×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Restauration
____________

MOF sommellerie

Le bilan, un an après

Il y a un an, le 3 mai 2000 à Strasbourg, le premier concours Un des Meilleurs ouvriers de France, section sommellerie, consacrait le travail de quatre hommes, désormais sommeliers d'exception. Comment ce concours est-il vécu par la profession ? Entretien avec Philippe Faure-Brac.

Propos recueillis par S. Soubes

Comme à chaque nouvelle promotion MOF, la publication au Journal officiel est suivie d'une réception à la Sorbonne puis à l'Elysée. En mars dernier, les quatre mousquetaires de la sommellerie, Arnaud Chambost, Eric Duret, Christian Péchoutre et Franck Thomas ont ainsi été reçus par le président de la République, Jacques Chirac, accompagnés des responsables du 1er MOF sommellerie de l'histoire. Philippe Faure-Brac, président du MOF section sommellerie, reconduit dans ses fonctions pour la prochaine édition, revient pour nous sur l'événement. Il évoque également l'impact auprès des jeunes, un an après la finale.

L'Hôtellerie :
Comment cette réception à l'Elysée a-t-elle été perçue par la profession qui côtoyait pour la première fois toutes les autres branches MOF et pas seulement celles de la restauration ?
Philippe Faure-Brac :
Etre reçu à l'Elysée est toujours un grand moment. C'est vrai que nos MOF et leur épouse, qui découvraient le palais de l'Elysée pour la première fois, étaient particulièrement émus ce jour-là. Le président de la République, Monsieur Jacques Chirac, nous a accueillis avec un très beau discours sur le savoir-faire français. Je retiendrai notamment la grande valorisation des métiers artisanaux. Cette réunion nous a effectivement permis de rencontrer nos alter ego dans des métiers tels que la chaudronnerie d'art, la lutherie... Cette communication interprofessions a été très enrichissante. En fait, ce passage à l'Elysée consacre le parcours professionnel. Il fait aussi prendre conscience de la charge que représente le titre de MOF, dans le bon sens du terme.

L'Hôtellerie :
Un an après la finale du concours, quel constat portez-vous sur la manière dont il est ressenti par la profession comme par le public ?
Philippe Faure-Brac :
Je crois qu'il est encore un peu tôt pour faire un constat en profondeur. Je constate que beaucoup de gens m'interpellent désormais sur les modalités d'inscription. Les professionnels ont ressenti le MOF comme un concours axé sur la profession, à la fois d'un très haut niveau, mais accessible. Quelle que soit l'excellence du candidat, les épreuves parlent uniquement du métier. Par rapport à d'autres concours, le MOF est beaucoup plus près du quotidien du métier. Il y a très longtemps, je le rappelle, que la sommellerie souhaitait entrer dans la grande famille des MOF.

L'Hôtellerie :
Quelles sont les nouvelles recrues en sommellerie ? Comment évolue la profession ?
Philippe Faure-Brac :
C'est un métier que les jeunes ont souvent envie de faire. Il est porteur de rêves, de voyages, de possibilité de découvertes. Ce qui les freine, c'est la complexité et l'importance de la tâche. La formation est une chose, mais lorsqu'ils arrivent en salle, ils s'aperçoivent qu'elle n'est qu'un début. Les jeunes se sentent souvent dépassés par ce qu'ils doivent faire. La sommellerie n'est pas seulement un métier, c'est un métier de passion. Je pense que pour réussir, la formation traditionnelle ne suffit pas. Ce métier génère rapidement une situation de stress. Quand un client parcours une carte des vins qui comprend 1 000 références, le sommelier doit, normalement, pouvoir répondre à n'importe quelle question ! J'ajouterais qu'aujourd'hui, dans les restaurants comme le mien, où il y a une réelle mise en avant du vin, nous sommes confrontés à de nouveaux réflexes de la part de la clientèle. Nous avons, par exemple, des hommes d'affaires qui sortent leur bloc-notes électronique et qui tapent le nom du vin qui les intéresse, comme le millésime, et nous ressortent les commentaires de Parker, de Bettane ou de ceux que j'ai fait dans tel ou tel journal... Si vous n'avez pas la bonne expérience derrière, c'est très difficile de bien répondre.

L'Hôtellerie :
A quand le prochain MOF section sommellerie ?
Philippe Faure-Brac :
La prochaine édition aura lieu en 2003, les MOF ayant lieu tous les 3 ans. Les épreuves de sélection devraient se dérouler entre décembre 2002 et janvier 2003. Quant aux personnes désireuses de s'inscrire, elles peuvent d'ores et déjà prendre contact avec le Comité d'organisation des expositions du travail, concours Un des Meilleurs ouvriers de France (*), en charge des inscriptions. Ou encore, bien sûr, avec moi, ayant été reconduit dans mes fonctions de président pour le prochain concours Un des Meilleurs ouvriers de France section sommellerie.
(*) Tél. : 01 55 55 99 19 (Paris)


En mars dernier, les 1er MOF sommellerie de l'histoire ont été reçus à l'Elysée par le président de la République, M. Jacques Chirac.

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2720 Hebdo 31 Mai 2001


zzz14
zzz46o
zzz14
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration