×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité

Hôtellerie clermontoise

Stabilité et hausses

L'année 1997 a permis à l'hôtellerie clermontoise, dont l'offre reste stable, d'enregistrer des résultats en hausse par rapport à 1996, selon les chiffres publiés par la Chambre de commerce et d'industrie de Clermont-Ferrand/Issoire.

Ce qui marche le mieux à Clermont-Ferrand ? Les hôtels économiques implantés en périphérie. Ils ont obtenu un taux d'occupation moyen en 1997 de 73%, le meilleur résultat depuis 1991, une hausse de 4,2 points par rapport à 1996.
Les super économiques, à moins de 160 F la chambre, ont même culminé à 97,5% de remplissage en août et au-dessus des 90% de juin à septembre ! Les établissements, toujours en périphérie, affichant des prix dans une fourchette de 160 à 270 F ont des résultats tout à fait corrects, avec des mois de juillet et août au-dessus des 85%. Le centre-ville, pour sa part, enregistre son meilleur taux d'occupation depuis neuf ans avec 58,4%, soit un point de plus que l'an dernier. Et loin des 52% de 1992. Comme les autres années, la période des vacances reste creuse intra-muros. Août est à peine au-dessus des 50%.
Ces chiffres montrent la bonne tenue globale de l'hôtellerie clermontoise dans un cadre stable. Seul deux établissements ont fermé leurs portes l'an dernier, soit une diminution de 65 chambres sur un total 2.300. L'explosion des années 80 est loin, celle qui a vu le doublement de la capacité hôtelière de la ville, surtout en périphérie, suite aux mises en service des autoroutes Clermont-Paris et Clermont-Béziers.

Les "économiques" en force

Dans l'ensemble, les indépendants détiennent 45% de l'offre des chambres ; 27% allant aux franchisés et associés et 28% aux filiales de chaînes hôtelières. Les établissements dans une gamme de prix économiques représentent 64% de l'offre. Avec 23% pour les super économiques (moins de 160 F), surtout concentré en périphérie ; et 41% pour ceux de 160 à 270 F. Le milieu de gamme, situé majoritairement en centre-ville, se contente donc de 36% de l'offre.
La situation actuelle, plutôt saine, va subir dans un avenir proche les ondes de choc des projets concernant Clermont-Ferrand et l'Auvergne. Il s'agit de Vulcania, qui devrait attirer 500.000 visiteurs par an ; du nouveau centre de congrès de la ville et de la Grande Halle pour accueillir foires, expositions et concerts.

P. Boyer

 
Les chambres en dessous des 160 F représentent 23% de l'offre et dépassent,
en moyenne, 90% de taux d'occupation pendant les mois d'été.


L'HÔTELLERIE n° 2559 Hebdo 30 Avril 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration