×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Restauration

Le Galopin à Rennes

Partir avec sa bouteille

Service supplémentaire à la clientèle ou véritable produit commercial ? Toujours est-il qu'une variante du "doggy" américain (les clients repartent des restaurants avec leur nourriture non consommée) fait son apparition à Rennes.

Brasserie de luxe implantée sur l'avenue Janvier donnant sur la gare et largement pourvu en hôtels-restaurants, le Galopin propose en effet à sa clientèle de repartir avec sa bouteille de vin achetée mais pas entièrement consommée. "Pour que cela reste discret, nous emballons la bouteille dans un sac, étroit, couleur lie de vin et la rebouchons", explique celui qui est à l'origine de l'opération, Olivier Le Denmat, fils des propriétaires installés ici depuis bientôt dix ans. "L'idée m'est venue par hasard, en entendant des clients plaisanter et me demandant s'ils pouvaient partir avec leur bouteille. Je me suis dit, pourquoi pas ?" Lancée à renfort de publicité dans la presse locale, l'opération fait le tour de Rennes. "Beaucoup de clients en ont entendu parler. L'idée plaît mais n'est pas encore totalement rentrée dans les mœurs", reconnaît Olivier le Denmat. Le Galopin travaillant beaucoup avec une clientèle d'affaires, on imagine mal en effet les chefs d'entreprise repartir avec leur paquet... "sauf s'ils prennent une bonne bouteille et qu'ils veulent l'offrir à leur client."

Cette formule engendre-t-elle de réelles retombées commerciales ? Selon Olivier Le Denmat, "ce service pousse certains à consommer davantage", et notamment des amis venus en groupe et hésitant à recommander une seconde bouteille. "Beaucoup demandent des demi-bouteilles. Mais en grand cru, nous sommes limités. Je leur propose alors de ramener la bouteille chez eux et ils acceptent."

Fort de ses 300 couverts/jour, le Galopin ne compte pas attirer une nouvelle clientèle grâce à ce procédé. "C'est une formule qui fidélise la clientèle. Nous verrons à l'avenir si les mentalités changent."

O. Marie


L'HÔTELLERIE n° 2560 Hebdo 7 Mai 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration