Actualités

Actualité

L'hôtellerie alsacienne

Une légère reprise en 1998

Après deux années de calme plat, 1998 aura été marqué par une légère reprise des investis-sements hôteliers en Alsace, en particulier dans l'amélioration de la qualité de l'offre.

Que ce soit dans les hauteurs vosgiennes, à Orbey ou sur le grand ballon, au centre-ville de Mulhouse ou dans la vallée de la Bruche, les investissements hôteliers en Alsace ont repris après l'accalmie des deux dernières années. On est cependant loin du raz-de-marée du début des années 90 : "Il s'agit plutôt d'une remise à niveau des établissements que de véritables extensions ou de créations", précise Philippe Léglise, de la direction régionale du tourisme. Un constat corroboré par le bilan du système d'aide publique à l'hôtellerie familiale et indépendante mis en place par la Région et les deux départements alsaciens. Quatre millions de francs ont ainsi été alloués par la Région à 22 projets représentant un montant global d'investissements de plus de 60 MF. "Il n'y a aucune création, ajoute Marc Levy du conseil régional. Mais je peux vous citer au moins six établissements ayant engagé pour plus de 1,50 MF de travaux." Equipement de loisirs, salle de séminaire, réaménagement de l'accueil sont à l'ordre du jour. Renaud Jautzy, président de l'agence de développement du tourisme du Bas-Rhin, prend deux exemples proches de la vallée de la Bruche : "L'un a développé sa capacité d'hébergement, et l'autre a souhaité se replacer sur le créneau de la restauration en restructurant sa cuisine et en créant une salle de banquet." Avec trois millions d'aides, le département a examiné 15 projets contre un seul en 1997 et 9 en 1996 : "Le montant des programmes est sensiblement plus important qu'auparavant. En 96 et 97, nous étions dans une fourchette de 300 KF à un million. On va aujourd'hui de 1,50 MF à 5 MF. Nous sortons ainsi d'une vision à court terme."

Carence de fréquentation en été
Son homologue haut-rhinois, Jean Klinkert, constate le même phénomène sur son département qui a dépensé 1 MF dans la prime à l'équipement hôtelier : "Ce nouveau démarrage est à mettre en relation avec la stabilité quantitative. On a trouvé un bon rapport entre la demande et l'offre." Grâce au marché de Noël, la fréquentation devrait permettre de dépasser les 5,2 millions de nuitées de 1997 et d'améliorer le taux d'occupation (56,6 %). Néanmoins, Philippe Diebold, responsable du comité des hôteliers auprès du groupement de Strasbourg et des environs, relativise : "Juillet et août sont catastrophiques à Strasbourg. Noël ne fait que masquer une carence !" Il estime que 98 aura été en recul par rapport à 97 et s'inquiète d'une surcapacité hôtelière. Signe d'un renouveau ? Deux créations sont passées auprès de la commission départementale d'action touristique : un quatre étoiles Courtyard de chez Mariott (205 chambres) sur Strasbourg et un deux étoiles de la chaîne régionale Le Roi Soleil à l'entrée d'une zone commerciale en périphérie strasbourgeoise. Les dossiers étaient présentés, courant février, à la commission départementale d'équipement commercial bas-rhinoise.


L'HÔTELLERIE n° 2604 Hebdo 11 Mars 1999


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration