×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité

Développement

Marriott International renforce sa présence dans l'Hexagone

En passant le Ramada Cap d'AÏl sous enseigne Marriott, le groupe américain porte son parc à quatre établissements en France, soit 952 chambres. Une présence qui devrait se renforcer au cours des prochaines années.

Les groupes hôteliers américains sont décidément fous « amoureux » de notre douce France. Qu'il s'agisse en effet de Park Plaza, Choice International, Sheraton ou bien encore de Marriott, tous veulent en effet venir y planter leur drapeau. A juste titre, d'ailleurs ! Sachant que l'Hexagone caracole depuis plusieurs années déjà en tête du hit parade mondial des destinations touristiques, on comprend bien sûr l'intérêt que portent les businessmen venus d'outre-Atlantique au marché français. Reste que « l'intrégration » au pays de Racine et Molière est loin de s'effectuer en un jour.
« Les propriétaires d'établissements hôteliers jouissant d'un bon emplacement sont de fait parfois très gourmands. Il arrive en outre que les négociations achoppent parce que certains ne veulent pas suivre nos directives en termes de qualité des prestations. Résultat : un contrat peut, suivant les cas, mettre jusqu'à deux ans avant d'aboutir », confie Franz Ferschke, vice-président Europe Marriott International.
Qu'à cela ne tienne, néanmoins. « L'exception française » vaut apparemment le détour, puisque rien ne semble parvenir à couper l'appétit des conglomérats américains concernant notre territoire national. En tout cas, pas en ce qui concerne la compagnie Marriott International (1 700 hôtels dont 79 % aux USA, 10 % en Europe/Moyen-Orient, 7 % en Asie et 4 % en Amérique Latine). Après avoir cédé voilà quelques années son adresse parisienne (Le Prince de Galles) à l'un de ses concurrents, l'entreprise a effectivement mis, au cours de ces derniers mois, les bouchées doubles pour revenir en France.

Neuilly, Champs-Elysées
A tel point d'ailleurs qu'en moins de deux ans, elle a réussi à séduire différents investisseurs et a pu ainsi apposer ses marques hôtelières sur quatre établissements dans l'Hexagone (soit un parc de 952 chambres). Le groupe est ainsi présent à travers trois de ses enseignes (Marriott Hotels Resorts & Suites, Courtyard et Renaissance) sur les Champs-Elysées (192 chambres en juillet 1997), à la Défense (334 chambres, grâce au rachat de la chaîne Renaissance Hotels Group en mars 1997) et du côté de Neuilly (242 chambres, contrat conclu avec Bouygues en juin 1998). Mais, voilà qu'aujourd'hui, l'Américain fait également une première incursion sur la Côte d'Azur en procédant au changement d'enseigne du Ramada Hotel Cap d'Aïl en un Marriott (186 chambres, contrat signé avec la Société Générale).
Et à en croire les propos tenus le 17 novembre dernier au Cap d'Aïl par Karl Kilburg, senior vice-président Europe de Marriott International, les choses ne devraient pas s'arrêter en si bon chemin. « Nous sommes actuellement en négociation pour l'exploitation d'un nouvel établissement Marriott sur Paris et deux Courtyard supplémentaires », a-t-il indiqué. Et d'ajouter : « Des discussions sont aussi en cours dans trois villes françaises majeures. » Des projets de développement qui paraissent à première vue ambitieux. Mais qui pourraient toutefois se concrétiser plus vite que prévu. D'autant que les hôtels français gérés à ce jour par la firme américaine enregistrent de bons résultats opérationnels (TO de 98 % et PMC de 1 800 F sur les Champs-Elysées ; TO de 71 % et PMC de 750 F à Neuilly...). Marriott bénéficie en effet d'une notoriété mondiale (implantations dans 53 pays) incontestable, générant d'importants flux de clientèle.

Centrale de réservations
Sans oublier également la force de ses systèmes de réservations (Marsha a généré 29,7 millions de réservations en 1997, soit un chiffre d'affaires de 4 milliards de dollars) et de fidélisation (le programme Marriott Rewards compte 12 millions de membres et représente 1,9 milliard de dollars de recettes).
Coté aux Bourses de New York, Chicago et Philadelphie, le groupe ne doute d'ailleurs nullement de ses capacités et vise 2 000 unités d'ici 2002. « 250 établissements sont d'ores et déjà en construction », n'a pas manqué de préciser le patron de Marriott International Europe. Dès l'année prochaine, Marriott Hotels Resorts & Suites essaimera donc au Salvador, en Equateur, en Chine, au Chili, en Roumanie, en Italie, au Costa Rica et en Grande-Bretagne. Au programme 1999 figurent également de nouvelles ouvertures en Malaisie, en Arabie Saoudite, en Inde, en Espagne, en République tchèque et au Pérou. En l'an 2000, ce sera au tour du Caire, de l'Argentine, de la Jordanie et des Emirats Arabes Unis. Viendront ensuite les Philippines et la Jamaïque. Quant à la chaîne Courtyard (prix modéré), elle s'étoffera en 1999 d'un nouvel hôtel en Allemagne (Essen) et en Argentine (Buenos Aires).
C.Cosson ccosson@lhotellerie-restauration.fr


Exploité par le groupe américain sous l'enseigne Ramada, l'établissement du Cap d'Aïl (186 chambres dont 12 suites) arbore désormais les couleurs de Marriott.

Marriott International en quelques chiffres

* Plus de 1 700 hôtels dans 53 pays
* Plus de 313 000 chambres
* 131 000 employés
* 10 enseignes différentes
* 9 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 1997 (dont 7 en hôtellerie)


L'HÔTELLERIE n° 2589 Hebdo 26 Novembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration