×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Restauration
_____________

Congrès des Maîtres cuisiniers à Lyon

Savoir se remettre en question

Annulé la première fois pour cause d'inondation, le congrès des MCF de cette année a eu lieu un peu plus tard que prévu. Il n'en a pas moins attiré un grand nombre de cuisiniers, toujours heureux de se retrouver pour échanger sur leur métier bien sûr, mais aussi, pour le plaisir de l'amitié et de la fête. De toute évidence, un noyau de professionnels compte bien faire entendre sa voix, président en tête, pour que l'association évolue et joue un rôle actif au sein de la cuisine française. 

Soirée de gala à Collonges-au-Mont-d'Or. Autour de Paul Bocuse ravi d'un final en apothéose, ils sont près de 300. Parmi eux, les Maîtres cuisiniers 'promotion 2001', adoubés sur la scène en présence de leurs parrains. Chacun goûte le moment et apprécie le repas.
Cet instant festif ne fait pas oublier le reste : dans la journée, les travaux ont réuni 180 participants attentifs aux exposés et prompts à participer à la discussion sur trois axes : la transmission d'entreprise, les avancées sociales, et la formation professionnelle débouchant sur un plan de carrière. Au lendemain du congrès, Michel Blanchet, président national, et Georges Rousset, secrétaire général, font le point pour L'Hôtellerie.
"Si nous sommes assez individualistes, nous acceptons volontiers de prendre des conseils. C'est ce qui a motivé notre appel à des intervenants extérieurs pour générer une réflexion sur des sujets précis." On le sait, le problème de la transmission d'entreprises fut à l'ordre du jour. "C'est une problématique que ne rencontrent pas les grands groupes. Il faut informer nos confrères des moyens fiscaux légaux dont ils disposent pour prévoir l'avenir. Une réflexion est apportée par la nouvelle génération qui peut faire comprendre à certains qu'il est intéressant d'agir avant qu'ils aient 70 ans et qui se croient toujours indispensables à la vie de l'entreprise."
Autre sujet de réflexion, l'intéressement du personnel. "Faire venir les jeunes c'est bien, mais les conserver c'est mieux", résume Michel Blanchet. "Il n'y a cependant pas les jeunes et les autres, car il faut traiter le phénomène social dans son ensemble", complète Georges Rousset.
L'étude des possibilités existantes en matière d'assurances de groupe pourrait permettre la mise en place d'avantages sociaux. Et l'on parle alors de complémentaire maladie, de fonds de pension, qui ont l'avantage d'être défiscalisés à 100 % et non assujettis aux charges sociales. "Aux MCF, nous avons constitué un groupe de réflexion pour essayer d'être les premiers à passer un accord. Il servirait d'exemple à la profession et permettrait un certain fédéralisme des petits groupuscules. Si à titre individuel il n'y a pas grand-chose à changer à notre image, il existe au plan social une nébuleuse qui n'est pas jolie à voir. Ce n'est pas très valorisant pour les jeunes", disent en chœur Michel Blanchet et Georges Rousset.
"Nous devons faire un effort pour améliorer la vie sociale de nos salariés, sans grandes manifestations et sans blocage de routes, insistent-ils. Si les jeunes ne viennent pas à nous, il faut aller à eux. L'aménagement du temps de travail est une réalité économique vitale pour notre profession. Les temps ont changé, et il est très important de mettre notre organisation en ressources humaines, occultée dans nos métiers, en équité avec le monde du travail. Si l'amour du travail existe toujours, il faut organiser le temps de vie. Si nous parvenons à apporter du social à la profession, nous pourrons non seulement amener les jeunes, mais aussi les conserver."
Autre sujet sur le tapis : la formation professionnelle où les violons ne sont pas forcément accordés. "Nous ne sommes pas tous sur la même longueur d'onde, admet Georges Rousset. Le problème de la formation continue dans nos entreprises est posé. Les titulaires d'un CAP ou d'un BEP sont parfois assimilés à une main-d'œuvre bon marché et pas très qualifiée. Le contrat d'apprentissage pour l'obtention du brevet professionnel nous paraît la voie à suivre avec des avantages pour l'employeur et le salarié faisant ce choix. L'Education nationale se refuse à le promotionner et le Fafih semble avoir une position négative par rapport à cette formation. Or elle représente, à nos yeux, d'excellents débouchés pour les jeunes. A travers cette option, nous préconisons un rapprochement entre l'école et l'entreprise. Nous pouvons et devons servir de locomotive : si nous y parvenons, nous aurons fait un grand pas en avant." Le discours a le mérite d'être clair. Et voilà qui change singulièrement de l'image parfois obsolète attachée à une association née voici un demi-siècle. Pour aussi méritoire soit-il, le dépoussiérage des statuts décrété voici quelques années n'était pas suffisant.
Conscients de leurs responsabilités, les Maîtres cuisiniers de France veulent vivre avec leur temps. L'avenir dira si le congrès de Lyon marquera une étape importante pour la profession ! "Nous ne voulons surtout pas être qu'une amicale", dit encore Michel Blanchet.
J.-F. Mesplède

Les nouveaux adhérents

Pour 2001, 21 nouveaux membres (pas une seule femme...) ont été admis au sein des Maîtres cuisiniers de France. Ceux qui étaient présents à Lyon ont reçu médaille et diplôme concrétisant leur appartenance aux MCF.
La 'promotion 2001' : Michel Beuffe, La Joya à Cancun (Mexique) ; Thierry Blouet Raviolla, Café des Artistes à Puerto Valarta (Mexique) ; Denis Boulanger, La Belle Vue à Saulxures (67) ; Jean-Claude Cahagnet, Auberge des Saint-Pères à Aulnay-sous-Bois (93) ; Patrice Caillault, Domaine de Rochevilaine à Billiers (56) ; Jacques Faby, Le Four à Ban à Rennes (35) ; Patrice Farjas, The Olympic Club à San Francisco (Etats-Unis) ; Stéphane Gaborieau, Villa Florentine à Lyon (69) ; Guy Gateau, consultant à Lyon (69) ; Gérard Germain, El Papagayo à Santa Cruz (Bolivie) ; Jany Gleize, La Bonne Etape à Château-Arnoux (04) ; Daniel Labarrère, L'Ambroisie à Tarbes (65) ; Philippe Laruelle, Auberge du Val Joli au Valtin (88) ; Laurent Lavergne, La Maison des Bois à Plaisir (78) ; Maurice Mevel, Le Nouveau Rossini à Brest (29) ; Georges Paccard, La Ciboulette à Annecy (74) ; Joël Perreaut, Les Gourmets à Marsannay-la-Côte (21) ; Jean-Pierre Pestre, Le Vistaero à Roquebrune-Cap Martin (06) ; Jean-Luc Rabanel, Côté Garonne à Tonneins (47) ; Philippe Steinmann, Corporazcion Mexicana de Restaurantes à Anahuac (Mexique) ; et Gilles Tournadre, Restaurant Gill à Rouen (76).

© Lyon Reportage / Becam

Interview Michel Blanchet


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2716 Hebdo 3 Mai 2001


zzz16
zzz76v
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration