (19,6 % actuellement) ou collective (5,5 % comme pour la vente à emporter). André Daguin, président de l'Umih, a rappelé le déroulé de l'action devant les adhérents du Cantal où le combat n'est que peu suivi. "Nous nous sentons un petit département, et nous avons une certaine crainte des administrations. Mais nous avons lancé une pétition pour soutenir le mouvement", a rappelé Thierry Perbet, président du club des Jeunes hôteliers-restaurateurs du Cantal. André Daguin a balayé ces remarques en rappelant : "Nous savions bien que tout le monde ne pourrait pas suivre. Mais ce n'est pas grave. Nous sommes assez nombreux et déterminés. Nous ne pouvons pas perdre, a rassuré le président national. Il y a eu des déclarations menaçantes devant les médias. Mais pas de courrier aux personnes concernées, pas de traces écrites."

Un pays, une activité, un taux
"Ce que nous défendons est simple : un pays, une activité, un même taux de TVA. La France ne veut pas. Nous avons attaqué Bercy ; le Conseil d'Etat nous a donné raison. Mais rien n'a changé. Nous, nous ne disons pas : il faut tel ou tel taux. Mais simplement, il doit exister un seul taux pour tout ce qui est restauration", a souligné André Daguin. Pour la RTT, il a rappelé haut et fort : "Nous sommes favorables à la réduction du temps de travail. Car si nous ne faisons rien, notre personnel s'en ira faire ses 35 heures ailleurs. Mais là aussi, nous voulons les mêmes règles que les autres. C'est-à-dire, 4 heures de moins par semaine, donc de 43 à 39 heures." Il a aussi regretté que la spécificité des services ne soit pas mieux appréhendée. André Bouyssou, président de l'Umih du Cantal et de l'Auvergne, s'est ensuite penché sur les particularités du département. "Ce sont les patrons qui prennent le relais pour suppléer les réductions du temps de travail. Surtout pour les cafés, et ainsi, dans nos petits villages, trop souvent il ne reste qu'une buvette municipale ouverte seulement les dimanches. Nous avons de plus en plus de difficultés pour trouver du personnel. Je suis inquiet pour l'avenir, pour les jeunes."

Vers un sous-prolétariat en milieu rural
Dans la salle, un hôtelier a mis le doigt sur une anomalie qui s'amplifie. "Nous passons de plus en plus de temps pour savoir comment se positionner vis-à-vis de l'administration qui ne sait même pas répondre à nos questions." D'autres sujets ont été abordés. Comme le potentiel de développement du tourisme dans le Cantal. Un participant a regretté "les visites trop démonstratives, en plein milieu du service, des forces de l'ordre pour des contrôles dits de routine". Pour sa part, Bernard Bouniol, président de la CCI d'Aurillac, a souligné "le parcours du combattant" que représente le montage de dossiers pour obtenir des subventions. "C'est une des activités les plus fastidieuses du service hôtellerie-tourisme qui en traite entre 60 et 70 par an." Malgré tout, les professionnels du Cantal affiliés à l'Umih du département (500 sur les 800 hôtels-restaurants) ont investi 36,50 Me l'an dernier.
P. Boyer zzz74v

Vive les camping-cars  

François Rongier (le Chalet du Col de Serre) a raconté à ses collègues son expérience des camping-cars. En contact avec les responsables de Camping-car magazine, il s'est renseigné sur les moyens à mettre en œuvre pour attirer cette clientèle. Rien de plus facile : il faut une aire pour qu'ils puissent stationner avec un point d'eau et un système pour la vidange des eaux usées et des W.-C. chimiques. Coût estimé par le magazine : de 2 300 à 7 600 e.
Fort de ces renseignements, François Rongier s'est lancé dans l'aventure et propose une aire en face de son établissement. "C'est une bonne clientèle. J'en ai régulièrement pendant la saison, plusieurs dizaines chaque jour", soutient-il. Comme le Cantal dispose d'un "fabuleux patrimoine naturel", pour reprendre les termes de La France en camping-car, le potentiel de développement est réel. "Je vous encourage à relever ce défi", conclut François Rongier.

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2768 Hebdo 9 Mai 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration