×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité

Vaucluse

Les chambres d'hôtes : un plus pour La Fenière

Un an après son déménagement et l'ajout de sept chambres au restaurant, La Fenière affiche un bilan positif.

Le premier mai, Reine Sammut a pu fêter sereinement le premier anniversaire du déménagement de La Fenière, dans un mas situé sur un domaine de six hectares, et le rajout de sept chambres au restaurant : «nos objectifs de départ ont été largement atteints. Nous visons maintenant un taux de remplissage de 75% sur la deuxième année.» Au départ, quand elle décide de quitter le centre du village pour s'installer sur la route d'Aix-en-Provence, emplacement plus facilement accessible, la propriétaire décide d'ouvrir une chambre d'hôtes dans les dépendances de la ferme et d'ajouter six chambres au-dessus de la salle de restaurant. «Restaurant et chambres compris, en tout, une somme de dix millions de francs. Les chambres devaient nous servir à rentabiliser rapidement cet investissement». Elles sont un plus plutôt qu'une charge. En effet, si le nouveau service amène un supplément d'activités, il ne demande que peu de travail par rapport à la restauration et une seule embauche à mi-temps d'une femme de chambre. Avant tout, Reine Sammut s'est fait plaisir : «chacune des chambres illustre un métier traditionnel et régional : vannier, ferronnier, etc. Des lits à la décoration tout est en rapport avec le thème choisi...» Avec des prix variant entre 670 et 870 francs pour la demi-pension, les chambres attirent une clientèle qui connaît déjà le restaurant ou venue là grâce à un bouche à oreille flatteur. «Et puis maintenant, nous sommes sur la route la plus directe entre Aix-en-Provence et le Luberon, alors qu'auparavant, notre emplacement était difficile d'accès, dans un village mal pourvu en places de parking et déjà très bien pourvu en restaurants». Sans avoir fait de publicité, la propriétaire a reçu ses premières réservations : «Pour juin nous étions déjà remplis à 70%. Des gens nous étions des Etats-Unis ou du Japon où nous avons déjà eu de très bons articles dans la presse». Pour répondre à un public étranger qui représente 70% de la clientèle estivale, La Fenière aura bientôt son site sur Internet et prend déjà des réservations sur courrier électronique.

AMP


L'HÔTELLERIE n° 2573 Hebdo 6 Août 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration