×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité

Carcassonne

Les hôteliers favorables à un palais des congrès

Alors que la grande majorité des villes moyennes sont dotées d'un parc des expositions ou d'un palais des congrès, si ce n'est les deux à la fois, Carcassonne, ville touristique et capitale de l'Aude, n'a pu concrétiser l'un de ces projets, à cause de la douloureuse «affaire Orta». Une escroquerie d'envergure, remontant aux années 80 et dont la ville n'a pas fini d'éponger la dette.
Le projet consistait à transformer une vieille et imposante bâtisse dans une «île» du fleuve Aude en palais des congrès. L'affaire avait méchamment capoté...
Pour autant, Carcassonne ne se décourage pas. Il était donc logique que son maire, Raymond Chesa mais aussi les chambres consulaires souhaitent s'engager dans la réalisation d'un de ces palais (ou parcs) au pied de la vénérable cité, alors même que celle-ci vient d'être classée au patrimoine mondial de l'Unesco, tout comme le canal du Midi qui traverse la ville.
Pour Christine Pujol, présidente des hôteliers et des restaurateurs de l'Aude, conseillère municipale (d'opposition) qui gère la commission du tourisme à la Chambre de commerce et d'industrie, mais aussi chef d'entreprise habituée à sillonner les congrès un peu partout en France, «l'annonce du projet de palais des congrès faite par le maire est intéressante», mais «il faudra faire attention».
«Toutefois, ajoute-t-elle, Carcassonne est une vraie destination touristique. Si nous avons une structure de congrès, il y aura un bon créneau. Mais il faudra être prudent, les frais de fonctionnement sont énormes et les charges d'exploitation très importantes. Quoi qu'il en soit, ce projet, encore à l'état d'embryon, devra être obligatoirement partenarial.»
A. Desplas


L'HÔTELLERIE n° 2583 Hebdo 15 Octobre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration