Actualités

Vie professionnelle
________________

Gare au racisme à l'entrée des discothèques

Ministères et syndicats signent une convention

Lundi 17 juillet, place Beauvau, le ministre de l'Intérieur, Monsieur Jean-Pierre Chevènement et la secrétaire d'Etat au tourisme, Madame Michelle Demessine, ont signé avec les présidents de l'Umih et de la CPIH, une convention "visant à favoriser l'égal accès aux établissements de loisirs et notamment aux discothèques".

Les discothécaires vont devoir réviser leur manière d'accueillir les jeunes des quartiers populaires. Fini les interdictions d'accès évaluées, trop facilement semble-t-il, d'après la couleur de la peau ou le faciès. Les testings opérés ces derniers mois à l'entrée des discothèques par les associations antiracismes ont montré qu'il pouvait y avoir, en effet, certains dérapages. Le ministre de l'Intérieur, Jean-Pierre Chevènement et la secrétaire d'Etat au Tourisme, Michelle Demessine, ont décidé de monter au créneau en ouvrant des Codac (Commissions départementales d'accès à la citoyenneté) spécifiques aux problèmes rencontrés dans les lieux de loisirs et plus particulièrement avec les discothèques. Ces commissions vont recevoir les plaintes de tous les jeunes qui estimeront avoir fait l'objet d'une attitude discriminatoire ou raciste. Le bien-fondé de ces déclarations sera étudié tous les trois mois. Si les faits s'avèrent exacts et que le contexte donne tort à l'établissement, des poursuites judiciaires pourront être entamées. "On ne peut pas faire de distinction entre Auguste et Mohamed dès lors que les jeunes se conforment aux règles", a très justement rappelé Jean-Pierre Chevènement lors de la signature de la convention, lundi dernier au ministère de l'Intérieur. En présence de Michelle Demessine mais également de Marie-Georges Buffet, ministre de la Jeunesse et des Sports, celui-ci a toutefois insisté sur la démarche préventive que représentait cette convention. "Nous voulons éviter une spirale" et "rétablir la communication", a-t-il ajouté. André Daguin, président de l'Umih et Roland Magne, président de la CPIH, consignataires (quasi obligés !) de cette convention ont admis la nécessité du dialogue. "Le but, a confirmé Roland Magne, est de devenir des êtres responsables de part et d'autre." Si le ministre de l'Intérieur parle effectivement "d'exemplarité" et non de répression, l'écheveau social, ramené à la réalité du terrain, sera sans doute difficile à démêler. On demande à un patron de discothèque de veiller à la sécurité de ses clients... L'univers de la nuit reflète également, à l'heure actuelle, une mouvance sociale se dirigeant vers la construction de "clans" et de "tribus". N'oublions pas non plus que les querelles de clochers font aussi partie du paysage. Seule certitude, la voix de la profession sera représentée lors des commissions trimestrielles annoncées, au travers d'un responsable local, qu'il soit Umih ou CPIH.

S. Soubes


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2675 Hebdo 20 Juillet 2000


zzz28
zzz74v

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration