×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité
_________

Marseille

Le Concorde Palm Beach deviendra-t-il Sofitel ?

Fermé pour cause de travaux, le 20 novembre dernier, l'un des fleurons de l'hôtellerie marseillaise pourrait passer sous la bannière Sofitel. Mais, les jeux ne sont pas encore faits malgré les déclarations des uns et des autres.

Le feuilleton du Concorde Palm Beach connaît un nouvel épisode de sa longue carrière. Cet hôtel 4 étoiles, magnifiquement situé sur la Corniche, au bord de la Méditerranée, est aujourd'hui propriété, depuis quelques mois seulement, d'Empire Hôtellerie International, représenté par le Marseillais Georges Lefèvre, p.-d.g. de la société de promotion Soprogim. Il envisage actuellement l'avenir de cet hôtel une fois rénové et ouvre les négociations avec plusieurs groupes hôteliers. Le Palm Beach appartenait, jusqu'à sa mise en liquidation judiciaire, en 1998, au groupe Del Prete dont, François, le p.-d.g. présida longtemps l'Aéroport Marseille-Provence.
Acheté par la Financière EOS (p.-d.g. Didier Escarra) en même temps que l'Atrium à Arles et le Concorde Prado à Marseille (racheté aussi par Georges Lefèvre), le Palm Beach a fermé ses portes en novembre, après 25 ans de fonctionnement, pour travaux. Selon Georges Lefèvre, également maître d'ouvrage de l'opération : "L'hôtel n'était plus aux normes." Il s'agit en fait d'une transformation de fond et d'une remise à niveau complète dont le coût devrait s'élever à 90 millions de francs, soit 25 MF de plus que la facture initiale. Au programme : la création d'une entrée directe par la Corniche, la rénovation intégrale de l'établissement et une redistribution de l'espace faisant passer le nombre de chambres de 157 à 161. Résultats des courses, l'ouverture de l'hôtel, prévue en juin 2001, date de l'arrivée du TGV Méditerranée en gare Saint-Charles, est repoussée en janvier 2002.

Plusieurs hypothèses
La question du jour est la suivante : sous quelle enseigne réapparaîtra-t-il sur le marché des 4 étoiles ? C'est l'enjeu des discussions que mène Georges Lefèvre pour le compte du propriétaire des lieux. Si Didier Escarra reste p.-d.g. de la Société Hôtelière du Palm Beach, elle appartient en fait maintenant à la société de droit belge Empire Hôtellerie International, détenteur, selon le greffe du tribunal de commerce de Marseille, de 99 % des actions de la SHPB. Pour Georges Lefèvre : "Il n'y a, à ce jour, aucune décision définitive, même si nous négocions avec le groupe Accor, parmi d'autres repreneurs potentiels." Il ajoute : "Nous étudions plusieurs formules, gestion exploitation, location-gérance, franchise... Nous devrions être fixés en juin."
Du côté d'Accor c'est Marc Thépot, directeur des opérations pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui mène les négociations. Il confirme que rien n'est encore décidé. "Accor serait, a priori, favorable pour une deuxième enseigne Sofitel à Marseille, mais, compte tenu du coût total de l'opération, 90 MF à l'achat et 90 MF de travaux, il n'est pas sûr que cela soit une bonne affaire. 180 MF pour 100 chambres de luxe, c'est une opération financière risquée, d'autant qu'elle porterait atteinte au Sofitel Vieux Port." Il ajoute : "Pour tenir le pari financier, il faudrait à la fois vendre la chambre 1 000 francs, et avoir un taux d'occupation moyen de 60 à 70 % toute l'année. Après 18 mois de fermeture, il faut conquérir tout un pan de nouvelle clientèle, celle des resorts et des grandes conventions d'affaires. Ce n'est pas évident." Autant dire que si Accor peut être séduit à l'idée d'avoir 160 chambres de plus sur Marseille à l'enseigne Sofitel, ce n'est pas pour autant qu'il est prêt à la réaliser dans des conditions qui ne correspondent pas à sa logique économique. Autrement dit, ce n'est pas en rachetant l'établissement que le groupe Accor entend installer son enseigne Sofitel sur 160 chambres de plus. Une location-gérance, un mandat de gestion correspondraient certainement mieux à l'objectif du groupe Accor. Georges Lefevre ne s'en cache pas, d'autres groupes ont été contactés, groupes dont il ne veut toutefois rien dire. Sur Marseille, on avance des noms : Concorde, Radisson mais de ces deux côtés, rien n'est vraiment engagé...
Prenant sa casquette de président du GNC au syndicat CHR 13, Marc Thépot conclut : "Quelle que soit l'enseigne du Palm Beach, la remise aux normes 4 étoiles est bonne pour l'hôtellerie marseillaise, d'autant que les projets de construction d'hôtels de luxe sur Euroméditerranée et à l'Hôtel Dieu ne se concrétiseront pas avant 2005." Plaidant pour une "requalification du parc hôtelier existant", il souhaite que l'opération Palm Beach ne dérègle pas le marché. "Si ce 4 étoiles était vendu au prix d'un 3 étoiles, on reviendrait 5 ou 6 ans en arrière." D'où, la nécessité, pour lui, "de trouver un repreneur sérieux". Quelle que soit l'enseigne ? A suivre.
D. Fonsèque-Nathan


Un accès par la corniche est en construction au Concorde Palm Beach.


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2716 Hebdo 3 Mai 2001


zzz36i
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration