×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Conjoncture

Baromètre Pannell Kerr Forster

Un mois d'août satisfaisant pour l'hôtellerie parisienne

Peu affectée par les événements économiques planétaires, l'industrie hôtelière de la capitale a passé un bon été.

Il n'y a pas eu de matchs de football, ni même de grandes réunions religieuses. Et pourtant ! Les hôteliers de la capitale ont assez bien tiré leur épingle du jeu au cours du mois d'août dernier. Selon le baromètre mensuel tenu par le cabinet spécialisé Pannell Kerr Forster Consulting France (échantillon comprenant 30 hôtels classés quatre étoiles, 28 classés trois étoiles et 23 classés deux étoiles soit plus de 12.000 chambres), l'hôtellerie parisienne haut de gamme a en effet très nettement poursuivi sa progression durant cette période.
Le taux d'occupation moyen des hôtels quatre étoiles s'est ainsi élevé à 67% accompagné d'un prix moyen chambre de 1.138 francs (contre 1.041 francs un an plus tôt). Ce sont les établissements appartenant à la catégorie «Hôtel de Charme» qui ont enregistré la hausse la plus sensible en matière de fréquentation avec un gain de 9 points (54,7%). Sachant en outre que, parallèlement, leur prix moyen a grimpé de 8%. Les autres segments de l'hôtellerie haut de gamme ont eux aussi amélioré leurs scores, avec des RevPar (recettes hébergement par chambre disponible) marquant une augmentation comprise entre 11% et 20%. Seuls les «Gros Porteurs» ont en revanche vu leur taux d'occupation se tasser (6 points de retrait à 71,8%) au bénéfice d'une recette moyenne en hausse trop faible (+ 4%) pour voir le chiffre d'affaires total progresser.

Les quatre étoiles maintiennent leur avance
Il n'en reste pas moins vrai qu'en cumul sur les huit premiers mois de l'année 1998, les hôtels quatre étoiles de la Ville Lumière sont parvenus à maintenir une avance considérable par rapport à la même période en 1997, avec une forte poussée des prix moyens + 16%) et en conséquence un RevPar également en très forte progression (20%).
Même si les niveaux d'augmentation ont été moins spectaculaires, l'hôtellerie moyenne gamme a elle aussi profité de «l'euphorie» aoûtienne. Tandis que le taux d'occupation moyen des unités deux et trois étoiles de la capitale stagnait (84,4% contre 85% en 1997), les prix moyens ont eux aussi effectué un véritable bond en avant passant de 389 francs à 403 francs (soit près de + 10%). Résultat : l'hôtellerie moyenne de gamme a vu son RevPar grimper de plus de 8%, soit un gain d'environ 30 F HT par chambre disponible.
Au terme des huit premiers mois de l'année 1998, cette même hôtellerie a finalement séduit beaucoup de clients. A tel point que son taux d'occupation moyen frise les 80% et son RevPar progresse globalement de 16%. A noter toutefois que la progression la plus lente a été constatée pour les unités deux étoiles, répondant à une clientèle particulièrement sensible aux tarifs et à une certaine intransigeance des tour-opérateurs.
C.Cosson avec PKF Consulting France

L'hôtellerie haut de gamme à Paris août 1997-1998

%

Frs

L'hôtellerie moyenne gamme à Paris août 1997-1998

%                                      Frs


L'HÔTELLERIE n° 2580 Hebdo 24 Septembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration