×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Editorial

Le trop plein

Que ceux qui ont déclaré que trop d'impôts tuaient l'impôt soient rassurés : c'est par mort lente, très lente que le bourreau opère et les entreprises résistent aussi longtemps qu'elles peuvent. Une résistance qui, de toute évidence, doit attiser le sadisme de l'Etat qui fait preuve d'imagination constante pour ponctionner toujours plus les contribuables. Rassurez-vous, nous ne chercherons pas à établir de liste, avec la meilleure bonne volonté possible, elle ne saurait être exhaustive ! Nous nous contenterons de dénoncer la dernière innovation du gouvernement : la taxe sur les dépenses de publicité ! Brochures, dépliants, propositions commerciales, guides : tout est bon pour aiguiser l'appétit du fisc qui demande lui aussi sa part et ponctionnera de 1% toutes vos dépenses ! Un coup bas pour les entreprises les plus dynamiques, pour celles qui ne cessent de se remettre en cause, de communiquer, justement ! Une mesure entrée en vigueur depuis le 1er janvier et qui concerne toutes les entreprises dont le chiffre d'affaires annuel est supérieur à 5 MF. Autant dire que si les restaurateurs et les cafetiers peuvent être nombreux à ne pas se sentir concernés, les hôteliers, eux, sont tout particulièrement touchés par cette nouvelle taxe ! Un impôt qui va encore une fois à l'encontre des intérêts du secteur qui se doit, pour être performant, de toujours mieux communiquer.
Décidément, les hôteliers-restaurateurs ne sont pas dans les petits papiers des politiques, de quelque tendance qu'ils soient d'ailleurs. Depuis des mois pourtant, ils revendiquent : taxe professionnelle, TVA, redevances TV, réduction des charges salariales. Les seules réponses qu'ils obtiennent sont réduction du temps de travail, méthode HACCP et taxation des dépenses de publicité. Le gouvernement fait la sourde oreille, continue à prendre sans jamais se sentir obligé de donner. La coupe est pleine pourtant et l'on s'étonne du silence de la profession face à ces nouvelles pressions. Jusqu'où faudra-t-il que le fisc aille pour qu'enfin, la voix des hôteliers, des cafetiers et des restaurateurs se fasse entendre ?
PAF


L'HÔTELLERIE n° 2581 Hebdo 1er Octobre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration