×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité

Ajaccio

Le défi du futur palais des congrès

Après 10 ans de montage du projet, les travaux ont débuté début février : 25 entreprises Corses sont chargées par la Chambre de commerce d'Ajaccio de construire un palais des Congrès.

Le dossier d'un montant de 50 MF est financé pour moitié par l'Europe, 7,5 MF par la Collectivité de Corse, 4 MF par le département, 8 par la mairie d'Ajaccio, 2,7 par l'Etat et 2,4 par la Chambre de commerce. Il s'agit en fait de transformer les locaux de l'ancienne gare maritime au cœur de la ville, en un luxueux auditorium comprenant 500 places en salles plénières, 600 en salles de commissions, un hall d'exposition de 1.400 m2 et un restaurant traiteur de 600 places. Les travaux dureront 18 mois pour un début d'exploitation à l'an 2000.

L'enjeu de cette nouvelle structure, unique en Corse, est de parvenir à développer un nouveau tourisme, celui des congrès. Jusqu'à aujourd'hui, la seule structure capable d'accueillir de tels événements était... le Napoléon Bonaparte, le luxueux navire amiral de la SNCM. Aucun établissement ne peut pour l'instant à Ajaccio accueillir à lui seul un important groupe de congressistes.

En revanche, avec la construction de cette nouvelle structure, les hôteliers de la ville ont conscience de l'enjeu : «Nous devrons nous remettre en cause, de façon positive, souligne Jean-Jacques Ghjuseppi, hôtelier sur la rive Sud du golfe d'Ajaccio. Les besoins évoluent, la demande évolue. Si le palais des congrès devient effectivement un axe central regroupant l'activité des congressistes, les hôteliers devront s'investir sur le service : la clientèle des congrès est parmi les plus exigeantes. Il suffit dans ce cas de faire preuve de bonne volonté et de professionnalisme. En revanche, si le développement de cette clientèle se traduit par des besoins en investissements financiers, avec une modernisation des établissements hôteliers, nous risquons de rencontrer de graves problèmes. En effet, pour le moment, les hôteliers n'ont plus de trésorerie et les banques ne prêtent plus». Le préfet Erignac, présent au moment du lancement des travaux qualifiait cette réalisation de «défi pour l'avenir économique» de la région. Les prévisions d'exploitation font état de la possibilité d'organiser 20.000 journées, soit un chiffre d'affaires de 14 MF mais pour un coût de fonctionnement estimé à 5 MF par an. Il faudra qu'une importante mobilisation se développe autour du projet pour que le défi soit relevé.

L. Peretti


L'HÔTELLERIE n° 2560 Hebdo 7 Mai 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration