×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

COURRIER DES LECTEURS

Carnet d'adresses

Le porte-monnaie électronique Monéo

J'ai entendu parler du porte-monnaie électronique Monéo. Pouvez-vous me dire en quoi cela consiste ? (Céline sur le Forum de L'Hôtellerie)

Monéo est un porte-monnaie électronique conçu par la société BMS, qui se développe progressivement dans toute la France. Il s'agit d'un nouveau moyen de paiement qui se présente sous la forme d'une carte à puce rechargeable, et permet d'effectuer un paiement de faible valeur (maximum de 30 e) sans pièces ni billets. Un client peut vous payer avec une carte Monéo si vous posséder un terminal de paiement adapté, sachant qu'il peut s'agir du même terminal que celui destiné aux cartes bancaires ou d'un terminal spécifique. Dans les 2 cas, vous devez vous adresser à votre banque pour vous équiper d'un terminal adapté à la carte Monéo. C'est également votre banque qui va fixer le taux de commission qu'elle vous facturera pour chaque encaissement réalisé avec Monéo.

Le paiement avec Monéo s'effectue de la manière suivante :
w Vous insérez la carte à puce dans le terminal. Celui-ci va afficher la somme dont est garni le porte-monnaie électronique de votre client.
w Si la valeur affichée est suffisante pour le paiement souhaité, il vous suffit de saisir et de valider le montant de la prestation. Votre client va payer en appuyant sur la touche validation.
Il n'a pas à composer de code secret, et vous n'avez pas à lui remettre de ticket. La somme est simplement débitée de son porte-monnaie électronique, et votre compte bancaire est automatiquement crédité de la somme payée.
w Si la valeur affichée est insuffisante pour payer la prestation, et si elle inférieure à 10 e, vous pouvez proposer à votre client de recharger son porte-monnaie à partir de votre terminal.
Le client peut également recharger son porte-monnaie à partir de bornes spécifiques situées dans les banques. Une fois la carte rechargée,
le client peut payer en appuyant sur la touche validation.
Si vous manipulez beaucoup de petite monnaie, comme c'est le cas pour les bars ou la restauration rapide par exemple, vous équiper d'un terminal de paiement adapté à Monéo peut vous être utile.
Si vous souhaitez vous équiper d'un terminal de paiement adapté à Monéo, vous devez contacter votre banque. Vous pouvez aussi consulter le site
Internet de Monéo : www.moneo.net zzz67

Déterminer la valeur locative de votre fonds de commerce

Dans le courrier des lecteurs Qui doit payer la taxe foncière dans un bail commercial ? (L'Hôtellerie n° 2763 du 4 avril 2002), à un moment donné vous écrivez : "Petite consolation, le fait de faire payer au locataire des charges qui incombent normalement au propriétaire constitue un supplément de loyer. Lors de la révision ou du renouvellement du loyer, le locataire pourra s'en prévaloir pour le calcul de la valeur locative." Quel est le texte de loi de référence et comment faire le calcul car mon propriétaire me demande de payer une augmentation ? (D.L. de Bordeaux)

Attention ! Nous vous rappelons que lors de la révision ou du renouvellement de votre bail, votre loyer ne peut subir une augmentation supérieure à celle de l'évolution de l'indice du coût de la construction, c'est le principe du plafonnement du loyer. Cependant, tout principe souffre des exceptions. En effet, les dispositions relatives à la fixation du loyer renouvelé selon la variation de l'indice du coût de la construction ne s'appliquent pas dans certaines circonstances, et dans ces cas, le loyer est fixé selon la valeur locative. Ce qui permet, en cas de sous-évaluation de loyer, de permettre au propriétaire de doubler, voire de tripler le loyer précédemment fixé pour le réajuster à la valeur locative (qui est en fait la valeur actuelle du loyer). On parle alors dans ces hypothèses de déplafonnement du loyer.
La valeur locative peut être déterminée à l'amiable entre les deux parties, le propriétaire et le locataire, mais dans la majorité des cas, à défaut d'un accord, c'est le juge qui va déterminer celle-ci. L'article L.145-33 du Code de commerce énumère les éléments que le juge doit prendre en compte pour déterminer la valeur locative lors de la révision ou du renouvellement du bail. Cet article prévoit qu'il faut prendre en compte 5 éléments :
w les caractéristiques du local considéré,
w la destination des lieux,
w les obligations respectives des parties (c'est ici que l'on prend en compte les charges que vous payez et qui incombent normalement à votre propriétaire comme la taxe foncière),
w les facteurs locaux de commercialité,
w les prix couramment pratiqués dans le voisinage.
En pratique, quand le conflit est porté devant les tribunaux, le juge nomme un expert qui va établir un rapport au vu de ces éléments. zzz62

Une prime exceptionnelle ne peut pas remplacer le paiement des heures supplémentaires

Pendant quelques mois, je n'ai pas payé les heures supplémentaires effectuées par mes salariés, mais, pour compenser, je leur ai versé une prime exceptionnelle. Aujourd'hui, un de mes salariés m'a envoyé un décompte d'heures supplémentaires qu'il a établi lui-même. Il me réclame un nombre important d'heures supplémentaires, mais le problème est que je n'ai pas de relevé du nombre d'heures supplémentaires. (Jean-François sur le Forum de L'Hôtellerie)

Sachez tout d'abord qu'une prime exceptionnelle ne peut absolument pas remplacer le paiement des heures supplémentaires effectuées. En effet, le paiement des heures supplémentaires doit apparaître clairement sur le bulletin de paie avec mention du nombre d'heures effectuées et le taux de majoration qui leur est appliqué (art. R.143-2-5°du Code du travail).
A défaut de mention sur le bulletin de paie, les heures supplémentaires seront présumées n'avoir pas été payées. Dans votre cas, si votre salarié saisit le conseil de prud'hommes, vous allez être confronté à un problème de preuve.
En effet, votre salarié a comptabilisé lui-même les heures supplémentaires dont il réclame le paiement.
Par contre, de votre côté, vous ne disposez d'aucun élément pour le contredire : ni relevé d'horaires, ni bulletin de paie précisant que des heures supplémentaires lui ont été payées.
Au contraire, vous reconnaissez vous-même qu'il a effectué des heures supplémentaires puisque c'était le motif de la prime exceptionnelle.
Or, le juge va forger sa conviction au vu des éléments rapportés par les 2 parties, conformément à l'article L.212-1-2 du Code du travail. Dans la mesure où vous n'apportez aucun élément pour contredire votre salarié, le juge pourrait estimer que la réclamation de votre salarié est fondée en l'absence de preuves contraires de votre part. Vous risquez alors d'être condamné à payer à votre salarié les heures supplémentaires qu'il vous réclame, et à verser aux Urssaf les cotisations sociales applicables à ces heures supplémentaires. zzz60r

La promesse d'embauche peut valoir embauche

Actuellement en poste dans un établissement, j'ai une proposition d'embauche avec lettre d'embauche ailleurs. Je souhaite que mon nouvel employeur me remette un contrat pour donner ma démission à mon employeur actuel. La lettre d'embauche est-elle une assurance pour moi ? (F.M. de Paris)

Il n'est pas nécessaire de demander un contrat de travail, votre lettre d'embauche peut être suffisante. En effet, la promesse d'embauche peut valoir embauche si elle contient certaines mentions. Il faut qu'elle précise le nom, le prénom, l'adresse du salarié, l'emploi proposé,
la rémunération, et éventuellement, la date d'entrée en fonction du salarié. Ces mentions sont obligatoires. Si l'une d'entre elles fait défaut,
la promesse d'embauche n'a aucune valeur juridique. Que se passe-t-il si l'employeur vous refuse le poste alors même qu'il vous a fait une promesse d'embauche ?
Dans ce cas, le salarié peut prétendre à des dommages-intérêts si la rupture de la promesse n'est pas justifiée. Par exemple, l'employeur ne peut pas invoquer des difficultés financières ou même l'insuffisance professionnelle du salarié pour rompre sa promesse d'embauche. Mais attention, le salarié peut être condamné, lui aussi, à verser des dommages-intérêts à l'employeur s'il rompt sa promesse d'occuper le poste. zzz60c

Mise en garde

Une hôtelière de Sanary (Var) tient à mettre en garde tous ses confrères contre un individu commettant des actes de grivèlerie.
"Un homme se faisant passer pour un camionneur, dont le camion est tombé en panne, dit être envoyé par les CRS afin de pouvoir abuser de la confiance des hôteliers-restaurateurs. Il s'est même présenté à l'office de tourisme de notre commune pour être dirigé vers un hôtel. Il peut donc agir de la même façon dans les autres communes.
Il est arrivé chez nous, au Bon Abri à Sanary, samedi 27 avril 2002. Il a pris le repas du soir, a passé la nuit et pris un petit-déjeuner. Il devait rester jusqu'au mardi suivant en pension complète. Mais nous ne l'avons plus revu depuis dimanche 28 avril au matin. Il a de plus emporté les clés de la chambre avec lui.
Il a réservé chez nous et d'autres hôteliers (où il ne s'est finalement pas présenté) sous le nom de M. Henneaux.Il mesure environ 1,70 m. Il a des cheveux châtain clair et porte une moustache. De corpulence rondouillarde, il est bavard et a l'air sympathique. Il semble être originaire du Nord, voire même de Belgique. S'il vous remet des clés, il est possible que ce soient celles de l'hôtel dans lequel il est passé précédemment. Il nous a remis une clé sans trousseau qu'il avait soi-disant trouvé par terre. Nous l'avons remise au commissariat de police de Sanary."
Melle Caroline Hamel, gérante du Bon Abri à Sanary, que vous pouvez contacter au 04 94 74 02 81. zzz36v

Rubrique animée par Pascale Carbillet et Tiphaine Beausseron. Exclusivement réservée aux établissements abonnés.
E-mail : pcarbillet@lhotellerie-restauration.fr

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2768 Hebdo 09 Mai 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration