×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Vie professionnelle
_________________

Les rave-parties ont eu gain de cause

Les discothèques scandalisées

Les députés ont renoncé la semaine dernière à prendre des mesures législatives contre les excès des rave-parties. Plusieurs professionnels de la nuit et discothécaires se disent consternés par la décision 'électoraliste' des politiques.

Depuis plusieurs semaines, les politiques s'interrogeaient sur la nécessité de réglementer ou non les rave-parties. Mais en période préélectorale, il n'est jamais bon de contrarier la jeunesse, dont les bulletins de vote penchent traditionnellement plus à gauche qu'à droite. Le socialiste Bruno Le Roux, rapporteur du projet de loi sur la Sécurité quotidienne, soutenu par les députés socialistes, a donc fait voter la semaine dernière la suppression de l'amendement Mariani, déposé par le député RPR du Haut-Vaucluse après avoir essuyé dans sa circonscription deux rave-parties, à Caderousse et à Piolenc, dont l'une d'elles devait faire deux morts.


Pour Thierry Mariani, "on menace les discothèques de fermeture alors que l'on ferme les yeux sur ce qui se passe dans les raves".


Pour Thierry Mariani, les débats sont allés à l'encontre du bon sens : "Il y a deux poids, deux mesures. D'un côté, on menace les discothèques en leur disant 'si on trouve de la drogue chez vous ou si vos clients sont saouls, on vous ferme'. Et d'un autre côté, on dit aux jeunes qui participent à des raves, allez-y ! Les commerçants et les artisans doivent se plier à une réglementation rigoureuse, et dans le même temps, le gouvernement tolère une zone de non-droit. Ce n'est pas normal. Je voudrais ajouter que ce n'est pas la techno qui est en cause. Mais le niveau sonore est placé si haut qu'il occasionne des lésions irréversibles. Les jeunes se détruisent sous nos yeux. Et on ne fait rien. Il y a une mise en danger évidente et volontaire que nous devons pourtant combattre."
Les rave-parties sont nées outre-Manche, mais celles-ci sont depuis interdites sur le sol britannique lorsqu'il s'agit de techno. En France, le phénomène semble s'accélérer. Le principe ? Un jeu de piste, de flyer en boîte vocale, menant à un lieu que les participants vont découvrir au dernier moment. Au bout de la route, une scène improvisée sur un terrain pris au hasard et des enceintes gigantesques hurlant des décibels durant tout un week-end. Le spectacle est sensiblement le même à chaque fois. Des centaines, voire des milliers de jeunes, entre 20 et 25 ans en moyenne, dansent inexorablement au rythme du hard core. Pour 'durer', les paradis artificiels vont bon train. Ecstasy, coke, bonbonnes d'oxygène...

Silence Sacem
"Nous sommes tous scandalisés par le retrait de l'amendement, s'insurge Michel Cellier, président de la CPIH du Loir-et-Cher et patron d'une discothèque de 700 places. La profession, dans son ensemble, est astreinte à des règles. Nous signons des chartes de bonne conduite en matière de bruit, d'alcool. Nous veillons à ce qu'il n'y ait pas de drogue et de proxénétisme. A côté de ça, si nous fermons un établissement avec 10 minutes de retard, nous sommes sanctionnés par des fermetures administratives. Nous ne sommes pas libres de nos horaires et nous sommes montrés du doigt pour trouble à l'ordre public. Les organisateurs de raves, eux, peuvent faire tout et n'importe quoi dans l'impunité la plus totale..." Dans le nord de la France, où les discothèques subissent la concurrence difficile des établissements belges, mêmes regrets. Pour Bertrand Demarcq (Umih), patron du Nautilus à Cambrais, "les discothèques permettent de surveiller certaines pratiques et de limiter les dégâts des produits stupéfiants. Chez nous, en outre, la musique ne doit pas dépasser 105 décibels. On sait très bien qu'au-delà il y a de réels risques pour la santé. Nous sommes effectivement consternés de voir qu'on va laisser se multiplier les raves sans un cadre légal approprié".
Dans leur ensemble, les syndicats des CHR sont demeurés discrets face au problème. En mai dernier toutefois, l'Umih attirait, dans une lettre ouverte, "l'attention du gouvernement" et demandait qu'une "table ronde sur les jeunes, les loisirs et le monde de la nuit" soit organisée. "Les établissements de nuit font l'objet d'une scrupuleuse vigilance et doivent faire face à tous les problèmes de notre société sous peine de sanctions et de fermetures administratives, tandis que les manifestations hors-la-loi telles que les rave-parties bénéficient d'une totale liberté de manœuvre", pouvait-on lire. Dans une interview téléphonique récente, le président national de la branche cafés-discothèques de l'Umih a mis l'accent sur le non-respect des droits d'auteur, autre élément choquant du dossier. "Je constate qu'il est donc désormais possible de faire danser en France du public sans avoir à payer la Sacem. Compte tenu du silence assourdissant de celle-ci à ce sujet, j'aimerais souligner que les discothèques ont réglé près de 75 millions de francs l'an dernier au titre de droit d'auteur", a déclaré Jean-Louis Clauss.
Président de l'Association des métiers de la nuit, Yves Bougeard s'élève lui aussi contre les différences de traitement octroyées aux discothèques et aux organisateurs de raves. "Force est de constater que les déclarations du député Bruno Leroux (PS) en mai dernier, voyant d'un bon œil une charte de bonne conduite signée par les organisateurs de raves, relèvent plus de l'angélisme que de la réalité. On voudrait nous faire croire que les ravers, dont la seule idée est de faire ce qu'ils veulent, quand ils le veulent et là où ils le veulent, vont dès demain matin se plier à une charte de bonne conduite ? Franchement, ce n'est pas raisonnable. Comme il n'est pas raisonnable d'avoir fait retirer l'amendement de Thierry Mariani."
S. Soubes

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HôTELLERIE n° 2725 Hebdo 5 Juillet 2001


zzz28
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration