×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Conjoncture

Baromètre mensuel sur l'activité de la restauration commerciale Coach Omnium/L'Hôtellerie

Le mauvais temps a troublé la reprise en avril

* Les vacances de printemps ont perturbé le secteur.
* Le mauvais temps a davantage pénalisé la province.
* Les repas d'affaires continuent de doper les déjeuners.

Sur le mois d'avril, plus de la moitié des restaurateurs du panel L'Hôtel-lerie/Coach Omnium déclare avoir été pénalisée par des conditions climatiques particulièrement mauvaises pour la saison. Avec 3,3% de couverts servis en moins par rapport au mois d'avril 1997, la province semble avoir été la plus touchée, beaucoup de restaurateurs ayant été contraints de fermer leur terrasse. A l'inverse, près de 47% des restaurateurs interrogés jugent que le mauvais temps leur a été bénéfique. Paris et sa région, ainsi que l'ensemble des restaurants de centre-ville, semblent en effet avoir profité des clients restés chez eux à cause du mauvais temps. «Le froid et la pluie n'ont pas donné envie aux gens de partir. Ceci a apporté un regain d'activité en centr-ville», précise un restaurateur de Limoges. Le bilan concernant les congés pascals ressort, quant à lui, plutôt mitigé. Plus d'un tiers des restaurateurs interrogés ont observé une augmentation de leur activité, alors que dans le même temps 25% d'entre eux déclaraient avoir enregistré une baisse d'activité. "Les vacances de Pâques ont désertifié la capitale et la compensation par les étrangers a été insuffisante", constate d'ailleurs ce restaurateur parisien. Malgré tous ces éléments perturbateurs, les résultats de ce mois d'avril 1998 apparaissent plutôt satisfaisants. Ainsi toutes régions et tous types de restaurants confondus, l'évolution du nombre de couverts servis continue de grimper (+ 4,9% de janvier à avril 1998/1997). Cependant, l'évolution des prix moyens couverts n'a pas réussi à rattraper son retard du mois de mars 1998 et accuse, pour le deuxième mois consécutif, une baisse de 3,2%. La hausse de la fréquentation générale profite d'abord aux restaurants de la région parisienne qui enregistrent une augmentation de près de 22% par rapport à avril 1997. Avec + 28%, les établissements haut de gamme (plus de 200 F le couvert) s'en sortent également très bien. Dopés par la reprise des repas d'affaires, les déjeuners font également un bond de 2,1% sur la période de référence. Par ailleurs, ils parviennent à maintenir des prix moyens couverts à la hausse ce qui n'est pas donné à tout le monde ! L'activité des dîners, beaucoup plus pénalisée par les vacances de printemps, est en revanche en sérieuse baisse.

G. Floch

Résultats géographiques      
    Evolution Evolution
Cumul de janvier à avril 1997/1998   couverts servis prix moyen cvt.
* Paris, avec banquets + 3,7% - 3,0%
* Couronne Paris, avec banquets + 21,7% + 2,5%
* Province, avec banquets - 3,3% - 4,1%
Baromètre * COACH OMNIUM/L'Hôtellerie
 
Evolution selon les prix pratiqués  
    Evolution Evolution
Cumul de janvier à avril 1997/1998   couverts servis prix moyen cvt.
TTC-SC, boissons comprises, avec banquets
* Restaurants de 70 à 135 F/couvert servi - 4,0% - 0,9%
* Restaurants de 136 à 200 F/couvert servi + 7,7% +1,3%
* Restaurants de + de 200 F/couvert servi + 28,2% - 6,0%
Baromètre * COACH OMNIUM/L'Hôtellerie
 
Résultat général toutes régions    
  Evolution Evolution
Cumul de janvier à avril 1997/1998 couverts servis prix moyen cvt.
* Déjeuners +2,1% + 4,2%
* Dîners - 7,7% - 0,6%
* Banquets +9,9% + 0,2%
* Total hors banquets - 2,3% -
* Total avec banquets + 4,9   - 3,2%
Baromètre * COACH OMNIUM/L'Hôtellerie

Evolution cumulée du prix moyen couvert, toutes régions et tous types de restaurants confondus

Comparaison cumulée de janvier à avril 1997/1998de l'évolution du nombre de couverts servis, tous types de restaurants confondus

Evolution cumulée du nombre de couverts servis,
toutes régions et tous types de restaurants confondus

Panel de restaurateurs

Le baromètre de la restauration commerciale L'Hôtellerie/Coach Omnium, est un constat mensuel de l'activité d'un panel de 201 restaurants français. Ce panel est destiné à vous donner un aperçu de la tendance du marché de la restauration, au mois le mois, avec son évolution qui sera visualisée sous forme de courbes. Le panel est constitué de la manière suivante : 28% d'établissements à Paris intra-muros, 20% en couronne parisienne, 52% en province. 40% des restaurants sont liés à un hôtel. 29% des restaurants ont un prix moyen situé au-dessus de 200 francs (inférieur à 480 francs), 30% se situent entre 136 et 200 francs et 42% entre 70 et 135 francs. Ce prix moyen est exprimé TTC, service et boissons compris, soit le prix payé par le client.


L'HÔTELLERIE n° 2567 Hebdo 25 Juin 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration