×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

VIE PROFESSIONNELLE

Nouveau président à l'Umih 44

Nouveau discours

Philippe Quintana vient de prendre la présidence de l'Umih 44. A sa tête, il devrait impulser une nouvelle politique fondée sur l'écoute et le dialogue. Avec une équipe jeune à ses côtés, il va œuvrer avant toute chose pour la formation.

Une petite révolution vient de secouer l'Umih de Loire-Atlantique. Après 18 années de règne, le charismatique Gérard Hénault passe la main de la présidence... tout en conservant cependant celle de la région Pays-de-la-Loire. A l'instar de l'instance nationale, c'est un homme du sud, toulousain d'origine, qui prend le relais de l'Umih 44. Propriétaire du restaurant traditionnel Le Méditerranée et d'une unité de restauration rapide, Macadam Burger, Philippe Quintana, 47 ans, va donc devoir représenter les intérêts des 950 professionnels de Loire-Atlantique adhérents de l'Umih.
"Je suis un peu le lapin qui sort du chapeau, reconnaît-il lui-même, et en ce moment, je prends connaissance des différents problèmes, de l'organisation du syndicat, etc." Avec une équipe rajeunie, il va tout d'abord engager une "démarche dynamique de recherche d'adhérents". Dans ce département en effet, l'Umih et l'UDH ne rassemblent que 50 % des professionnels !
"Il faut que nous leur apportions autre chose, il faut changer de discours pour les toucher. Moi, j'aime travailler en équipe, jouer collectif. Si nous impliquons davantage les professionnels, ils se sentiront plus concernés et viendront nous rejoindre. Je suis prêt à endosser le costume de représentant de commerce."

Moderniser la communication
Pour ce faire, Philippe Quintana souhaite moderniser la communication du syndicat en éditant tout d'abord des lettres mensuelles à destination des cafetiers, des restaurateurs et des hôteliers. "Je veux une information plus fréquente qu'elle ne l'est aujourd'hui."
Mais le grand cheval de bataille de ce littéraire (il a passé un bac lettres avant un BTS de gestion hôtelière) demeure la formation. "C'est le gros dossier et nous y travaillons dès aujourd'hui avec l'ensemble du bureau. Nous allons provoquer des rencontres avec les institutionnels, la direction départementale du travail, la chambre de métiers, la Fafih, etc, pour trouver des solutions." D'ores et déjà, Philippe Quintana envisage de cibler des jeunes "de 20 à 21 ans. A cet âge, ils ont déjà un bagage intellectuel intéressant, et nous pouvons leur proposer des cycles de formation plus courts qu'aujourd'hui. Nous allons travailler sur un référentiel pour former par exemple quelqu'un en 3 mois pour la salle, 6 mois pour la cuisine avec une rémunération au Smic hôtelier". Sur la formation comme sur beaucoup d'autres sujets, le nouveau président de l'Umih souhaite travailler en bonne intelligence avec les professionnels de l'UDH, à l'image de ce qui se passe sur un projet de village saisonnier. "C'est un de mes rêves que de réunir les deux syndicats. Je les connais et ce sont des gens nouveaux et intéressants." Philippe Quintana devrait aussi renouer des relations avec la municipalité de Nantes "afin de réfléchir avec eux sur la charte de bonne conduite concernant les cafetiers. Je souhaite créer une charte de contrepartie. Il faut défendre les barmen plus sérieusement qu'ils ne le sont aujourd'hui".
Philippe Quintana ne manque donc pas de travail et de projets. Il devrait aborder sa tâche en renouant le dialogue partout où cela est nécessaire. "En tant qu'homme du sud, je partage avec Daguin cette envie de dérision. Je pense que l'on peut faire avancer les choses en étant diplomate. J'essaie surtout de réfléchir avant de dire quoi que ce soit."
O. Marie zzz74v

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'Hôtellerie n° 2751 Hebdo 10 Janvier 2002

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration