×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Editorial

Après Christophe Colomb

La proposition de Robert Hue d'intégrer l'outil de travail dans ISF est une fois de plus, une menace pour une très importante partie des entreprises et en particulier pour les hôtels. La création d'un lien entre fortune personnelle et fortune professionnelle est de toute évidence dangereuse pour la pérennité des entreprises et particulièrement nuisibles pour l'emploi. Aujourd'hui, les hôteliers indépendants, de moins en moins nombreux, risquent bien de payer très cher les conséquences des choix partisans du gouvernement si le 22 juillet, Lionel Jospin seul arbitre sur cette question, confirme la proposition de Robert Hue. Après le coût du passage aux 35 heures, l'intégration de l'outil de travail à l'ISF sera déterminant pour l'avenir des PME. celles qui suivront pourront-elles encore longtemps investir ? On en doute d'autant que la perspective d'une augmentation de la TVA sur l'hébergement laisse augurer des difficultés grandissantes en matière de gestion hôtelière. Quelle rentabilité espérer dès lors, d'investissements aussi lourds ? Comment trouver des entrepreneurs assez fous pour accepter de s'endetter pour aussi longtemps, obligés de mettre en caution tous leurs biens jusqu'à leur habitation, pour se voir taxer tant au titre de leur outil de travail, qu'au titre du chiffre d'affaires et du bénéfice si tant est que l'on puisse encore en faire ? La France choisit de montrer du doigt aujourd'hui ceux que certains appellent les 7 riches mais c'est oublier que leur richesse, quand elle est investie dans l'outil de travail, est partagée avec tous ceux qui vivent de cette activité générée. Ceux que l'on montre du doigt parce que leurs revenus sont au delà de la moyenne sont le plus souvent ceux qui ont aussi le plus travaillé, ceux qui ont le plus osé prendre des risques lourds. Une audace qui permet à d'autres, moins téméraires, de vivre avec davantage de sécurité.
Cinq siècles après Christophe Colomb, Lionel Jospin a découvert l'Amérique... avec émerveillement, il avoue que de l'autre côté de l'Atlantique, des emplois qui ne sont pas des "petits boulots" ont été créés. Comprendra-t-il enfin que ces emplois n'ont pas été créés du fait de la volonté d'un gouvernement mais du besoin d'un marché où l'on a choisi de laisser libre ses entrepreneurs.
Pourra-t-il comprendre que ceux qui créent des emplois sont ceux qui détiennent certaines richesses qu'ils aspirent à développer pour le plus grand intérêt de tous sans jamais être montré du doigt. Là bas, on n'a pas honte d'être riche, on ne se cache pas, c'est en développant le travail que l'on partage les richesses.

PAF


L'HÔTELLERIE n° 2567 Hebdo 25 Juin 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration