×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité

Casino de Cabourg

Faites vos jeux

De rebondissement en rebondissement, le casino de Cabourg dans le Calvados désespérait de pouvoir un jour reprendre son activité, au grand dam de la municipalité basse-normande. Celle-ci pousse aujourd'hui un grand ouf ! de soulagement.

Les joueurs de la Côte Fleurie peuvent de nouveau s'adonner à leurs jeux favoris depuis le week-end de la Pentecôte, après six ans d'abstinence forcée.
A trois années de travaux de mise aux normes de sécurité, ont en effet succédé trois années supplémentaires de procédures judiciaires retardant une réouverture plusieurs fois annoncée et différée. C'est cette incertitude judiciaire qui avait notamment motivé le refus d'autorisation d'exploitation par la Commission supérieure des jeux du ministère de l'Intérieur à l'automne dernier. La requête de la Sonecar contestant les conditions d'attribution de la concession d'exploitation par la mairie finalement rejetée par le tribunal administratif de Caen, la dernière hypothèque était levée. Au printemps, la Commission supérieure des jeux a donc finalement accordé son autorisation au concessionnaire choisi par la municipalité : la SA du grand casino de Cabourg (groupe Partouche). Cette dernière, comme elle s'y était engagée, a immédiatement versé 22 MF hors taxe à la ville, qui espère par ailleurs un rendement à moyen terme de 6 à 7 MF sous forme de taxes sur les jeux. Comme le veut la réglementation en la matière, seuls les jeux nobles fonctionneront pendant un an avant que les bandits-manchots puissent enfin recommencer à cracher leurs pièces aux clients chanceux... Si le casino de Cabourg obtient l'autorisation spécifique du ministère.

D. Blin


L'HÔTELLERIE n° 2567 Hebdo 25 Juin 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration