×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Vie professionnelle
_________________

En bref

CHR en tête
C'est le secteur de l'hôtellerie-restauration qui compte la proportion la plus importante de personnes payées au Smic. C'est avec 40,7 % de smicards que les CHR arrivent largement en tête devant les services personnels, domestiques, qui se situent à 33,1 %, suivis du cuir et habillement à 32,2 % et du commerce de détail à 26,8 %. Pour information, l'industrie agricole et alimentaire en est à 21,2 %, l'automobile à 1,5 % et les combustibles et carburants à 0,3 %. A méditer à l'heure où le débat bat son plein sur l'amélioration des conditions de vie
des salariés dans les CHR.

Grosse colère
Pas content du tout Gérard Pélisson ! Le cofondateur du groupe Accor ne digère pas la signature de l'accord sur la RTT dans les CHR qui amènera, à terme, le secteur aux 35 heures. Il ne s'est pas privé de le faire savoir à ceux qui ont soutenu la signature du côté patronal et leur a téléphoné. Il aurait qualifié leur attitude de "bolchevique" ! A l'heure où le trotskiste est à Matignon, le coprésident du conseil de surveillance reste très 'tendance' dans ses références, mais son attitude n'a pas du tout été appréciée et n'a semble-t-il intimidé personne. Pire, elle n'a fait que renforcer la position des indépendants signataires qui voient dans cette intervention la volonté des chaînes d'empêcher les plus petits d'améliorer les conditions de vie de leurs salariés dans leur entreprise. "Les dirigeants des grands groupes nous interdisent de faire ce qu'ils ont fait voici plusieurs années, les chaînes offrent sur le plan social de meilleures conditions que les indépendants, c'est à ce prix qu'elles attirent mieux que nous les salariés. La signature de cet accord de RTT les gêne parce qu'elles voient d'un mauvais œil que nous nous mettions au diapason. La compétition devient plus serrée sur le marché de l'emploi pour attirer les meilleurs, elles devront elles aussi aller plus loin pour garder leurs salariés ! Les indépendants n'ont pas à avoir d'état d'âme vis-à-vis des chaînes, et en particulier vis-à-vis du groupe Accor, même si le passage aux 35 heures leur coûtera cher. Si le cours en Bourse chute, ce n'est pas notre problème", précise l'un d'entre eux.
"Si nous avons signé cet accord, c'est par réalisme, prévient l'Upac. Notre profession, pas plus qu'une autre, ne pourra se soustraire à l'application de la loi dans une profession où 70 % des jeunes renoncent au métier dans les 5 ans qui suivent leur diplôme.
Il est vital d'offrir des conditions de travail qui permettent d'attirer et de garder des collaborateurs de qualité.
Notre profession ne peut rester à l'écart d'un mouvement général de société."

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HôTELLERIE n° 2725 Hebdo 5 Juillet 2001


zzz20a
zzz20t
zzz20o
zzz36v
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration