×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

International

LE TOUR DU MONDE DE LA PRESSE ÉTRANGÈRE

En Grande-Bretagne

Plus âgé et plus avisé ?

Le mois dernier, au retour d'un congé de maternité, une femme a été renvoyée d'un hôtel parce qu'elle était trop âgée. Son employeur la trouvait, à 40 ans, incapable de s'insérer dans une équipe professionnelle jeune.

Trois semaines plus tard, malgré les promesses faites lors de la campagne électorale, le gouvernement a déclaré qu'il n'allait pas légiférer contre la discrimination en fonction de l'âge. Au lieu de ça, il prévoit d'introduire un code spécifique ("Working age").

On pourrait presque y voir un soulagement pour l'industrie hôtelière qui enregistre certainement les plus fortes discriminations par âge. En effet, les employeurs essayent toujours de stipuler l'âge lorsqu'ils recherchent du nouveau personnel, car les plus jeunes peuvent être payés moins cher. Mais l'industrie hôtelière, avec ce genre de pratique n'est-elle pas en train de perdre plus qu'elle ne gagne, en voulant ignorer la valeur d'une force de travail plus avisée ? A méditer au-delà des frontières du Royaume-Uni...

Caterer and Hotelkeeper, 5-11 mars 1998

Aux USA

L'esprit saturé !

Au Nob Hill Lambourne, un hôtel de 20 chambres, à San Fransisco (USA), on invite les clients intéressés à évacuer leur stress ou à améliorer leur "santé mentale", en consultant le psychothérapeute de l'hôtel, Charmian Anderson. Disponible de 6 h à 21 h tous les jours, Anderson répond en général à la demande du client en 15 minutes, ce qui coûte à celui-ci environ 30 dollars (soit 180 F). "Elle (Anderson) est considérée exactement comme tous les praticiens d'une station thermale par exemple, qui sont indépendants et qui travaillent sur simple appel, dit Charlie Robles, le directeur général de cet hôtel de luxe "non-fumeur". L'attention propre au Nob Hill Lambourne à s'occuper "du corps et de l'âme" est claire : lorsque vous arrivez, vous recevez des citations philosophiques et des vitamines mais pas le carré de chocolat que vous attendez !

Hôtels - Février 98


L'HÔTELLERIE n° 2564 Hebdo 4 Juin 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration