Actualités

Courrier des lecteurs
__________________

Des efforts pourraient être faits par les uns et par les autres 

Métier si difficile, mais si enrichissant par ailleurs, offrant à l'individu la possibilité de s'exprimer, d'être créatif, de donner du plaisir aux gens.
Mais, car il y a un mais, combien de candidats optent pour le métier de cuisinier à l'issue de la 3e année, uniquement pour faire quelque chose et en pleine méconnaissance de ses contraintes ?
C'est après que cela se gâte.
CAP ou BEP en poche, après deux années de formation, combien abandonnent ou changent radicalement de métier dans les cinq années suivantes ? Une étude orientée en ce sens pourrait être intéressante.
Enfin, dans un autre registre, bien qu'intimement lié, je ferais remarquer deux points au regard de la démarche de recherche d'emploi (CV ou annonce) pour les avoir vécus avec mon fils qui est sorti d'apprentissage en juin 1999.
Combien de réponses (positives ou négatives) un jeune issu de l'apprentissage en alternance (pour la formation en école je ne sais pas) reçoit-il sur 10 CV envoyés aux professionnels ? La réponse est deux ou trois.
L'annonce de recherche d'emploi (par votre journal), même limitée à une région se traduit par 40 à 50 appels de la part d'employeurs, de toutes les régions, même les plus inattendues.
Je me garderais bien de conclure, mais là aussi comme ailleurs des efforts pourraient être faits par les uns et les autres.
C.C. de Paimpol


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2665 Hebdo 11 Mai 2000


zzz68

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration