Actualités

Actualité
________

Coquelles

Ouverture du premier Wok A Way

Avec le concept Wok, les Européens s'attaquent au marché des restaurants et traiteurs asiatiques bon marché. Un monopole bientôt remis en cause grâce à un argument de poids : des produits frais.

Le fast-food n'est plus uniquement synonyme de hamburgers et autres sandwiches. Ouvert mercredi 27 juillet, au centre commercial de la Cité de l'Europe à Coquelles (Nord-Pas-de-Calais), le premier Wok A Way installé en France reprend le principe d'un établissement d'Anvers (Belgique) créé en juin 1999 par Kasper Stuart : servir un bol de nourriture à base de produits frais cuisinés à très haute température devant les clients dans une poêle à hauts bords, un wok. "Nous visons une clientèle de classe moyenne désireuse de se restaurer rapidement, avec des produits sains", explique Bart de Vreese, le gérant de cette cantine sobre au look industriel. Alors que le client commande son repas à la caisse, il est servi à table sur un plateau. S'il choisit de s'installer au bar, son bol arrive directement devant lui sur un tapis roulant. Il n'a plus qu'à tendre le bras et à manger, les yeux fixés sur les video-foodclips retraçant les différentes étapes de la préparation d'un menu.
La "combinaison Wok" constitue la formule de base : 8 légumes accompagnés de viandes en morceaux (poulet, dinde, porc et bœuf) ou de poissons et crustacés (calamars, crevettes, bâtonnets de crabe, gâteaux de poisson), le tout épicé et agrémenté d'une sauce aux choix. Soit un bol de 600 grammes plus 200 grammes de riz pour 45 francs. Avec les boissons, le ticket moyen tourne autour de 60 francs. Des plats "Wok", des soupes, des sushis et des snacks asiatiques complètent l'offre. A terme, la vente à emporter devrait représenter au moins 20 % du chiffre d'affaires estimé à 400 000 francs par mois.

2 millions de francs d'investissement
Après une dizaine de jours d'ouverture et malgré les vacances, l'établissement de 100 places assises (237 m2) semble atteindre un niveau encourageant d'activité : 200 couverts par jour en semaine et 300 à 350 le week-end. "Nous équilibrons à 270 couverts", commente le gérant Bart de Vreese qui a réalisé un investissement total de 2 millions de francs dont 1,250 million financé par un emprunt, et 500 000 francs par un crédit-bail, le reste provenant de capitaux personnels (165 000 francs), de capitaux privés (205 000 francs), de prêt d'honneur (100 000 francs d'une association de chefs d'entreprise, Côte d'Opale entreprendre). "Le fait d'être situé dans un centre commercial a généré des coûts supplémentaires notamment en matière de sécurité. Nous avons dû construire un escalier de secours en plus", commente Bart de Vreese. Il poursuit : "De plus, l'utilisation du gaz étant interdite, nous nous sommes équipés d'un Wok à induction."
Détenteur de l'exclusivité de l'installation sur le département du Nord-Pas-de-Calais, Bart de Vreese lorgne maintenant sur Lille et son centre-ville. "Je ne veux pas rester restaurateur toute ma vie. Je pense qu'il faut améliorer le concept au niveau du marketing et communiquer davantage autour des bienfaits de la cuisine Wok sur la santé."
L. Anastassion

 
La cuisine est ouverte sur le restaurant.

En chiffres
* 2 millions de francs d'investissement
* 100 places assises
* 13 personnes en CDI à temps complet dont 5 cuisiniers chinois
* Masse salariale mensuelle : 120 000 francs
* Chiffre d'affaires prévisionnel : 400 000 francs mensuels


L'Hôtel de Vigny et l'Hôtel Balzac changent de main
De moindre capacité, les deux établissements 4 étoiles disposant ensemble d'une petite centaine de chambres, l'Hôtel de Vigny et l'Hôtel Balzac, viennent eux aussi de séduire de nouveaux acquéreurs. Propriété jusqu'à présent d'Edwin Abela, frère de feu Albert Abela, les deux maisons ont en effet été cédées le 22 juin dernier à une société britannique. Dénommée Pacific, cette compagnie, actuellement spécialisée dans des investissements généraux, souhaite apparemment maintenant se développer dans le secteur de l'hôtellerie. Selon les rumeurs du marché, le vendeur aurait mis la barre haute visant quelque 320 millions de francs pour ces deux adresses parisiennes.

 
Hôtel de Vigny (membre des Relais & Châteaux) 


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2678 Hebdo 10 Août 2000


zzz36v
zzz22t

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration