×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Courrier des lecteurs
__________________

Rubrique animée par Pascale Carbillet et Tiphaine Beausseron.
Exclusivement réservée aux établissements abonnés.
pcarbillet@lhotellerie-restauration.fr

_________ Tribune libre _________

Chiche Monsieur Fabius  

Vous affirmez que "la priorité dans les métiers de l'hôtellerie doit être la baisse des charges sociales". Vous avez cent fois raison.
Alors Monsieur le Ministre, aidez-nous à mettre en œuvre cette révolution primordiale pour tous les métiers de main-d'œuvre. Elle permettra l'évolution sociale de nos entreprises tant dans l'amplitude du temps de travail que dans sa récompense.
Aujourd'hui, notre métier est en voie de paupérisation, d'où un attrait de moins en moins important pour des jeunes de qualité.
Le fonctionnement de nos entreprises se fait avec le moins de personnel possible, d'où des situations difficiles de service, ce qui ne permet pas la vente qui pourrait se faire.
Si demain l'obsession des 60 % de charges qui s'ajoutent au salaire n'existaient plus, l'embauche et l'augmentation très importante des salaires seraient possibles.
Pour atteindre ce résultat, la solution paraît si simple qu'on ne peut croire qu'elle ne soit pas déjà mise en application.

Une solution si simple
La solidarité sociale doit être financée par une taxe basée sur autre chose que le salaire. Pourquoi pas la différence entre le chiffre d'affaires et les achats + les salaires (salaire exploitant compris) ? Cette nouvelle base permettrait de diminuer les charges pour ceux qui embauchent et de les augmenter pour ceux qui débauchent. La loi sur les plans sociaux aurait peut-être trouvé une solution.
Cette nouvelle base de calcul permettrait de rééquilibrer main-d'œuvre et les industries robotisées. Il faut compter un coût salarial de 10 % du chiffre d'affaires dans l'industrie automobile contre 35 à 50 % dans l'hôtellerie.
En 1962, un cuisinier gagnait 2 à 3 fois plus qu'un employé  d'une entreprise publique. Aujourd'hui il gagne parfois moins. L'évolution sociale de nos métiers doit passer par un réaménagement du temps de travail, mais aussi et surtout par une meilleure récompense du travail fourni.
Notre profession est aujourd'hui confrontée à un blocage de son évolution par un immobilisme coupable de l'Etat.
Notre société a basculé de l'ère industrielle à l'ère des services, mais l'Etat est resté dans l'ère industrielle : seuls sont nobles les emplois industriels. On se gargarise des 500 ou 600 emplois créés avec des aides pour Toyota, or nos métiers de tourisme ont créé 120 000 emplois en 4 ans. Pourtant, personne ne parle de ces emplois créés sans aide !
Si demain rien n'est fait, la France - premier pays touristique - verra son attrait économique majeur se détériorer ?
L'Etat doit considérer l'industrie touristique comme un élément majeur pour l'avenir. Il doit tout faire pour sauver le tissu économique de nos métiers, mais il doit en même temps donner au ministère du Tourisme les moyens financiers correspondant au fleuron de notre industrie : le tourisme.
Pour ce qui nous concerne, si l'on ne veut pas demain connaître la désertification, Monsieur le Ministre, vous devez nous aider dans votre souhait de diminution des charges, mais en même temps, mettre en place la régularisation de notre TVA et non pas la baisse, c'est-à-dire :
Solide : achat 5,5 % - vente 5,5 %
Liquide : achat 19,6 % - vente 19,6 % 

Alors Monsieur le Ministre, vous aurez sauvé et valorisé un métier pour le bonheur de ses salariés et patrons, mais aussi pour le plaisir de millions de consommateurs qui apprécient la France au travers de notre profession.
Claude Izard
(vice-président de la CPIH)

Ouvrages sur la réglementation des discothèques

Les textes réglementaires concernant les discothèques sont-ils disponibles dans un ouvrage particulier ? Dans l'affirmative, quel est celui-ci ? Où est-il possible de se le procurer ? (F.V. de Verdun)

Pour connaître la réglementation applicable aux discothèques, vous pouvez vous procurer l'ouvrage d'Yves Bougeard, président de l'AFMN (Association française des métiers de la nuit), intitulé Le guide de la nuit édition 2001. Il s'agit d'un hors série au magazine CRP (Le cafetier-restaurateur parisien) n° 351 édité par la Scarep et disponible auprès de l'Union patronale des CHR de Paris et d'Ile-de-France.
Union patronale des CHR de Paris et d'Ile de France
11, rue Antoine Bourdelle
75015 Paris
Tél. : 01 53 63 11 70
Fax : 01 45 49 96 56
E-mail : crp-idf@freesurf.fr

Vous pouvez également vous procurer les rapports annuels 2000 et 2001 de la chambre syndicale des cabarets artistiques, salles et lieux de spectacles vivants, bars d'ambiance, variété, jazz, chansons et discothèques de France. Ces rapports évoquent un certain nombre de questions juridiques propres aux métiers de la nuit dont les discothèques.
Chambre syndicale des cabarets artistiques
8, rue Bellefond
75009 Paris
Tél. : 06 18 41 84 88
Fax : 01 40 05 92 75
E-mail : rebecca4@wanadoo.fr
Web : www.syndicab-disco.com
Contact : Rebecca Le Chuiton (déléguée générale)

L'annuaire des réseaux commerciaux d'indépendants 2001

Je souhaite reprendre un établissement hôtelier, mais je ne veux pas me retrouver seul dans un premier temps. Je voudrais connaître les coordonnées des groupes qui mettent leur établissement en franchise ou qui proposent d'autres formules de partenariat. Pourriez-vous me communiquer leurs coordonnées ? (G.R. de Reims)

Annuaire.JPG (5607 octets)Je vous conseille de vous procurer L'annuaire des réseaux commerciaux d'indépendants, 19e édition 2001, qui comporte plus de 700 enseignes représentant une centaine d'activités, dont l'hôtellerie, la restauration ainsi que la restauration rapide.
Cet ouvrage, qui s'appelait auparavant L'annuaire de la franchise, s'intitule désormais L'annuaire des réseaux commerciaux d'indépendants. En effet, si la franchise reste la formule la plus utilisée, d'autres formules du commerce associé se développent de plus en plus comme le partenariat, l'affiliation, la commission affiliation, les coopératives, les groupements de commerçants.
Il s'agit d'un document de référence pour tous les professionnels. Il permet en outre au candidat de faire ses premières recherches, analyses et comparaisons des divers concepts.
Vous trouverez dans cet ouvrage une fiche technique pour chaque enseigne qui précise, entre autres, la forme du partenariat utilisé, c'est-à-dire s'il s'agit d'une franchise, d'une concession, d'un partenariat, d'un groupement de commerçants..., le nom de la société gestionnaire, la durée du contrat, le nombre d'adhérents, le chiffre d'affaires global du réseau sous enseigne, le droit d'entrée, le montant de la redevance, les moyennes du magasin type, si l'enseigne est en phase de recrutement, et les personnes à contacter.
Cet annuaire permettra à tout candidat de sélectionner l'enseigne qu'il veut rejoindre selon ses goûts et surtout selon ses possibilités financières.
Vous pouvez vous procurer L'annuaire des réseaux commerciaux d'indépendants 19e édition 2001 aux coordonnées suivantes :

Assemblée des chambres de commerce et d'industrie
45, avenue d'Iéna
BP 448.16
75769 Paris CEDEX 16
Tél. : 01 40 69 38 75 ou 73 ou 55
Fax : 01 40 69 38 34

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HôTELLERIE n° 2724 Hebdo 28 Juin 2001


zzz36o
zzz28
zzz36p
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration