×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité

Chaînes hôtelières

Envergure poursuit son développement avec sagesse

La filiale de la Société du Louvre a réalisé un bon exercice 1997 dégageant un bénéfice de 39 millions de francs. Le cru 1998 devrait être encore meilleur (+10% environ). Autant de bons résultats qui permettent au numéro deux de l'hôtellerie française de poursuivre sa croissance en Europe. Le groupe vient d'ailleurs de conclure des partenariats avec des investisseurs privés en Espagne et au Portugal.

Chemise jaune, cravate rouge, le tout accompagné d'un large sourire, Frantz Taittinger, président directeur général d'Envergure (par ailleurs également député-maire d'Asnières) ne cache pas aujourd'hui sa bonne humeur. «Comme toute l'hôtellerie en ce moment, notre groupe profite de la reprise économique et se porte bien», déclare-t-il sans détour. Le deuxième groupe hôtelier français, qui totalise 631 établissements dont 596 hôtels arborant les enseignes Campanile, Bleu Marine, Première Classe et Clarine (soit un parc de 38.000 chambres), a effectivement réalisé l'an dernier un bon exercice. Son chiffre d'affaires a progressé de 5% atteignant les 1,25 milliard de francs. Son volume d'affaires (les franchisés compris) s'est lui élevé à 4,2 milliards. Quant à son résultat net, il a pratiquement doublé passant de 26 millions en 1996 à plus de 39 millions en 1997. Sans oublier sa marge brute d'autofinancement stabilisée à 200 millions contre 182 l'année précédente.
Et d'après les premiers résultats de l'année en cours, les choses ne devraient pas en rester là. «A fin avril, Première Classe a d'ores et déjà enregistré une hausse de 11% de son chiffre d'affaires. Son taux d'occupation s'est stabilisé à 73% contre 65% sur la même période un an plus tôt. La tendance est analogue pour Bleu Marine dont les recettes ont augmenté de 17% et la fréquentation avoisine les 63%...», indique en effet Louis Crémèse, vice-président du groupe. Et d'ajouter, «nous prévoyons globalement une croissance de 10% de notre chiffre d'affaires et de notre résultat en 1998.»

Concilier développement et rentabilité

Des prévisions de bon augure qui permettent à Envergure d'envisager sereinement la poursuite de son expansion en sachant qu'entre 1991 et 1997, la compagnie basée à Torcy a d'ores et déjà multiplié par deux son parc d'hôtels. Reste qu'il ne s'agit pas pour elle de pratiquer un développement à outrance. «La dynamique de notre entreprise ne fonctionne qu'à condition de concilier développement et rentabilité. Nous devons apporter des dividendes à notre maison mère ce qui signifie que nous n'investissons jamais à la légère», explique Frantz Taittinger. Et de préciser, «si un jour nous devions avoir de plus vastes projets, nous pourrions envisager une entrée en Bourse ou bien chercher un partenaire». De fait, la filiale de la Société du Louvre y regarde toujours à deux fois avant d'apposer ses marques dans tel ou tel autre endroit. D'autant plus que parallèlement à son essor en nombre, la compagnie procède à la rénovation de ses unités (150 millions par an dont 35 millions part du groupe) et a débuté voilà pas tout à fait deux ans une refonte complète de tout son système informatique (opérationnel mi 1999) représentant un investissement de 103 millions de francs sur trois ans.

Malgré cette relative prudence, Envergure va tout de même ouvrir plusieurs hôtels et restaurants d'ici la fin de l'année tablant grosso modo sur plus de cinquante unités supplémentaires. Avec seulement 46 hôtels en Europe (dont 37 Campanile, 1 Première Classe et 8 Clarine), le groupe va ainsi renforcer en priorité ses positions à travers le Vieux Continent souhaitant à moyen terme que son chiffre d'affaires hors Hexagone atteigne 20% du total. La marque phare du groupe, Campanile, va grandir notamment en Belgique, en Grande-Bretagne et en Pologne (Katovice et Lodz).

100 Clarine fin 1998

La chaîne deux étoiles comptera un nouvel établissement dès le mois de juin à Vilvoorde. Elle disposera d'une nouvelle adresse à Milton Keynes au mois d'octobre 1998. Sans oublier les extensions du Campanile de Liverpool et celle de Dartford. Un permis de construire est en outre en cours d'instruction pour la construction d'un hôtel-restaurant de 100 chambres à Birmingham. A noter en outre que la filiale du Louvre vient également de conclure des accords avec des investisseurs privés au Portugal et en Espagne. «Nous avons passé un contrat au Portugal qui prévoit le développement de 12 Campanile. Le premier verra le jour d'ici la fin 1999», précise Louis Crémèse.

Pour ce qui est de l'avenir de Campanile sur le territoire national, le réseau (325 hôtels au 1er janvier 1998) semble désormais avoir atteint sa taille maximale. Un projet parisien (au Pont de Suresnes) se profile toutefois à l'horizon du troisième millénaire. Première Classe (151 hôtels en France), la marque super économique d'Envergure, paraît en revanche avoir encore de beaux jours devant elle. Cinq établissements, dont certains sont des reprises d'hôtels existants, vont effectivement ouvrir en 1998 dans l'Hexagone à Pamiers (Ariège), Massy, Nantes Sainte-Luce, Annecy et Mâcon. Sans compter sur les nombreux autres projets soumis à l'approbation des CDEC (à Saumur, Avignon, Strasbourg, Ales, Pont de Suresnes...).

Reste Clarine, qui croît elle à la vitesse grand «V». Lancée en 1995, la chaîne réunit aujourd'hui 65 unités dont 57 en France, 7 en Italie et 1 en Belgique. Et à en croire les déclarations de Louis Crémèse, qui ne se veulent généralement pas être des effets d'annonce, le réseau devrait franchir le seuil des 100 unités d'ici fin 1998.

C. Cosson
c.cosson@lhotellerie-restauration.fr


Clarine
Ouvertures prévues en 1998
Villes Nombre hôtels Nbre de chbres
Valence Nord   1   46
Bourg-en-Bresse   1   54
Marne-la-Vallée Esbly   1   40
Paris-la-Villette   1   207
Gap   1   45
Chambéry   1   36
Paris Montholon   1   46
Créteil   1   77
Carentan   1   36
Annemasse   1   50
Evreux   1   40
Bayeux   1   32
Perpignan   1   90
Beauvais   1   46
Rome Nord Fiano   1   74
 
*L'essentiel de ces projets d'ouvertures consistent en des reprises d'établissements déjà existants notamment en France.

Evolution du chiffre d'affaires consolidé d'Envergure

(en millions de francs)

Années CA
1992   867.589
1993   920.325
1994   986.496
1995   1.107.345
1996   1.162.415
1997   1.248.932


Frantz Taittinger, président directeur général d'Envergure, entend concilier développement et rentabilité. Il n'exclut pas un jour de s'intéresser aux loisirs, ses hôtels étant jusqu'à présent essentiellement tournés vers les affaires.


L'HÔTELLERIE n° 2563 Hebdo 28 mai 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration