Actualités

Actualité

Accor

Une politique environnementale

La pollution, cela n'arrive pas qu'aux autres. Le groupe français en a conscience. C'est la raison pour laquelle
il a développé au cours des dernières années une vaste politique environnementale. Traitement et recyclage des déchets, utilisation rationnelle de l'énergie, nouvelle conception des bâtiments, développement du véhicule électrique..., on va enfin pouvoir respirer !

L'environnement, c'est l'affaire de tous ! Y compris des opérateurs touristiques. En tous les cas, c'est ce que pense le président du directoire d'Accor, dont l'entreprise est membre fondateur de deux associations axées sur ce thème (l'International hotels environment initiative et Green globe). "L'environnement est la matière première de nos métiers d'hôtellerie et de tourisme. C'est aussi une façon concrète d'améliorer nos services aux clients...", a d'ailleurs déclaré Jean-Marc Espalioux, la semaine dernière, lors de la signature d'un accord-cadre avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).
Des paroles qui, loin de n'être que "belles", s'accompagnent de véritables actions au sein du conglomérat français. Depuis le Sommet de Rio, en 1992, au terme duquel le groupe avait pris la décision de créer un département environnement dont la direction fut confiée à Thierry Mueth, l'eau a effectivement coulé sous les ponts, mais de manière fructueuse. Après avoir réalisé un premier document portant sur les problèmes liés à l'environnement dans le cadre de l'exploitation d'un hôtel-restaurant, "Triera bien qui triera le dernier" (primé en 1996 au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême), Accor est aujourd'hui passé de la théorie à la pratique en impliquant l'ensemble des collaborateurs dans sa démarche environnementale.
L'an passé, une "Charte environnement de l'hôtelier" a ainsi été mise en place dans les 1 500 hôtels du groupe en Europe et est désormais appliquée dans tous les établissements implantés en Australie et Nouvelle-Zélande.

Huiles de cuisine usagées
Un outil efficace pour sensibiliser, d'une part la clientèle et d'autre part chaque membre du personnel, à la préservation de l'environnement. Car, qu'on le veuille ou non en effet, un hôtel pollue sacrément l'atmosphère. Il suffit d'observer les tonnes de déchets rejetés par ce type d'entreprise, sans oublier "de humer" les huiles de cuisine usagées pour savoir qu'il y a encore fort à faire dans ce domaine. Reste que la Charte environnement, accompagnée d'un manuel de formation intitulé le Guide environ-
nement de l'hôtelier
, se veut être justement l'outil pédagogique indispensable afin de s'engager dans une véritable chasse à la pollution. Elle comprend d'ailleurs quinze actions concernant la gestion et le recyclage des déchets (collecte sélective des papiers de bureau, des journaux, des cartouches d'encre...), le contrôle technique (auto-contrôle des consom-
mations d'énergie, d'eau...), l'architecture et le paysage, la sensibilisation et la formation. Les quinze dites actions devant être réalisées sur deux ans par les équipes des hôtels concernés.
En informant son personnel et décrivant les bonnes attitudes à adopter en matière d'environnement, Accor espère ainsi par exemple parvenir à réduire, réutiliser et recycler 30 % des déchets de chaque établissement. "Nous avons à ce propos travaillé sur le buffet petit-déjeuner Novotel en cherchant à éliminer le plus possible l'emballage individuel", explique Thierry Mueth, directeur de l'environnement. Et d'ajouter : "Cette même chaîne trois étoiles a créé son propre produit concernant les distributeurs automatiques de shampooing et savon."

Un hôtel "propre" en Ile-de-France
Autre objectif de cette politique environnementale : maîtriser les consommations d'énergie et d'eau. Grâce à des analyses établies à partir d'un échantillon de 120 hôtels représentatifs, les directeurs d'unité peuvent maintenant auto-évaluer leur consommation d'énergie et d'eau et corriger le tir le cas échéant. Accor a mis en place par ailleurs un vaste programme d'audit pour l'utilisation de l'énergie solaire destinée à la production d'eau chaude sanitaire. Parmi les 17 établissements concernés par ce projet en 1998, il faut noter que les capteurs solaires thermiques installés au Novotel Fleur d'Epée (Guadeloupe) ont couvert 80 % des besoins de l'hôtel en production d'eau chaude. Quinze autres installations de ce type sont d'ores et déjà prévues en 1999 dont une en Corse, quatre dans le sud de la France, cinq en Espagne, l'ensemble des unités situé aux Antilles françaises, l'Ile de la Réunion et l'hôtel de Sarakawa au Togo.
Sur sa lancée "verte", le groupe s'est aussi penché sur la qualité environnementale de ses nouveaux bâtiments. Associé à "Haute qualité environnementale", le géant de l'hôtellerie planche ainsi sur la construction d'un hôtel "propre" dans la région IDF. Sans oublier en outre sa politique de mise en avant des labels écologiques européens (référencement de fournisseurs pour le linge des chambres) et la promotion du véhicule électrique (30 parkings équipés en 1998).
Mais, mieux encore ! Accor a en outre décidé de faire coïncider sa politique en faveur de l'environnement avec des opérations locales. Autrement dit, chaque responsable d'établissement devra prévoir sa participation à une action "verte" extérieure au cadre de l'hôtel. Au Touquet, les équipes ont d'ores et déjà participé au nettoyage de la plage. En région parisienne, l'hôtel Ibis Paris La Villette a organisé la collecte de savonnettes usagées, qui après reconditionnement, sont expédiées à des écoles et un orphelinat. A Marseille, outre une action portant sur le traitement des déchets en partenariat avec la mairie, plusieurs exploitants se mobilisent en faveur du reboisement et de la protection de la montagne Sainte-Victoire. Une implication collective qui fait preuve de civisme !
C. Cosson ccosson@lhotellerie-restauration.fr


Jean-Marc Espalioux, président du directoire d'Accor et Pierre Radanne, président de l'ADEME, ont signé un accord afin de mettre en place une politique de maîtrise de l'énergie et de la préservation de l'environnement.


L'HÔTELLERIE n° 2597 Hebdo 21 Janvier 1999


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration