×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Conjoncture

Bilan 97 de l'hôtellerie à Lyon

Plutôt mieux...

Sans doute n'y a-t-il pas encore matière à s'enflammer... mais le bilan 1997 de l'hôtellerie à Lyon est meilleur qu'en 1996. La preuve, chiffres en mains.

Tout part d'un constat général : le marché hôtelier français enregistre actuellement une intéressante reprise d'activité... et l'hôtellerie du Grand Lyon est à l'image de la tendance nationale.
Par rapport à 1996, le parc hôtelier est stable avec 11.417 chambres à fin 1997 contre 11.347 douze mois plus tôt (+ 0,6%). Par contre, en examinant le détail des chiffres, on peut constater une réelle poussée de l'hôtellerie économique en périphérie (158 chambres supplémentaires, soit + 12%) grâce à des opérations de rachat et de transformation de l'existant.
C'est le cas, par exemple, du Mercure Porte de Lyon restructuré 50/50 entre l'hôtel 3 étoiles et Etap Hôtel (sans étoile) avec deux entrées distinctes.

Il est également à noter que trois refus de projet ont été signifiés en 1997 : deux pour Villages Hôtels (70 chambres) à Limonest et Chassieu, un pour Accor (99 chambres) pour un Etap Hôtel à Lyon. Et que, dans le même temps, un hôtel 3 étoiles (42 chambres) a ouvert ses portes dans l'Ouest lyonnais, à Craponne. Au bilan, l'hôtellerie homologuée perd 88 chambres, soit 2 hôtels 1 étoile et 1 hôtel 3 étoiles dans Lyon.

Pour 1997, les chiffres sont donc les suivants (ceux de 1996 sont signifiés entre parenthèses) : hôtellerie homologuée : 9.917 chambres (10.005); hôtellerie sans étoile : 1.500 chambres (1.342) ; capacité d'accueil : 11.417 chambres (11.347).

Taux d'occupation moyens :
Le constat d'une reprise de l'activité hôtelière s'impose avec, pour la deuxième année consécutive, une hausse. Elle est de 2,9% par rapport à l'année précédente où l'on avait déjà gagné 2,5% sur 1995.
Malgré tout, et même si le marché le plus dynamique se situe sur le Grand Lyon (56,2% en 1997 contre 53,3% en 1996 et 50,8% en 1995), on reste bien en deçà des taux d'occupation des belles années 1985 à 1987 où il était au-delà des 60% !
Si la demande est différente selon les secteurs, la progression est présente partout et c'est tout naturellement Lyon qui est le mieux situé dans ce domaine, avec un TO de 57,4% en hausse de 3 points sur 1996 (54,4%). Dans ce secteur, ce sont les établissements 4 étoiles qui enregistrent la plus forte poussée avec un gain de 4,2 points sur 1996 sur le TO et de 5 points sur le prix moyen : 58% contre 53,8% et 610 francs contre 581 francs.

Prix moyens :
Hausse générale à l'exception des hôtels 1 étoile qui perdent 1,3%. Outre les quatre étoiles évoqués par ailleurs, poussée en 3 étoiles (+ 1,9%) et surtout en 2 étoiles (+2,3%). On est encore à un seuil jugé insuffisant par les hôteliers...

Nombre de nuitées :
Les chiffres indiquent une relative stabilité avec 3.072.959 nuitées en 1997 contre 3.045.599 en 1996. La progression globale est donc faible (27.360 nuitées, soit 0,9%) et une baisse est même enregistrée en trois étoiles (846.516 nuitées avec un perte de 21.501 nuitées soit 2,5%).

Commentaires :
Pour Roland Bernard, président des hôteliers du Rhône, il n'y a pas de quoi euphoriser... même si la reprise est jugée réelle. "Le deuxième semestre permet une progression sensible. Je suis plus réservé sur la montée du prix moyen, souvent due à un effet mécanique de baisse de prix du petit déjeuner (TVA 20,6%) basculé sur le chambre (TVA 5,5%). Les chiffres sont encourageants, même si le début de l'année 98 est décevant par rapport au dernier trimestre 97."

Avec le Mondial de Football, la conférence de l'ONU, le congrès national des notaires et deux gros salons tels que l'IFRA et Pollutec, les professionnels peuvent toutefois estimer que la reprise constatée en 1997 se confirmera cette année.

"Si on ne laisse pas déraper les implantations, 1998 devrait être une bonne année avec un redressement de notre secteur d'activité", affirme Roland Bernard.

J.-F. Mesplède
jfmesplede@lhotellerie-restauration.fr
(Avec G. Veilex, CCI de Lyon)


Avec le Mondial de Football, la conférence de l'ONU, le congrès national des notaires
et deux gros salons tels que l'IFRA et Pollutec, la reprise constatée en 1997 devrait
se confirmer cette année.

Hôtellerie Lyon 97/98

TO par secteurs
  1996 1997 Ecart
Grand lyon 53,3% 56,2% +2,9
Gr Lyon, Hors Lyon 51,5% 54,4% +2,9
Lyon 54,4% 57,4% +3,0
Est 53,5% 56,2% +2,7
Ouest 48,5% 52% +3,5
TO par catégorie
Hôtels      
* 42,9% 46,7% +3,8
** 54% 56,7% +2,7
*** 50,7% 52,9% +2,2
**** 53,8% 58% +4,2
Prix moyens
Hôtels      
* 158 156 -1,3
** 257 263 +2,3
*** 367 374 +1,9
**** 581 610 +5,0

L'HÔTELLERIE n° 2560 Hebdo 7 Mai 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration