×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Au fil de la semaine
__________________

Réduction du temps de travail

Des allégements de charges pour passer de 43 heures à 39 heures

C'est dans une lettre signée conjointement par le directeur de cabinet des ministres de l'Emploi et du Tourisme que la garantie vient d'être donnée aux entreprises des CHR quant au bénéfice des allégements de charges au moment du passage de 43 heures à 39 heures, suite à la demande conjointe du SFH, de la CPIH et du SNRLH.
"Comme vous le savez, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2001 a prévu l'extension du bénéfice des allégements de charges de la loi du 19 janvier 2000 au profit des entreprises des secteurs professionnels qui sont régis par un système d'équivalence. Les entreprises du secteur hôtels, cafés, restaurants pourront donc en bénéficier lorsqu'elles passeront de 43 à 39 heures, durée du travail équivalente à 35 heures, par effet d'un accord de branche. Compte tenu de l'effort particulier que représenterait la suppression ultérieure des équivalences pour passer de 39 à 35 heures effectives, le gouvernement est disposé à envisager d'accorder aux entreprises concernées une aide spécifique destinée à compenser le surcoût que cette réduction du temps de travail supplémentaire entraînera pour elles. Les modalités et la nature de cette aide particulière ont été mises à l'étude et ont déjà fait l'objet d'une discussion interministérielle il y a deux semaines."
C'est la première fois qu'un ministère prend officiellement position sur l'octroi des aides pour les entreprises qui passent, dans le cadre de la loi Aubry, à 39 heures. Ce courrier du 1er février, signé Christian Vigouroux et Georges Ribière, ne va pas sans alimenter les commentaires du côté des syndicats patronaux qui en analysent les termes d'une manière différente, en fonction de la position qu'ils ont vis-à-vis de l'accord de branche. Pour l'Intersyndicale (N.D.L.R. en création) CPIH, SFH, et SNRLH, ce courrier confirme la volonté du gouvernement d'accompagner à travers des aides spécifiques les professionnels qui s'engageront dans les 8 années qui viennent à rejoindre le droit commun, c'est-à-dire à 35 heures, dans le cadre de l'accord de branche qui a été proposé à la signature aux syndicats de salariés. Il légitime encore plus la condition suspensive de l'accord soumis à la signature des syndicats de salariés, stipulant qu'en cas de non-versement de ces aides supplémentaires, les entreprises limiteraient le processus de réduction du temps de travail à 39 heures et non à 35 heures.
Président des restaurateurs à la CPIH, Claude Izard rejette en même temps la proposition d'accord qu'ont soumis la CPIH, le SFH et le SNRLH, amenant cette profession à 35 heures dans 8 ans, à condition que les aides spécifiques soient en place, que la proposition de l'Umih qui, d'après son analyse, aboutisse presque au même résultat pour les entreprises dans la mesure où est décompté en temps de travail le temps d'habillage et de déshabillage, et que des avantages importants soient accordés en matière de prévoyance pour les salariés. "Puisque nos entreprises bénéficieront des allégements de charges lorsqu'elles passeront de 43 à 39 heures, pourquoi vouloir aller plus loin alors que les pouvoirs publics ne nous le demandent pas et qu'il est tout à fait hypothétique que nous obtenions les aides pour aller jusqu'à 35 heures ? Dire que le patronat prévoit de passer à 35 heures alors que l'on sait que nombre d'entreprises n'arrivent toujours pas à appliquer la convention collective à 43 heures et deux jours de repos est pour moi parfaitement hypocrite. Nous devons, avec l'aide des chambres de commerce, dans les plus brefs délais, mener une réflexion sur le statut du salarié dans les métiers de services avec la création d'un Code du travail des services et une nouvelle base de calcul des charges sociales."
A l'heure où nous mettons sous presse, seul l'accord CPIH, SNRLH et SFH a été soumis à la signature des syndicats de salariés. De leur côté, ceux-ci consultent leur base et continuent à négocier sur certains détails (principalement sur l'évolution, à terme, du calcul des indemnités nourriture). La date butoir pour parvenir à un accord a été reportée d'une semaine ; il faudra donc maintenant attendre la fin de la première semaine de mars pour en savoir plus.

Prix Mandarine Impériale : il est encore temps
Si vous désirez participer au Grand Prix Mandarine Impériale qui se tiendra le 18 juin 2001 à Bruxelles, il vous reste encore quelques jours pour envoyer vos dossiers de candidature. Ce concours est ouvert à tous les pâtissiers ayant 20 ans révolus au 1er janvier 2001. Ils devront réaliser en 3 h 45 un gâteau de conception originale sur le thème 'L'Europe dans les classiques de la pâtisserie'. Dans la fabrication du gâteau doit intervenir la Mandarine Impériale ou son concentré le Paglaco. La recette de votre gâteau doit être envoyée avant le 23 février 2001 au
Cordon bleu Laurent Duchêne :
8, rue Léon Delhomme 75015 Paris
Tél. : 01 53 68 22 50 - Fax : 01 48 56 03 96

36e Olympiades des métiers 2000-2001
Depuis le 12 jusqu'au 16 février, le CFA du groupe Fim à Agneaux est 'centre de ressource national'. Il accueille les candidats aux Olympiades des métiers pour les catégories cuisine et restauration. Il met à leur disposition ses formateurs, son matériel et ses matières premières afin qu'ils puissent s'entraîner avant la finale nationale en mai prochain à Poitiers.

Dieudonné se lance dans la restauration
C'est pour les besoins d'un film que le comique Dieudonné va se mettre dans la peau d'un cuisinier qui veut monter son propre établissement. Il va être confronté à toute une série d'obstacles, de la recherche de fonds à la création d'entreprise. Une comédie douce-amère signée Eric Viénard qui sera tournée à Paris à partir du mois de juin. Le titre ? Une affaire qui roule.

Les restaurateurs au Salon de l'Agriculture
L'association des Restaurateurs de France et celle des Cuisineries Gourmandes vous donnent rendez-vous au Salon de l'Agriculture qui se tiendra du 18 au 25 février 2001 à Paris, porte de Versailles. A cette occasion, des plaquettes d'information seront largement distribuées aux visiteurs pour les sensibiliser à un nouveau classement des restaurants. Hall 1 - Allée D - Stand 49

Marnier-Lapostolle, partenaire du concours du Meilleur apprenti cuisinier de France
Pour récompenser les 3 premiers lauréats du concours du Meilleur apprenti cuisinier de France, Marnier-Lapostolle leur a offert un périple de 8 jours au Maroc. Pierre Lafha (Les Muscardins à Saint-Martin-de-Londres), Fabien Blanc (La Pyramide à Vienne), David Athier (Auberge La Fenière à Lourmarin), ainsi qu'Adrienne Victoire, lauréate du concours du Meilleur apprenti cuisinier de Suisse, ont fêté leur victoire au soleil. Avant de se préparer au concours du Meilleur apprenti cuisinier d'Europe ce mois-ci.

Menu spécial 27e anniversaire des JRE-France
La section française des jeunes restaurateurs d'Europe fête son 27e anniversaire. Le 21 mars, les chefs proposeront un menu spécial composé de 5 mets et vins. Dans chacun des établissements, il sera possible de participer au tirage au sort permettant de gagner l'un des 5 'séjours passion' (dîner, nuitée, petit-déjeuner pour 2 personnes) et une bouteille de Grand Marnier, cuvée du centenaire, ou un repas.
Association des JR Grand Marnier :
91, bd Haussmann
75008 Paris

Tél. : 01 42 66 93 56 Fax : 01 49 24 95 19
Guide de l'association disponible sur simple demande au 01 42 66 43 11.

Sandwiches Boulevard
C'est le nom de baptême de la nouvelle enseigne que lance Oliver Food, après Côté Pains. Des plats chauds cuisinés avec une prédilection pour l'exotique, des salades, et bien sûr des sandwiches. 5 ouvertures sont prévues pour 2001 dont la première en juin à Lyon.

Buffalo Grill modère ses prévisions
23 % de baisse de chiffre d'affaires en novembre 2000, 12 % en décembre... la vache folle a créé quelques inquiétudes chez Buffalo Grill. Au 4e trimestre 2000, le chiffre d'affaires consolidé HT est de 395,9 MF en baisse de 0,3 %. Au total sur l'année, le chiffre d'affaires est en hausse de 6,9 % par rapport à 1999, soit 1 693,5 MF. "Cette hausse est légèrement inférieure aux prévisions faites à la fin du 1er trimestre 2000 et aura un impact sur le résultat de l'exercice", prévient d'ores et déjà le groupe de Christian Picart. Rappelons que le groupe a ouvert 27 restaurants en 2000 et entend continuer sur le même rythme.

La sanction contre les cafetiers du Cher a été levée
Une trentaine de cafetiers du Cher pourront continuer l'exploitation de leur établissement : le tribunal de Bourges vient en effet de lever l'interdiction de gérer durant 5 ans leur établissement. Il y a quelques semaines, ces cafetiers, reconnus coupables pour avoir détenu des machines à sous, avaient été condamnés à des peines de prison et à de fortes amendes pouvant aller jusqu'à 100 000 francs. Peu après, ces cafetiers découvraient que cette condamnation entraînait automatiquement une interdiction de gérer durant 5 ans. Le tribunal de Bourges vient donc de lever cette interdiction : les cafetiers pourront exploiter leur établissement, au moins pour payer leur amende...


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2705 Hebdo 15 Février 2001


yyy60
yyy14
yyy68p
yyy22t
yyy30m

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration