×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Entreprise
___________

Tout en prenant pied à Gand (Belgique)

La SLIH reprend le projet Holiday Inn

La Société Lilloise d'Investissement Hôtelier (Slih) a pratiquement réalisé ses premiers objectifs de développement à Lille, à Paris, au Touquet, à Bruges et à Gand.

La SLIH, investisseur et exploitant hôtelier, a signé en février pour la reprise de Perse Hospitality Ltd, la compagnie de l'homme d'affaires américano-irlandais Kent Gross qui devait porter le projet Holiday Inn Gare Lille Europe (120 chambres). L'entreprise nordiste devient ainsi le principal client de Palm Promotion, une filiale à 87 % de Rabot Dutilleul et à 13 % du groupe Société Générale qui construit le nouvel ensemble immobilier. L'hôtel prévu initialement 4 étoiles Holiday Inn représente 6 300 m2 sur les 18 000 m2 du projet immobilier total. Le solde est constitué de l'Espace international construit pour la CCI de Lille Métropole, de bureaux et autres activités tertiaires. La livraison de la partie hôtelière est prévue dans 16 à 18 mois, indique Jean-Charles Lefèbvre, directeur général de Palm Promotion, et la totalité du projet doit être achevée au plus tard pour septembre 2002. La partie hôtelière représente un prix de revient de la chambre de 670 000 F environ, soit 80 MF d'investissements (70 MF pour l'immobilier et 10 MF pour l'ameublement et l'équipement). La SLIH étudie avec le franchiseur l'intérêt éventuel d'ouvrir sous la marque Crowne Plaza, car la structure de l'hôtel le permet sans surcoût excessif. Même dans ce cas, le futur exploitant ne vise pas un prix moyen de chambre supérieur à 650 F. L'hôtel, réparti sur dix étages avec des espaces publics sur 1 200 m2 au rez-de-chaussée, disposera d'un business center et de 5 salles de réunion, dont 2 de 100 et 150 m2. Il s'efforcera de travailler en synergie avec le centre d'affaires mitoyen. Le projet prévoit un taux d'occupation en progression de 50 à 65 % sur 4 ans, un plan prudent selon le directeur général, Jean-Claude Kindt, qui note en centre-ville des TO de l'ordre de 70 % à Lille actuellement.
Avec cette reprise, la SLIH a d'ores et déjà réalisé son premier objectif : investir dans une dizaine d'hôtels pour un total de 500 à 600 chambres dans l'eurorégion nord, de Paris à la Belgique. Reste une opération importante en suspens à Lille, l'aménagement en un hôtel de 80 chambres 4 étoiles de l'hospice de Gand dans une enceinte classée. L'étude est très avancée, notamment avec les architectes des Monuments historiques, mais le dossier concernant le permis de construire a été gelé lors des municipales et son acceptation n'est pas encore acquise. Par contre, après avoir réalisé une première affaire à Bruges avec l'Oude Huis Amsterdam (34 chambres), la SLIH récidive à Gand avec la Cour Saint-Georges (Sint Jorishof). Il s'agit de nouveau d'un ensemble classé, composé en vis-à-vis et à deux pas de l'hôtel de ville de deux bâtiments. L'un est actuellement exploité en restauration, mais offre la possibilité de réaliser une trentaine de chambres à l'étage, et l'autre propose déjà 30 chambres en 2 étoiles. Frappé d'une certaine vétusté, l'ensemble demande des travaux importants et compatibles avec le caractère historique des lieux. L'investisseur français souhaite proposer la jonction des deux immeubles par un souterrain, qui aboutirait à une cave de qualité exceptionnelle, inexploitée pour le moment.

La SLIH se spécialise
Beaucoup d'investisseurs reculeraient devant ce type d'opération complexe, qui plus est à l'étranger, même si les centres-villes de Gand et Lille se trouvent à moins d'une heure de trajet. La SLIH veut en faire une spécialité. Tout le patrimoine ne doit pas être nécessairement classé, mais doit se trouver en centre-ville, dans d'attractives capitales nationales, régionales ou dans des sites touristiques. Les volumes d'investissements doivent être compatibles avec les moyens de l'entreprise. Rappelons que le financier lillois Hubert Verspieren est entré au capital de l'entreprise, lui donnant une autre dimension. Le groupe a ainsi investi prudemment à Paris. Aux 71 chambres déjà acquises sous marque Holiday Inn 3 étoiles, rue Tolbiac, s'ajoutent deux petites affaires. La SLIH a acquis un hôtel vétuste rue de Provence (il cherche son nom) qui deviendra après remise en état complète un 30 chambres en 3 étoiles. Elle a également acheté le Washington, rue de Washington dans le VIIIe arrondissement de Paris - 17 chambres et 4 étoiles où seule la réception doit être refaite - et le Monceau rue Rennequin, quartier Ternes, 25 chambres et 3 étoiles sans travaux nécessaires.
Tel qu'il est (lire encadré), le groupe a déjà atteint son premier objectif, de taille, et se concentre sur la bonne fin des opérations en cours. Il ne s'interdit pas toutefois de regarder d'autres opportunités, dans un rayon de 1 h 30 de route ou de TGV autour de Lille.
A. Simoneau


Jean-Claude Kindt, directeur général de la SLIH.

Le groupe en bref

Hôtels déjà en exploitation : Le Bellevue (3 étoiles, vraisemblablement futur 4 étoiles, 80 chambres), l'Hôtel de la Treille à Lille (3 étoiles, 60 chambres), l'Holiday Inn Picardy au Touquet (4 étoiles, 88 chambres) récemment repris en pleine propriété, l'Holiday Inn Grande Bibliothèque à Paris (3 étoiles, 71 chambres ), le Washington à Paris VIIIe (4 étoiles, 17 chambres), et le Monceau (2 étoiles, 25 chambres) ; l'Oude Huis Amsterdam à Bruges (4 étoiles, 34 chambres), la Cour Saint-Georges à Gand (2 étoiles, 30 chambres).
Hôtels en construction ou en grande réfection : le Madeleine à Lille (3 étoiles, 56 chambres), rue de Provence à Paris, nom en suspens (3 étoiles, 30 chambres), et la Cour Saint-Georges à Gand (30 chambres supplémentaires, bar et espaces communs à aménager, cible 4 étoiles).
Acquis en l'état futur d'achèvement : le Holiday Inn ou Crowne Plaza Lille Europe (120 chambres, au moins 4 étoiles).
Projet en l'état de proposition aux autorités locales : l'hospice de Gand à Lille (80 chambres, 4 étoiles).


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2710 Hebdo 22 Mars 2001


zzz36i
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration