×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Recrutement

Témoignages

Claude Izard, restaurateur à Cordes et président du groupement des restaurateurs CNRH

Les entreprises attirent les apprentis qu'elles méritent

"Trouver des apprentis en restauration, c'est difficile mais le métier n'est pas facile et mal rémunéré. En fait, les entreprises attirent les apprentis qu'elles méritent. Elles se forgent une réputation sur la façon dont elles forment ces jeunes. Les CFA et les familles connaissent bien les entreprises dynamiques qui sauront motiver ces jeunes. Par ailleurs, le restaurateur ne doit pas exiger de n'avoir en apprentissage que des jeunes hyper-compétents. Il doit accepter d'avoir à former, pour leur donner un métier, des jeunes qui ne seront pas des étoilés mais qui sont cependant motivés. Les tuteurs doivent faire preuve à la fois d'autorité pour faire refaire à l'apprenti ce qu'il n'a pas réussi et de passion pour le stimuler.
Bien souvent, les apprentis jouent le rôle de salarié mais leur employeur ne joue pas bien son rôle de tuteur. En cuisine, mon second a 5/6 ans d'ancienneté. J'ai un apprenti en 1re année de cuisine et un en pâtisserie à mi-temps. Ce dernier qui veut obtenir une mention complémentaire a deux tuteurs. Il travaille dans deux entreprises et c'est très enrichissant pour lui. Motivé, il voudrait rester à temps plein chez moi mais je ne peux pas le garder, je n'ai pas les moyens pour le payer. J'ai plus de mal pour trouver des apprentis pour la salle. Ce métier est moins médiatisé. Il faudrait lui donner une valeur supplémentaire."

Un restaurateur indépendant à Paris XVe

"Les jeunes sont conditionnés à êtresur la défensive"

Pour M. X. Paris XVe, pas facile de trouver du personnel et de le garder. Son turnover est important, son personnel ne reste que quelques mois.
"Je suis jeune, explique-t-il, et je ne travaille qu'avec des jeunes. Mais la mentalité des jeunes d'aujourd'hui est impossible. Ils sont conditionnés par l'école. On leur apprend à être sur la défensive. On leur explique qu'ils doivent se méfier de leur patron, qu'ils ne doivent pas trop travailler, qu'on doit bien les payer et bien leur parler. Ils ont tous les droits. Ils se prennent au sérieux mais ils ne font pas leur travail sérieusement. Ils arrivent avec beaucoup de prétentions. Un commis qui sort de l'école m'a réclamé récemment 8 500 F nets. Je suis d'accord pour ce salaire à condition qu'il soit en mesure de bien travailler tout de suite.
Ce n'est pas le cas. Les jeunes qui sortent de l'école ne savent même pas faire une crème pâtissière. Et si je leur propose de recommencer pendant la coupure, ils me prennent pour un esclavagiste et sont prêts à m'entraîner aux prud'hommes. Moi, quand j'étais commis, je ne considérais pas cela comme une brimade mais comme l'occasion d'apprendre mon métier. Les jeunes ne sont pas courageux. Il y a du travail mais ils ne veulent pas travailler.
Et on se plaint du chômage. Sur 10 qui répondent à une offre d'emploi, 3 seulement se déplacent pour me rencontrer. Les 7 autres estiment que les horaires et le salaire ne leur conviennent pas et essaient de trouver mieux ailleurs ou bien ne viennent pas au rendez-vous. J'avais cessé de prendre des apprentis mais je vais recommencer. Cependant, je ne leur apprendrai rien, je leur ferai essentiellement faire du travail d'épluchage. C'est aux écoles de leur apprendre à travailler. Je sais que cela les dégoûtera du métier mais ils en sont déjà tous dégoûtés."

Richard Coutanceau, restaurant Richard Coutanceau à La Rochelle

"Je garde mon personnel car je le respecte"

Richard Coutanceau à La Rochelle ne rencontre pas de difficultés pour recruter. D'ailleurs, il recrute peu car son personnel reste très longtemps. L'un de ses cuisiniers travaille chez lui depuis 21 ans, c'est-à-dire depuis l'ouverture du restaurant. Il l'a formé en apprentissage. Le dernier arrivé a déjà 4 ans d'ancienneté. "Je garde mes employés parce que je les respecte... même le plongeur. Chacun se donne du mal et contribue ainsi à la réussite de l'entreprise. J'ai toujours essayé d'humaniser ce métier et je n'ai pas attendu la loi pour donner deux jours de repos. Mes employés me sont aussi fidèles car ils savent qu'ils travaillent dans une maison qui avance. Je suis avec eux en permanence pour leur montrer l'exemple, pour les faire progresser. Je leur fais d'ailleurs suivre des stages pour qu'ils se perfectionnent. Je prends toujours 2 ou 3 apprentis chez moi. C'est vrai que les jeunes sont de moins en moins motivés car nous sommes dans une période de loisirs et que le métier de restaurateur, c'est tout le contraire. Cette année, je n'aurai qu'un seul apprenti car j'ai du mal à en trouver. Il y a de moins en moins de jeunes qui passent par l'apprentissage. Les parents pensent qu'être apprenti c'est dévalorisant et ils préfèrent les inscrire dans une école hôtelière."


L'HÔTELLERIE n° 2587 Supplément Emploi 12 Novembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration