×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

ACTUALITÉ

Droit de terrasses à Béziers

154 000 euros de taxes pour la ville

A Béziers, ce sont 129 terrasses qui sont taxées par la municipalité en fonction de leur situation géographique. Plus de la moitié des sommes récoltées provient ainsi de 17 établissements.

Loin de remettre en cause le principe de taxation adopté par la municipalité, les restaurateurs et les cafetiers installés sur les allées Paul Riquet - 17 établissements au total - contribuent pour moitié aux 154 000 e engrangés par la municipalité en échange de l'occupation du domaine public. Les tarifs sont fixés selon la zone géographique où est implanté l'établissement avec quatre modes de taxation sur la base du mètre carré, contrairement à la ville de Sète par exemple où la taxe est fixée à la table ou à la chaise. Sur les allées, la statue de Paul Riquet fait donc figure de limite fiscale. En haut de cette limite, de la statue au théâtre, les taxes sont les plus chères de la ville avec une déclinaison des tarifs qui évoluent également selon la saison. Ainsi, en juillet et août, le m2 est fixé respectivement à 14,40 et 20,30 e, alors que les autres mois font l'objet d'un tarif unique à 8,70 e. Des professionnels qui peuvent par ailleurs opter pour un forfait annuel plus avantageux : 52 e pour 10 mois ou 40,60 e pour 8 mois. Au bas des allées, ce forfait annuel est ramené à 26 e pour 10 mois et à 20,80 e pour 8 mois. Quant au troisième mode de facturation, il ne s'applique qu'aux voies semi-piétonnes, le domaine public n'étant occupé que du 1er mai au 30 mars avec un prix au m2 de 6 e par mois.

"Une répartition équitable"
Partout ailleurs, c'est un prix unique de 3,40 e par mois et par m2 qui s'applique. Une répartition que le président de l'Umih biterroise, Alain Maurel, juge parfaitement adaptée : "Même si le sentiment d'insécurité est particulièrement palpable aux abords des allées et reste un frein à l'activité, nous ne remettons pas en question le principe de cette taxation qui a le mérite d'être équitable. Les allées sont idéalement placées, que ce soit d'un point de vue géographique que d'un point de vue commercial, et à titre d'exemple, le prix au m2 mensuel est de 122 e à Montpellier", commente le restaurateur dont l'établissement, le Victor, est situé en face de la statue du créateur du Canal du Midi. Seul changement notable cette année sur les allées, les structures en toile, qui servent à protéger la clientèle, doivent faire l'objet d'une demande de permis de construire. Le maire de la ville, Raymond Couderc, prévoit en outre d'harmoniser à l'été 2003 l'ensemble des tentures qui y seront présentes, et ce, sous l'égide des Bâtiments de France. zzz22v zzz24 zzz26v

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2768 Hebdo 9 Mai 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration