Actualités

Conjoncture
___________

Baromètre mensuel sur l'activité de la restauration commerciale L'Hôtellerie/Coach Omnium - juillet 2000

Le mauvais temps perturbe la restauration

o Les touristes dopent le trafic parisien
o La province est marquée par les intempéries
o Les banquets reprennent du poil de la bête

Cette année, au mois de juillet, l'activité restauration des professionnels du panel Coach Omnium enregistre une élévation tangible. Ainsi, toutes régions et toutes catégories confondues, l'évolution cumulée du nombre de couverts de janvier à juil-let 2000, par rapport à 1999, affiche un bond de 6,4 %. Toutefois, il convient de mettre un bémol à cette embellie retrouvée. En effet, tous les restaurateurs n'ont pas eu la chance de profiter de l'euphorie du début de saison estivale. Si Paris a le vent en poupe, en province, les indicateurs sont au plus bas. Avec l'arrivée des vacances, le trafic a particulièrement progressé dans la capitale et en couronne parisienne, avec une envolée respective de 13,3 % et 9,1 % au cumul de janvier à juillet 2000/1999. "Le nombre de vacanciers a largement compensé le départ des résidents juillettistes", se réjouit un restaurateur de Neuilly. Et un Parisien d'ajouter : "Les touristes étrangers sont venus beaucoup plus nombreux qu'en 1999." Et ce sont les restaurants haut de gamme qui se frottent le plus les mains, puisqu'ils sont marqués par une progression de 15,9 % au cumul de janvier à juillet 2000/1999. A noter que le dollar fort a favorisé un afflux de clientèle, dont une majorité de touristes étrangers, dans les établissements de prestige où officient de grands chefs. C'est moins le cas en province où, malheureusement, rien ne va plus. Pour preuve, la fréquentation a chuté de 9,5 % par rapport à 1999. Les restaurateurs de la côte Atlantique mettent en cause la marée noire. "Le naufrage de l'Erika a détourné le flux de touristes du littoral oriental vers les plages du Sud", analyse un professionnel breton. Mais d'une manière générale, c'est le mauvais temps qui a perturbé les restaurateurs de province pratiquement durant tout le mois. Terrasses et jardins n'ont pu que difficilement remplir leur office. "Les journées pluvieuses, qui se sont succédé sans discontinuer, nous ont fortement pénalisés surtout en soirée", rapporte le responsable d'un établissement de Chalon-sur-Saône. "Notre terrasse est restée désespérément fermée, et rares sont les consommateurs qui ont consenti à prendre un repas à l'intérieur", explique un professionnel grenoblois. Au regard des résultats selon les services, les banquets, ce mois-ci, se portent à merveille. En effet, après plusieurs mois de marasme, ils parviennent à renverser la tendance et pavoisent à 14,8 % au cumul de janvier à juil-let 2000/1999. Les restaurants parisiens et franciliens retrouvent leur clientèle de séminaires et les repas de fête semblent enfin remis au goût du jour. Contre toute attente, les déjeuners affichent un bon score (+ 5,4 % au cumul de janvier à juillet 2000/1999) : "La clientèle affaires est nettement plus présente cette année que les années passées", souligne un restaurateur de Nanterre. En attendant, les dîners sont en panne avec un glissement de 0,9 % par rapport à 1999. A noter enfin que, hormis dans les restaurants de luxe, les touristes français et étrangers ne semblent pas disposés à desserrer les cordons de la bourse comme ils l'avaient fait en juillet 1999. Reste que l'évolution de l'addition n'a cependant rien d'inquiétant puisqu'elle demeure dans le vert avec + 0,7 % par rapport à 1999. De plus, l'année dernière, les professionnels étaient nombreux à constater que les consommateurs avaient été particulièrement prodigues.
A. Vallée

Résultats géographiques   Evolution   Evolution
Janvier à juillet 2000/1999 couverts servis prix moyen cvt
* Paris, avec banquets   13,3 %     3,5 %
* Couronne parisienne, avec banquets   9,1 %     0,6 %
* Province, avec banquets   - 9,5 %     0,3 %
Résultats selon les prix pratiqués   Evolution   Evolution
Janvier à juillet 2000/1999 couverts servis prix moyen cvt
TTC - SC, boissons comprises avec banquets
* Restaurants de 70 à 135 F/couvert servi     - 2,5 %   - 4,5 %
* Restaurants de 136 à 200 F/couvert servi     7,5 %   - 3,6 %
* Restaurants de + de 200 F/couvert servi     15,9 %   7,8 %
Résultats selon les services   Evolution   Evolution
Janvier à juillet 2000/1999 couverts servis prix moyen cvt
* Déjeuners   5,4 %       2,1 %
* Dîners   - 0,9 %       3,0 %
* Banquets     14,8 %       - 2,1 %
* Total, hors banquets   3,0 %     -
* Total, avec banquets   6,4 %       0,7 %
Résultats globaux toutes régions Prix moyen couvert
Juillet 2000    
* Déjeuners   130,10 F
* Dîners   140,30 F
* Banquets   134,60 F
* Total, hors banquets   135,20 F
* Total, avec banquets   135,10 F

 


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2684 Hebdo 21 Septembre 2000


zzz20r

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration