×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

FORMATION

Edouard Branly à La Roche-sur-Yon

Lycée et CFA forment plus de 500 jeunes

Depuis 40 ans, le lycée Edouard Branly est une institution en Vendée. Au cœur du chef-lieu du département, ses bâtiments, totalement rénovés, accueillent un lycée professionnel et technologique.

Le secteur hôtellerie-restauration recense à lui seul 230 élèves sur les 700 élèves inscrits dans l'une des 6 filières de formation du lycée.
Et ce n'est pas tout. Edouard Branly héberge aussi un centre de formation des apprentis qui a fait des métiers de l'hôtellerie et de la restauration son unique spécialité. A la tête des deux établissements, Michèle Peltan, à la fois proviseur du lycée et directrice du CFA. Les deux identités sont juridiquement dissociées. Pourtant, des passerelles existent entre elles "afin d'offrir de nouvelles formations communes correspondant à la demande du marché". Dans cette perspective, le CFA a ouvert cette année une classe 'mixte' se composant d'apprentis, de lycéens et d'adultes en formation.

10 places non pourvues
Malgré une excellente réputation en Vendée, la filière hôtellerie-restauration du lycée Branly n'a pas fait le plein en 2001 : elle accueille 230 élèves pour une capacité globale de 240 places. "Une légère baisse des effectifs, signe incontestable du malaise que traverse la profession. Il n'empêche, la motivation des lycéens que nous formons reste forte", remarque Raymond Vautier, chef de travaux.
BEP, bac pro en 2 ans et même en 1 an, bac technologique, mention complémentaire barman. Au lycée Branly, la carte des formations est restée la même en cette année scolaire 2001-2002. A une exception près : la formation complémentaire d'initiative locale, option cuisinier de chaîne hôtelière, a été "suspendue" selon les termes de Raymond Vautier, 1 an seulement après son lancement. Concrètement, cette formation ouverte aux titulaires d'un bac général ou technologique se donnait pour objectif de "faire acquérir à des jeunes motivés une formation par alternance avec le groupe Accor (14 semaines au lycée, 17 en entreprise). Celui-ci s'engageait de son côté à proposer un emploi aux jeunes ayant validé cette formation". Sur les 15 places prévues initialement, 9 ont été pourvues l'an dernier. "Nous n'avions plus que trois candidats à l'aube de cette rentrée scolaire. Nous avons décidé de mettre cette formation en sommeil. Mais elle sera reconduite l'année prochaine."
Les élèves du lycée se partagent donc entre les filières classiques : pour le BEP et le bac pro, les élèves sont admis sur dossier. Quant au bac technologique hôtellerie et au bac pro en 1 an option service et commercialisation, l'admission est assujettie à l'examen du dossier scolaire du candidat ainsi qu'à un entretien. "Cette année, en raison notamment de la concurrence des établissements de Nantes et de La Rochelle, nous enregistrons 22 élèves en première année de bac techno alors que nous disposons de 80 places."
La légère chute des effectifs n'est pas alarmante. Mais au lycée, la vigilance est de rigueur. "A l'instar des actions menées par le CFA en matière de recrutement, nous sommes très présents dans les collèges, auprès des missions locales et des PAIO, nous participons à des forums, etc." Pour Branly, "la bonne notoriété de l'établissement ne suffit plus. Pas question cependant de faire de l'ombre au lycée professionnel Valère Mathé d'Olonne-sur-Mer", situé à seulement 40 kilomètres de là. "Notre bassin de recrutement s'étend de La Roche-sur-Yon à toute la partie Est de la Vendée, et au bocage en particulier."

Des élèves heureux et transformés
Pour Raymond Vautier, comme pour ses homologues dans tout le département, "la désaffection des jeunes pour les métiers de l'hôtellerie et de la restauration est certaine". Lui aussi est persuadé que "les aspirations de la jeunesse ne correspondent plus à la réalité de la profession". Pourtant, lorsqu'ils intègrent Branly, les lycéens se découvrent le plus souvent une réelle motivation, renforcée à l'issue des stages en entreprise.
Pour les élèves de BEP comme pour ceux de bac pro, l'affectation des stagiaires est réalisée par une commission composée des enseignants du lycée. Les BEP restent dans le département. "Grâce à nos bonnes relations avec la Fédération hôtelière de Vendée, nous travaillons le plus souvent avec les mêmes partenaires." Plus âgés, plus matures, plus expérimentés aussi, les élèves de bac pro partent à la découverte d'autres régions, y compris à Paris, dans des établissements plus sélects. Du côté du bac techno, Branly cible particulièrement les chaînes hôtelières, "puisque nous formons les futurs cadres de la profession". Quant aux élèves du bac pro en 1 an, les chaînes hôtelières plus haut de gamme leur sont réservées. Enfin, la mention complémentaire barman joue la carte des établissements de prestige : "Sofitel Quiberon, le Crillon et l'Hôtel Nikko à Paris." Très prisés, ces stages ne présentent qu'un inconvénient : "Le logement dans la capitale."
Que l'établissement qui les accueille soit haut de gamme ou plus modeste, Raymond Vautier remarque que ses "élèves reviennent heureux, et même transformés". Pour éviter les conflits, Raymond Vautier a une recette : "Bien connaître l'élève et l'entreprise, c'est un gage de succès."
I. Doat zzz68v zzz68c

La carte des formations

w BEP options cuisine/restaurant : Ouvert aux élèves de 3e technologique.
Formation en 2 ans, dont 8 semaines en entreprise.

w Bac professionnel options organisation et production culinaire, service et commercialisation : Ouvert aux BEP et CAP.
Formation en 2 ans, dont 18 semaines en entreprise.

w Bac technologique hôtellerie : Ouvert aux élèves de 3e générale. Formation en 3 ans, dont 16 semaines en entreprise.
w Bac professionnel en 1 an option service et commercialisation : Ouvert aux titulaires d'un bac général ou technologique.
Formation en 1 an, dont 10 semaines en entreprise.

w Mention complémentaire barman : Ouverte aux titulaires d'un CAP ou BEP restaurant, d'un CAP café-brasserie, d'un bac professionnel option service et commercialisation.
Formation en 1 an, dont 8 semaines en entreprise.

En hôtellerie-restauration, l'équipe pédagogique est composée de 12 enseignants : 7 en service et 5 en cuisine. Un chiffre auquel il convient d'ajouter les enseignants des matières générales.

CFA et lycée professionnel et technologique Edouard Branly
5, boulevard Branly - BP 259

85006 La Roche-sur-Yon CEDEX
Tél. : 02 51 24 06 06

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2755 Hebdo 7 Février 2002 Copyright ©

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration