×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Vie professionnelle

Aix-en-Provence

Que deviendra le Cours Mirabeau ?

Le stationnement disparaîtra, les trottoirs seront élargis, la circulation sera réduite à une voie à double sens, mais les terrasses des cafés seront aussi grandes et resteront accolées à l'établissement lui-même... Telles sont les grandes lignes du projet d'aménagement du Cours Mirabeau. Pourquoi pas, répond le CHR d'Aix, mais à condition de réaliser d'abord un parking souterrain à la Rotonde !

50 à 65 millions de francs minimum... c'est ce que coûtera la requalification du Cours Mirabeau, ce lieu historique et symbolique le long duquel s'aligne une centaine de commerces dont une vingtaine de cafés, brasseries et restaurants.
Platanes, mobilier urbain, réseaux, chaussées, se sont dégradés au fil des ans. S'ajoutent, estime la ville, des problèmes de circulation (20 000 voitures par jour) et une "trop grande occupation du domaine public posant problème aux piétons". Fin 96, elle lançait donc une consultation auprès d'équipes pluridisciplinaires avec comme indications de réduire la circulation automobile, de redonner de l'espace aux piétons et d'interdire le stationnement.
Cet été, trois projets avaient été soumis pour avis aux Aixois.
Surprise : à 60 % les 8 500 personnes qui s'étaient déplacées avaient donné la préférence au projet le plus hostile à la voiture - certains voulant même carrément la supprimer.
Lors de son choix définitif, la ville n'a cependant pas retenu cette idée, qui s'avérait techniquement difficile à réaliser, mais a choisi une solution intermédiaire, s'inspirant des ramblas barcelonaises, tout en souhaitant l'améliorer.

Le CHR fait valoir ses arguments
Le projet de l'équipe retenue - Grumbach et Associés - prévoit notamment de séparer les terrasses du café ou du restaurant dont elles dépendent par une allée de circulation piétonnière. Au sein du comité consultatif, composé de 60 personnalités qualifiées et créé dès le démarrage de la consultation, Paul Alfonsi, qui représente les cafetiers et restaurateurs, a su faire entendre ses arguments et la ville a décidé de demander à l'équipe de revoir cet aspect du projet afin que les terrasses restent accolées à leur établissement.
Reste le problème du stationnement. Le Cours Mirabeau dispose d'une soixantaine de places. Cela semble minime mais, souligne Paul Alfonsi, elles ont une forte rotation. Les professionnels demandent donc la construction d'un parking souterrain, sous le Cours Mirabeau si possible, chose techniquement impossible à réaliser selon les services de la ville.
Celle-ci s'est engagée à construire, dans le cadre de la ZAC Sextius-Mirabeau, un parking de 1 200 places à la Rotonde. Problème : ce parking ne pourra être réalisé que si le Casino présent à proximité est déclassé (son classement date de 1993) ce qui nécessitera un délai certain, même si le maire a déjà lancé la procédure. Un autre parking sera implanté au nord-est de la ville.
"Pour nous, c'est clair, affirme Paul Alfonsi, il n'est pas question que les travaux sur le Cours commencent avant que le parking de la Rotonde soit achevé. Car nous allons pâtir considérablement pendant toute la durée de ces travaux et tous les commerçants aussi. La présence d'un parking facile d'accès limitera les dégâts. Quant à l'interdiction de stationner sur le Cours, nous verrons bien alors..."
La ville n'a pas souhaité se donner de calendrier de réalisation. "La consultation avec les différents acteurs va se poursuivre, a estimé le maire, et mettra le temps qu'il faudra..." L'Etat doit également donner son avis car le Cours Mirabeau est classé patrimoine national.
L. Casagrande


Une vingtaine de cafés, brasseries et restaurants s'alignent le long du Cours Mirabeau.

Moins de voitures mais plus de terrasses et d'animations

Parallèlement à leur consultation sur les trois projets en lice, les Aixois étaient sollicités pour donner leurs avis sur divers aspects de la vie du Cours. Surprise. Alors que la ville était persuadée que l'emprise des terrasses était trop forte, la moitié des personnes interrogées estimaient qu'il fallait leur laisser le même espace et un tiers voulait leur en donner plus. De même, une écrasante majorité souhaitait que le Cours reste un lieu d'animation forte : autant qu'actuellement (35 animations par an) pour 60 % d'entre eux, et encore plus pour 36 %.

 

Le Cours Mirabeau du troisième millénaire

La circulation se fera sur deux voies, à emprise réduite, dans l'axe central de la voûte d'arbres et deux vastes trottoirs seront créés sous les platanes. Le projet prévoit la création d'un seuil donnant un effet de surplomb du Cours sur la Rotonde, "rétablissant la vocation de salon urbain du Cours Mirabeau". Les platanes, malades, seront progressivement remplacés. Le revêtement du Cours sera entièrement refait. Les lampadaires et le mobilier seront remplacés.


L'HÔTELLERIE n° 2591 Hebdo 10 Décembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration