×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité
_________

Résultats 2000

Accor se montre optimiste pour les cinq prochaines années

Depuis 7 ans, tout va pour le mieux au sein du groupe français qui affiche des résultats à deux chiffres. En l'an 2000, les bénéfices ont ainsi progressé de 27 %. Les années à venir s'annoncent du même acabit, avec un axe de développement prioritaire : l'Europe.

Et de sept... Le groupe d'hôtellerie et de services a en effet réalisé pour la 7e année consécutive une progression à deux chiffres de ses résultats. Au terme de l'exercice 2000, son bénéfice net a ainsi grimpé de 27 % à 447 millions d'euros, tandis que le chiffre d'affaires bondissait, lui, de 14,8 % franchissant la barre des 7 milliards d'euros. Mais, mieux encore ! L'entreprise, dont Jean-Marc Espalioux est le président du directoire, a aussi sensiblement amélioré sa rentabilité. D'ailleurs, la marge d'autofinancement a augmenté de 62 % pour atteindre 562 millions d'euros. Quant à la marge avant impôt, elle est passée de 9,7 % en 1999 à 10,7 % l'an dernier.
Autant d'éléments favorables qui permettent aux dirigeants de la compagnie d'envisager l'avenir sous les meilleurs auspices. "Accor bénéficie aujourd'hui d'une forte visibilité de son réseau. Nous nous inscrivons dans la durée. Nous prévoyons une croissance à deux chiffres de notre résultat avant impôt pour les 5 années à venir", a déclaré sans détour Jean-Marc Espalioux. Apparemment, le groupe ne se fait donc guère de souci concernant le ralentissement observé actuellement aux Etats-Unis sur les performances 2001 de son activité hôtelière.
Selon des hypothèses "prudentes" établies par Benjamin Cohen, membre du directoire en charge des finances, une chute de 1 % du revenu par chambre disponible (RevPar) en Amérique du Nord devrait du reste avoir un impact limité à 8 millions d'euros sur le résultat avant impôt, contre 15 millions d'euros pour une variation identique en Europe.

Fédérateur
En clair, la dépendance d'Accor au marché américain doit être relativisée d'après l'état-major français. D'autant plus qu'une baisse des taux d'intérêts outre-Atlantique pourrait bel et bien entraîner de "bonnes surprises".
Si l'économie fait des siennes chez Georges Bush, l'avenir pour Accor se présente en revanche de bon augure à travers le Vieux Continent. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. A fin février, le RevPar a progressé dans cette partie du monde de 10,8 % sur le segment affaires/loisirs et de 10,9 % dans l'économique.
Autre point positif : l'Europe est un marché où la demande demeure très supérieure à l'offre hôtelière. Rien que pour la France et l'Allemagne, on s'attend d'ailleurs à une croissance respective de la demande de 5,2 % et de 7,9 % en 2001. Ajoutons à cela un taux de pénétration des chaînes inférieur à 19 % (70 % aux Etats-Unis)... et le potentiel de développement européen qui semble bel et bien énorme.
Une opportunité de croissance dont le groupe entend bien sûr faire ses choux gras en jouant le 'fédérateur'. Il a d'ailleurs repris dans cet esprit la chaîne polonaise Orbis l'an dernier. Parallèlement à une croissance organique annoncée avoisinant les 22 000 chambres, de nouvelles acquisitions ciblées pourraient donc avoir lieu sur le marché européen. Interrogé sur Swissôtel, le président du directoire a répondu que, dans l'hypothèse d'une cession, "Accor fera partie de ceux qui regarderont le dossier".

100 millions d'euros grâce aux ventes en ligne
Parallèlement, Accor croit également beaucoup en la montée en puissance de son site Internet accorhotels.com D'autant que les résultats enregistrés dernièrement dans le domaine sont très encourageants. En février 2001, le nombre de nuitées réservées via ce canal de distribution en Europe s'élevait en effet à 7 500 par semaine (soit une hausse de 200 % par rapport à l'année précédente) et de 14 500 sur les sites de Motel 6 et Red Roof. "Concrètement, nous tablons sur un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros généré par les ventes en ligne en 2001 contre 45 millions en 2000", a précisé Sven Boinet, membre du directoire en charge de l'hôtellerie.
Enfin, le groupe français mise aussi sur le développement musclé de sa branche services qui représente tout de même 17 % de son résultat avant impôt. Leader sur ce marché avec 12 millions d'utilisateurs quotidiens et 33 000 entreprises clientes, Accor prévoit ainsi 2 nouveaux marchés par an en moyenne. Les derniers pris d'assaut étant la Chine, l'Europe centrale et le Venezuela.
Voilà toute une panoplie de sérieux atouts qui permet aisément au numéro 1 de l'hôtellerie européenne : jamais deux sans huit !
C. Cosson


Jean-Marc Espalioux estime que la consolidation du secteur se réalisera autour des cinq majors : Accor, Hilton, Bass, Marriott et Starwood.

Suitehotel vise 50 hôtels d'ici quatre ans

Testée à Lille Aéroport, la première unité Suitehotel a fait ses preuves (TO : 50%). Elle répond en effet bel et bien aux attentes d'une clientèle d'affaires individuelle. Dans ces conditions, le groupe Accor a pris la décision de développer cette nouvelle enseigne sur l'ensemble de l'Europe. Concept hôtelier 3 étoiles, composé d'une suite de 30 m2 modulable, Suitehotel table d'ailleurs sur un réseau de 50 établissements d'ici quatre ans.
A ce jour, 20 projets sont d'ores et déjà engagés en France, notamment à Saint-Denis-Stade (101 suites), dont l'ouverture est prévue en juin 2001. D'autres dossiers sont également en cours à Roissy Aéroport, Paris-porte de la Chapelle, Bordeaux, Lyon (Satolas), Calais, Coquelles et Cannes. Reste que Suitehotel grandira très prochainement en dehors du territoire national. A commencer par l'Allemagne (Hambourg et Hanovre) et l'Autriche (Vienne). La marque devrait aussi s'exporter au Royaume-Uni (un projet multi-enseigne est initié à Londres près du complexe Excel), au Portugal, en Belgique et aux Pays-Bas.

Tendances de l'hôtellerie à février 2001
(cumul) *

Hôtellerie   Taux d'occupation Prix moyen RevPar
  (Var en %) (Var en pts) (Var en %)   (Var en %)
- Affaires et Loisirs Europe 56,9 + 2,0 + 6,8   + 10,8
- Economique Europe 66,4 + 2,2 + 7,2   + 10,9
- Economique Etats-Unis 58,4 + 0,9 + 2,5   + 4,1
* Chiffre d'affaires des deux premiers mois.

Principales ouvertures en 2000

Ouvertures brutes Propriété/Location Gestion Franchises
Sofitel 11 Paris (2), New York, Philadelphie Angkor, Rabat, Smir ... /
Novotel 14 Londres, Sydney, Canberra Genève, Jérusalem, Pékin, La Havane... /
Mercure 89 Londres, Berlin, Rome Hammamet, Alger, Sydney (3)... Perpignan...
Ibis 42 Londres, Berlin (2), Sydney, Lisbonne... Zurich Dinant (Belgique), Granville
Etap Hôtel 25 Paris (4), Londres Zurich, Tiberias Saint-Malo, Manosque
Formule 1 - 10 Paris (2), Liverpool, Brême, Zurich Newcastle (Australie), Jonkoping (Suède) /
Motel 6/Red Roof 29 7 / 22
Total ouvertures en 2000 108 99 119

Produits des cessions
(en millions d'euros)

Cessions 1999 2000
Courtepaille /   125
Europcar   440 /
Immobiliers   1 057   593
Autres   371   125
Total   1 868   843

Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2710 Hebdo 22 Mars 2001


zzz36i
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration