×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Cafés

Enquête Kronenbourg/Sofres sur l'amateur de foot

Carton rouge pour les idées reçues

Parce qu'on imagine généralement l'amateur de foot affalé dans un canapé, un verre de bière à la main, les Brasseries Kronenbourg ont voulu en connaître davantage sur ce soi-disant iconolâtre du ballon rond sur petit écran. Brouette de clichés ou réalité ?

L'enquête réalisée par la Sofres pour Brasseries Kronenbourg est un pavé dans la mare des anti foot. Elle balaye le stéréotype classique de l'homme pas très vif, un peu empâté, sa "Kro" dans une main, une pizza dans l'autre, hurlant et gesticulant devant son poste de télévision, au profit d'une convivialité beaucoup moins égoïste. Si l'amateur de foot est dans 80%des cas un homme, dans 45% c'est une femme. Un pourcentage loin d'être négligeable. Quant à son âge ou à son niveau social, n'allez pas désigner une catégorie plutôt qu'une autre. "62% des Français déclarent regarder souvent ou occasionnallement les matchs à la télévision. On retrouve ce même pourcentage de gens qui suivent les matchs à la télévision au sein des différentes catégories de la population", note l'enquête. Comment et avec qui regarde-t-on un match ? La croyance populaire veut que l'amateur de foot soit entre copains, entre hommes. Faux. 35% regardent son match seul et tranquille devant sa télévision, 32% regardent en couple, 28% en famille et seulement 11% se réunissent entre copains ce soir-là.

Bière et foot

Autre cliché : 82% des Français estiment que l'amateur de foot boit une bière devant un match. Dans la réalité, ils sont 17% à décapsuler une canette de bière et 38% ne boivent rien. Grignote-t-on nerveusement ou béatement entre deux penaltys ? Encore faux. 50% ne mangent rien, 17% savourent un carré de chocolat, 9% s'octroyent un plateau-repas et 8% s'adonne à la pizza.

"Tout le monde ne boit pas de la bière en regardant un match de foot. Cependant, cela ne signifie pas que bière et football ne vont pas ensemble", commente-t-on. Ainsi, 84% des personnes peu ou pas du tout intéressées par le foot pensent que la bière, dans le contexte du ballon rond, est synonyme de plaisir, 81% de fête, 76% de partage... Des chiffres qu'on retrouve quasiment à l'identique parmi les personnes qui apprécient le foot. Satisfaction chez Kronenbourg : "très loin des valeurs négatives la bière bénéficie d'un capital convivialité reconnu par tous". Et la Kro dans tout ça ? 77% des passionnés de foot et 75% des réfractaires reconnaissent que c'est une boisson que l'on partage volontiers entre amis et 74% l'associe à une boisson moderne. Ouf de soulagement pour la première marque de bière française (20% du marché national), bière et foot peuvent faire bon ménage mais là n'est pas l'essentiel.

Sy.S.

 
45% de femmes suivent des matchs à la télé. Qui l'eut cru ?


L'HÔTELLERIE n° 2560 Hebdo 7 Mai 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration