×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Restauration

Corrèze

On cherche des bistrots de pays

Le département Limousin et son voisin la Dordogne reprennent une idée déjà exploitée en Haute-Provence. Il s'agit de transformer des cafés de campagne en « Bistrots de Pays ».

L'objectif visé par le CDCE (Comité départemental des chambres économiques) du 19 est soutenu par les organismes consulaires locaux, dans le cadre de la politique régionale des « pays » et dans celui du programme « Leader II » rassemblant Dordogne et Corrèze. Il s'agit de redynamiser le tissu économique des petits bourgs de campagne par le biais des anciens cafés, point de rassemblement convivial villageois, servant il y a quelques années de marchand de tabac, de journaux, d'épicerie, ou de boîte postale.
Appellation déposée par le Sivom de Forcalquier, dans les Alpes de Haute-Provence, « Bistrots de Pays » réuni déjà dans ce département une quinzaine d'établissements selon un cahier des charges mis au point par les inventeurs. Le CDCE corrézien négocie actuellement avec ces derniers les conditions d'exploitation du label, tout en lançant un appel aux cafetiers de son territoire.

Une charte rigoureuse
Ne sera pas Bistrot de Pays qui veut. Il faudra correspondre à des critères inspirés d'une charte qualitative répondant à différents paramètres. Jouer le relais de l'info touristique locale, assurer un excellent accueil, thématiser les lieux en mettant en valeur les particularités de l'endroit, valoriser les entreprises artisanales voisines, sont les conditions imposées. En contrepartie, des aides seront accordées pour moderniser, décorer, former le personnel, promouvoir. C'est ainsi que la transformation d'un café pourra être soutenue jusqu'à 45 % de l'investissement, avec un plafond de 200 KF. La formation sera gratuite, durant deux jours d'initiation, et la promo mettra en relief les qualités de l'unité. Quant aux thèmes valorisés, on peut imaginer des sujets en rapport avec les activités locales : pêche, gabarres, peinture, etc.)
Pour l'instant, les pays des gorges et des vallées de la Dordogne, à la limite de la Corrèze, sont les premiers visés par le projet. Le CDCE recherche des cafés implantés sur des communes de moins de 1 000 habitants, avec moins de 4 commerces alentour, une activité bar de plus de 50 % du CA, et une salle unique servant à la restauration comme à la boisson. 60 établissements de la Dordogne corrézienne ont déjà été repérés et contactés par l'organisme consulaire, mais les candidats sont les bienvenus.
* Contact : Bérangère Dutailly CDCE - Tél. : 05 55 18 94 00.
J.-P Gourvest


Déjà une quinzaine d'enseignes en Haute-Provence.


L'HÔTELLERIE n° 2584 Hebdo 22 Octobre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration