×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Marseille : entre la fête et la sécurité

Enfin ! Avec son premier match France-Afrique du Sud, le 12 juin, puis l'arrivée des supporters anglais venus passer le week-end à Marseille avant la rencontre contre la Tunisie, Marseille est entrée dans la fête mais aussi dans la tourmente à la suite des mesures de sécurité prises pour éviter un "remake" des débordements du week-end du 15 juin.

Par Lisa Casagrande

Les jours précédents la première rencontre sur le stade vélodrome, la Coupe ne semblait mobiliser personne et les établissements sentaient à peine frémir leur activité. Il est vrai qu'un mistral glacé s'était invité...
Mais le 12 juin, les Africains du Sud ont commencé à mettre un peu d'ambiance dans le centre-ville et sur les plages. Et, aux abords du vélodrome, le flot des supporters, qui après le match se sont aussi répandus sur la Canebière, dopaient les snacks et les bars.
Puis les supporters anglais ont débarqué par centaines le week-end (10.000 attendus pour le match) provoquant les premiers incidents de la fête sur le Vieux Port ; mais buvant aussi la bière française à flots et remplissant, d'abord les pubs anglais, tel le Red Lion, à la Pointe Rouge ou le O. Malley quai de Rive Neuve, avant de s'installer dans les cafés français.
Les bars et brasseries, essentiellement ceux du vélodrome et du Vieux Port, sont en effet pour l'instant les premiers bénéficiaires de la Coupe. Ce sont eux aussi qui, souvent au dernier moment, se sont le plus mobilisés pour décorer leurs établissements et organiser diverses animations ou se faire sponsoriser, tandis que les restaurants traditionnels restaient en retrait.


En dehors des incidents avec les Anglais, l'ambiance à Marseille est remarquable.

DU FOOT POUR LES UNS,
DES CAFÉS-CONCERTS OU DES LATIN JAZZ BODEGAS POUR LES AUTRES...

Sur le Vieux Port, l'OM café, où Radio France Provence réalise en direct des émissions tous les jours, ne désemplit pas et l'on se presse devant ses 12 écrans. Quant aux petits bars de quartier qui se sont équipés de téléviseurs et qui ont joué sans hésiter, chacun à leur niveau, la carte de la décoration, ils parsèment la ville de points de ralliement conviviaux entre habitués.
A la Joliette, le Bretagne est ainsi le siège des Yankees, l'un des huit clubs des supporters de l'OM ("on est des fous, on met l'oaï, on craint degun"). René Malleville, dit Néné, le patron, a investi 3.000 F en fanions et ballons et va organiser des concours de pronostics avec Ricard. Il n'a pas touché au prix de ses menus -60 F- et prévoit de "faire la fête" comme pour chaque match important, au cours desquels il sert parfois jusqu'à 100 repas...
Mais toutes les brasseries n'ont pas joué la seule carte du foot. Autour du Vieux Port, mais aussi au centre-ville, à proximité du Cours Julien et en bord de mer, elles se sont mobilisées sur le thème de la musique. Au total plus de 200 soirées "cafés-concerts", organisées sous la houlette du festival de Marseille ou de "Latin Jazz Bodegas", manifestation mise en place l'an dernier par le patron du Pelle-Mêle, haut lieu du jazz marseillais et intégrée cette année aux festivités du Mondial.
Une bonne soixantaine d'établissements sont partie prenante, dont seulement une demi-douzaine de restaurants traditionnels qui se sont contentés de un ou deux concerts (proposés gratuitement par le festival de Marseille), sur l'ensemble du mois. Alors qu'une brasserie dynamique comme la Samaritaine, accueille, outre ses "piano-bars" habituels, une vingtaine d'animations musicales et a investi de l'ordre de 20.000 F...


En direct de l'OM Café, Radio France réalise ses émissions .

SITES FESTIFS :
LES PROFESSIONNELS LOCAUX "OUBLIÉS" PAR LES ORGANISATEURS...

La municipalité, qui a dépensé 200 millions pour l'agrandissement du stade a choisi de faire financer toutes ses animations par le privé. Elle en a confié l'organisation à OM Exploitation, filiale merchandising de l'OM, qui a collecté 21 MF, en partenariat avec ISL France, entreprise de marketing de l'OM (et partenaire officiel de la Fifa).
ISL France gère en particulier l'activité restauration, bu-vettes comprises, des festivités. Elle a confié en sous-traitance cette activité à l'entreprise Eurest Sports et Loisirs.
Au Palais du Pharo, par exemple, site VIP de la ville, destiné aux PME, on attend 10.000 con-vives au total. Les spectacles qui s'y tiennent sont, en effet, indissociables d'une prestation restauration, s'échelonnant de 300 à 1.600 F par personne, spectacle compris. Eurest assurera seule l'activité cocktails (850 personnes deux fois par jour) ainsi que la restauration traditionnelle (300 couverts par jour). Elle sous-traite, certes, l'espace restauration gastronomique (150 couverts ) à un restaurateur indépendant, mais il est varois (Le Sud au Lavandou) et les Marseillais n'apprécient pas...
Eurest gérera également en exclusivité les 28 buvettes des deux périmètres festifs où ont été installés écran géant de retransmission et installations sportives : à Mourepiane (un hectare) dans les quartiers Nord, et, surtout, côté Sud, sur les plages du Prado également dotées d'une gigantesque scène de concert et où l'on attend les jours sans vent 20.000 personnes. Eurest gère aussi le restaurant du personnel technique installé sur ce site.
Seul le Vieux Port est "épargné" par ce monopole. Ses brasseries et restaurants, comme tous les établissements de la ville d'ailleurs, ont obtenu le droit, sur la pression du CHR 13, d'adjoindre à leur commerce habituel un point de vente de restauration rapide et de rester ouverts jusqu'à quatre heures du matin.


Les bars de quartier jouent le jeu...

HÔTELS : TOUJOURS DU VIDE
ENTRE LES MATCHS

"Je pousse au maximum pour que les clients qui veulent réserver un soir de match restent deux à trois nuits. C'est indispensable, même si certains refusent, car personne ne vient en dehors des supporters de la Coupe du Monde", estime un responsable de l'hôtel indépendant Le Sud, un deux étoiles du Vieux Port comptant 25 chambres.
A la veille du premier match marseillais, même si le taux de remplissage oscille à Marseille, selon les chiffres fournis par le CHR 13, entre 65 et 85%, il restait de nombreuses disponibilités entre deux matchs. Quant à la périphérie proche, comme Aix et Arles, les réservations confirmées n'atteignaient que 50 à 65%. Mais ces villes comptent drainer la clientèle touristique.
Le CHR 13, l'office du Tourisme de Marseille et le Comité départemental du tourisme ont mis en place depuis le 4 juin une centrale de réservations dernière minute qui rassemble 260 hôtels de tout le département. Le jour du match d'ouverture, elle avait déjà traité un millier d'appels. Par ailleurs, constate l'office du Tourisme, les hôtels une étoile ont des disponibilités les jours de match. Les hôteliers caressent encore un espoir : que les réservations s'accélèrent au cours de la seconde quinzaine de juin, lorsqu'on saura qui joue en huitième et quart de finale.


Le Vieux Port est le lieu de rendez-vous de toutes les fêtes.

CALENDRIER DES MATCHES

- Mercredi 23 juin, 21 heures : Brésil/Norvège
- Samedi 27 juin, 16 h 30 : 1er groupe B/2ème groupe A
- Samedi 4 juillet, 16 h 30 : quart de finale
- Mardi 7 juillet, 21 heures : demi finale 1

 

Les restaurants gastronomiques ne sont pas débordés...

Pour l'instant, les restaurateurs marseillais gastronomiques ne sont pas surchargés, hormis quelques pointes. Chez Jean-Paul Passédat - qui a augmenté ses tarifs de 30%, comme beaucoup de confrères et a par ailleurs élaboré un menu "Prestige" à 1.500 F- les réservations arrivent certes, mais doucement. "Les gens qui aiment le foot ne vont pas dans des restaurants comme le notre", estime notre interlocutrice. Sur la place Castellane, Le Pescadou, qui a allégé sa carte pour accroître la rapidité et changé ses horaires de service pour coller avec les horaires des rencontres, affiche "presque" complet pour les matchs marseillais se déroulant en soirée. "Mais pour les matchs d'après- midi, je crains que les gens ne quittent la ville", commente Jean-Pierre Carnevali.
En bord de mer, les établissements ont été desservis par le temps. Par ailleurs, même si des milliers de jeunes viennent assister aux concerts et aux retransmissions sur les plages du Prado, ils ne consomment qu'aux buvettes. "Pour nous, ce n'est pas une clientèle", constate le Snooker Club à l'Escale Borely.

Mesures de sécurité

LES CAFETIERS RESTAURATEURS FONT DE LA RÉSISTANCE

A la suite des bagarres qui ont eu lieu autour du match Tunisie-Angleterre, le préfet a décidé de mettre en place des mesures de sécurité qui se voulaient préventives et qui étaient avant tout nuisibles pour l'activité des cafés et restaurants marseillais. Des mesures qui n'étaient pas du goût des professionnels qui ont réussi à faire entendre leur voix.

Sur le vif...

Typique

O Brady's : un pub Irlandais tapissé des murs au plafond de maillots et de drapeaux

Les meubles, le plancher, les poutres, le bois du comptoir long de 18 m, la cheminée : du sol au plafond tout est made in Ireland, dans le pub 0 Brady's, fervent supporter du Celtic Club of Glasgow.
Les patrons, Laurent Grégori et Jean-Luc Bardy sont français mais passionnés à la fois par l'ambiance inimitable des Irish pub et le sport. Leur pub a d'ailleurs créé un club de foot (le Celtic Irish Club), une équipe de rugby à sept, une équipe de coureurs et bientôt un club de fléchettes... En temps normal, leur établissement chaleureux est déjà tapissé de tickets de stades, de bannières, d'écharpes et de casquettes de supporters en tous genres, majoritairement celtiques. Pour la Coupe du Monde, ils ont recouvert leur plafond de drapeaux de toutes les équipes en lice et se sont démenés pour obtenir un maillot de chacune d'elle. Tous les soirs où joueront les Ecossais, à défaut d'Irlandais, ils feront la fête avec Adidas, joueur de cornemuse à l'appui. Le pub organise même prochainement une visite à l'équipe d'Ecosse, qui s'entraîne à Saint-Rémy-de-Provence, afin de faire signer maillots et photos...


Jean-Luc Bardy met à jour le panneau d'affichage de la Coupe du Monde...

Original

L'Equinoxe à L'Escale Borely : une brasserie transformée en terrain de foot

Une moquette-gazon, une des cages de foot réalisées sur mesure par un ferronnier, placées à chaque extrémité de la salle, des serveurs habillés en joueurs, un cocktail "Coupe du Monde" à 98 F servi dans un verre en forme de ballon spécialement gravé pour l'occasion et que le client pourra emporter. A l'Escale Borely, en bord de mer, Robert Dellorca et Michel Mousson, ont transformé la grande salle de restaurant de l'Equinoxe (400 mètres carrés de surface intérieure, 30 salariés) en terrain de football et ont installé sur l'un des murs un grand écran de retransmission. Sur la terrasse, dont tout le mobilier a été renouvelé, une autre cage de foot et dans l'entrée un immense tableau d'affichage, avec résultats et programme des rencontres, assortis d'une présentation de chaque pays. Les deux associés, qui pour l'oc-casion ont par ailleurs, importé spécialement de la bière brésilienne, acheté deux télés et conçu un site Internet relié à leur écran géant, ont investi au total pour la Coupe du Monde de l'ordre de 400.000 F. Des investissements qu'ils conserveront ensuite et qui leur ont permis d'obtenir le sponsoring de Danone et Coca-Cola. Ils espèrent réaliser une augmentation de chiffre d'affaires de l'ordre de 10%


Robert Dellorca dans les cages de foot se fait servir un cocktail "Coupe du Monde".


L'HÔTELLERIE n° 2567 Hebdo 25 Juin 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration