Actualités

Vie professionnelle

Opération interministérielle vacances 98

Une bonne moyenne pour la Corse

"D'une façon générale, les professionnels du tourisme de Corse jouent le jeu de l'hygiène, de la qualité et du respect des clients."

C'est ainsi qu'André Bracco, le directeur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a résumé le bilan de l'opération interministérielle vacances 98 en Corse du sud. Cette opération, mise en place depuis plusieurs années dans les régions les plus touristiques (une quarantaine de départements au total), a été encore renforcée cette année dans l'île de beauté : une coopération plus étroite alliant les services de la police, de la gendarmerie, de la jeunesse et les sports, des affaires sociales, de la direction de la concurrence, de la direction du travail... Au total, en Corse du sud, du 1er juillet au 31 août, 2 955 visites ont été réalisées amenant 510 avertissements, 220 procès-verbaux et la fermeture d'un établissement de restauration en raison d'anomalies dans la conservation des denrées alimentaires. "Nous considérons ce cas comme l'exception qui confirme la règle du sérieux des professionnels du département, souligne André Bracco. Car dans l'ensemble, en ce qui concerne l'hygiène, la situation en 1998 est meilleure encore que celle de l'an dernier. En fait, les contrôles et PV portent sur le paracommercialisme, le travail clandestin, la qualité des eaux de baignade, le respect des règles de sécurité dans les villages de vacances." Pour la Haute-Corse, 874 interventions ont été menées pendant l'été, aboutissant à 276 avertissements, 70 procédures contentieuses, 1 664 kg de marchandises saisies et détruites et 3 établissements fermés. "Il est vrai qu'en Haute-Corse la situation semble moins positive que dans le sud, souligne Jean-Louis Cecchetto, directeur départemental de la concurrence. En fait, la prévention auprès des professionnels porte ses fruits ! En revanche, que faire de ceux qui s'improvisent cuisiniers, le temps d'un été, parce qu'à la maison ils savent cuire un steak ? Ils apparaissent pour une saison, sans être déclarés nulle part. Et même si nous parvenons à les coincer, ou les sensibiliser, de toute façon l'année suivante ils feront autre chose !" Malgré tout, selon les services de l'Etat, la multiplication des contrôles, le travail de prévention, les récentes années de crise ont amené les professionnels corses à se remettre en cause. Tous ces éléments aboutissent aujourd'hui à une situation plus qu'honorable, pour le bien des clients...
L. Peretti


En Haute-Corse, la situation semble moins positive que dans le sud.


L'HÔTELLERIE n° 2604 Hebdo 11 Mars 1999


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration