×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Restauration

McDo à Gap

Les restaurateurs et les écologistes font de la résistance

McDonald's s'installe à Gap. L'enseigne met un premier pied dans les Hautes-Alpes. Alors que le maire vient de signer le permis de construire du futur restaurant, une alliance inattendue vient contester sa décision : le conseiller écologiste de la ville s'est rallié aux restaurateurs locaux pour empêcher cette arrivée.

Après cinq ans de patience McDonald's s'installe à Gap (Hautes-Alpes). Le maire vient de signer le permis de construire déposé en janvier par la SCI les Marronniers, dans le quartier du même nom, pour le compte de McDonald's. Investissement prévu : environ 7 MF. "McDonald's correspond à l'attente d'une partie de la population", souligne Christian Graglia, conseiller municipal. Aussi, rares sont ceux qui ont encore des états d'âme ou des positions de principe, parmi les acteurs politiques du jeu local, hormis l'unique conseiller écologiste, Patrick Marsauche, qui récuse au nom d'une certaine éthique, les valeurs que cristallise le sandwich yankee. Il se voit soutenu, dans une alliance inattendue, par le président de la Fédération départementale des hôteliers restaurateurs, André Rolland. Un recours contre le permis de construire pourrait ainsi être déposé très rapidement.

"Notre ville est saturée"

L'arrivée de la chaîne de restauration rapide s'était déjà, dans le passé, heurtée à la résistance haute-alpine pour des raisons technique, politique ou commerciale. Le premier projet d'implantation s'était d'abord porté au Nord de la ville, sur un terrain de Décathlon qui s'est finalement avéré trop exigu. McDonald's a alors engagé des tractations avec un nouvel interlocuteur, Raphaël Savariello, promoteur local, disposant d'un terrain d'environ trois hectares dans le quartier Sud, sur la route de Marseille. Un choix qui s'est avéré positif : le restaurant en occupera 2.200 m2. Le reste fera l'objet d'une occupation mixte : parkings, logements, bureaux et commerces sur environ 5.000 m2. Le maire UDF, Pierre Bernard Reymond voit dans ce projet un triple avantage : le financement par l'aménageur d'un carrefour que la sécurité dans le quartier rend nécessaire, le rééquilibrage urbain avec le développement d'un nouveau pôle commercial et l'accueil de grandes enseignes, dont McDonald's ouvre la voie, sont susceptibles de donner une nouvelle dynamique au Sud de la ville.

Une vision municipale positive que contestent certains commerçants du centre-ville qui ont déclaré la guerre au projet. "Notre ville est saturée en surfaces commerciales avec des taux supérieurs à la moyenne nationale", dénonce Alain Anglès, président du Syndicat des cafetiers et restaurateurs. Nombre de commerçants, conscients de l'image positive que porte McDonald's, souhaiteraient plutôt voir l'enseigne s'installer dans le coeur de ville, permettant d'enrayer la fuite commerciale vers le Nord de la commune et ses 50.000 m2 de grandes surfaces (Zone Tokoro).

AMP


L'HÔTELLERIE n° 2557 Hebdo 16 Avril 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration