×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Restauration

Vienne

Eric Jan au Château de Curzay

Disciple d'Escoffier, élève de Bruno Turbot (Le Relais de Sèvres), ancien de la Tour d'Argent, Eric Jan vient d'être recruté comme chef de cuisine pour le restaurant du Relais et Châteaux de Curzay-sur-Vonne (86), baptisé "La Cédraie".

Cet établissement, propriété de Brigitte de Gastines, par ailleurs P-dg de SVP, est géré par le mari de cette dernière, Eric Cachart, un ancien journaliste de FR3. Ouvert en 1994, au coeur d'un parc de 120 ha, ce 4 étoiles hôtelières est leader des R & C en matière d'équitation pour l'Europe, emploie 26 salariés, et réalise, sous la direction de Yves Van Wanghe, un CA (97) de 7 MF.

Le restaurant est de même niveau, Eric Cachart ne cachant pas ses ambitions. Le recrutement de son nouveau chef ayant pour objectif la mise en valeur d'une cuisine faisant la part belle aux denrées du Poitou et des Deux-Sèvres : lapins, escargots, fromages, vins, truffes (trente chênes ont été plantés sur le domaine pour en récolter un jour). Le Château de Curzay (22 chambres en mai prochain) aura axé son développement sur deux directions : l'hôtellerie, en ouvrant 14 chambres il y a quatre ans, et qui est maintenant opérationnelle à 100%, et la restauration, les efforts se portant désormais sur "La Cédraie". Une table qui pourrait sous peu valoir le détour pour les rédacteurs des grands guides, le restaurant ayant pour vocation sa reconnaissance pour lui-même et non pour la superbe bâtisse datant de 1710 qui l'abrite. Au niveau des idées, la carte de printemps avec ses Beignets de jeunes légumes, ses Queues de langoustines saisies au poëlon, ses Pigeonneaux de St-Sauvent rôtis au romarin avec leur ragoût de fèves, ne manque ni de saveurs ni d'originalité.

J.-P. Gourvest


L'HÔTELLERIE n° 2559 Hebdo 30 Avril 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration