×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Formation

Insertion des apprentis en Bretagne

Des chiffres préoccupants

Initiée par la Région, l'enquête iroise évalue l'insertion professionnelle des apprentis par secteur d'activité. La branche hôtellerie-restauration, tourisme, loisirs présente des résultats inquiétants.

Les commentaires sont sans appel : "les jeunes de l'hôtellerie-restauration éprouvent plus de difficulté à s'insérer que la moyenne...", "moins d'emploi et plus de chômage...", "moins de stabilité dans l'emploi..." etc. A la lecture des résultats de l'enquête iroise concernant l'insertion des apprentis sortis des CFA de Bretagne en juin 1995 on ne peut que s'inquiéter légitimement des chiffres concernant la branche hôtellerie-restauration-tourisme-loisirs. Pourtant, selon Renaud Lemaire, directeur de l'Oref (Observatoire régional emploi-formation) chargé de la concrétisation de l'enquête, "ce n'est pas une grande surprise. Chacun connaît les caractéristiques de son secteur d'activité. La précarité de l'emploi dans le secteur CHR est liée entre autres aux modes de fonctionnement de cette branche, à son caractère saisonnier..."
Cette enquête demandée par le Conseil régional concerne, pour la branche hôtellerie, 479 jeunes inscrits à l'examen en 1995. Sur ces derniers, seuls 183 ont été contactés pour les besoins de l'enquête (180 n'avaient pu être joints et 116 ont poursuivi par apprentissage) et 161 jeunes se retrouvaient sur le marché du travail en 1997. L'enquête s'intéresse donc à ces derniers cas, 24 mois après leur sortie de CFA.
Avec 7,88 % des effectifs soit 1 190 apprentis, le secteur hôtellerie-restauration se classe au 6e rang des groupes de métiers (13 au total) dans le dispositif breton. Mais cependant, le secteur semble quelque peu délaissé puisque de 1996 à 1997, les effectifs n'ont évolué que de 1,8 %. Il s'agit en fait de la seconde plus mauvaise progression des effectifs par branche (la plus importante étant le tertiaire de bureau avec une augmentation de plus de 54 % des effectifs). Par ailleurs, et cela ne constitue pas une surprise, la très grande majorité des jeunes bénéficient d'un niveau de formation niveau CAP, BEP (93 %) alors que seulement 1 % des effectifs atteignent le BTS ou DUT.

15,5 % des jeunes au chômage
Une fois sortis de leur formation et après 24 mois d'activité, 65,8 % des jeunes ont un emploi et 15,5 % restent au chômage, des chiffres en deçà de la moyenne régionale qui est de 70,1 % d'emploi et 11,8 % de chômage. Et lorsqu'ils trouvent un emploi, ces jeunes y restent moins longtemps que la moyenne. Sur deux ans, seuls 34,2 % des jeunes passent plus de 80 % de leur temps dans un même emploi (la moyenne régionale s'établit quant à elle au-delà de 46 %). Autre chiffre révélateur de cette faible stabilité dans l'emploi, la part de CDI parmi les contrats conclus chez les jeunes qui travaillent. En hôtellerie-restauration-tourisme-loisirs elle représente 43,4 % contre plus de 57 % pour la moyenne régionale.
Parmi les autres résultats de cette enquête, notons par exemple qu'à 24 mois, 70 % des jeunes qui travaillent occupent un poste en rapport avec leur formation et qu'ils restent majoritairement dans leur zone d'emploi de leur domicile d'origine. Par contre 13 % seulement des jeunes restent dans leur entreprise d'apprentissage pour y travailler contre 28 % en moyenne régionale, tous secteurs confondus. Enfin, 47 % des jeunes ont perçu un salaire mensuel net inférieur à 6 000 F. Notons à cet effet que 24 % des jeunes ont refusé de communiquer leur salaire contre 11 % seulement en moyenne.
Reste qu'aujourd'hui, ces chiffres devraient engendrer des discussions, un dialogue parmi les acteurs du secteur. "Chaque CFA a eu les résultats concernant sa population, rappelle R. Lemaire. Cela lui permet d'agir en conséquence." Une prochaine enquête devrait concerner l'année 1997. Résultats en 1999.
O. Marie


L'HÔTELLERIE n° 2583 Hebdo 15 Octobre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration